News / Les Actions

 

Les Actions - 13/10/2016

 

Next / Change : premiers enseignements avec un exploitant grec à la rencontre d’un cinéma français

 

Christos Ringas, programmateur des cinémas Athinea et Panathinea à Athènes (Grèce) s’est rendu pendant 3 jours à Bordeaux (France) au cinéma Utopia Saint-Siméon, vivement intéressé par les initiatives mises en place par cette salle emblématique du réseau Utopia. C’est le premier exploitant qui effectue un échange dans le cadre de NEXT/CHANGE, une initiative d’Europa Cinemas pour faciliter les échanges entre exploitants. Nous avons demandé à Christos de nous raconter son échange.

« Utopia, qui a remporté le prix Europa Cinemas du meilleur entrepreneur en 2005, est une société implantée dans 6 cinémas de villes différentes, ce qui à mon avis est un défi. Je programme moi-même deux cinémas à Athènes, situés dans des quartiers différents.

 

Cet échange avait pour but de :

2016_Next_2_Stephen Bonato_310

• Comprendre la stratégie de programmation mise en place pour attirer le public local;

• Identifier les clés de la relation établie avec les clients;

• Observer les techniques utilisées pour attirer le jeune public.

Sur le cinéma Utopia Saint-Siméon

Il ne s’agit pas d’un cinéma comme les autres. Le cinéma est situé dans l’ancienne église Saint-Siméon, qui date du 15ème siècle. Au 19ème siècle, le lieu était utilisé par une école navale avant de devenir un garage au siècle dernier puis un cinéma dans les années 90. Les peintures et statues du hall apportent un cachet très artistique et les salles de projection laissent apparaître des éléments architecturaux de l’église.

Ma discussion avec Stephen BONATO, programmateur adjoint pour la SARL, m’a ainsi permis d’échanger avec un entrepreneur qui opère dans l'un des plus grands marchés européens.

Les cinémas Utopia sont économiquement indépendants les uns des autres. A Bordeaux, le cinéma fonctionne sous le régime d’une coopérative dans laquelle 10 des 12 employés sont actionnaires. Ils sont donc personnellement impliqués. La plupart prennent en charge toutes les tâches, y compris la projection et la caisse.

Stephen et ses collègues assurent la programmation des salles d’Avignon, Bordeaux, Montpellier et Tournefeuille sous la supervision du directeur d’Utopia. Le cinéma de Saint-Ouen l'Aumône est programmé individuellement. Stephen regarde environ 400 films par an. Avec ses collègues, ils parviennent à voir 500 des 650 films sortis chaque année en France.

Voir les films à l'avance leur permet d'établir la programmation sur 5 semaines, ce qui selon Stephen a renforcé leurs relations avec les distributeurs.

2016_Next_3_Panathinea_309

Utopia publie une gazette depuis près de 40 ans dans laquelle le public est informé des choix de programmation. La gazette est le principal support de communication, culte parmi les spectateurs. D'autres cinémas ont copié cette initiative. Le cinéma utilise par ailleurs Facebook mais aucun autre réseau social. Leur page est suivie par 12 000 personnes, soit le plus grand nombre de fans pour un cinéma en France selon Stephen, qui en assure la gestion.

Utopia à Bordeaux dispose de 5 écrans avec 186, 146, 70, 81 et 72 sièges respectivement, soit une capacité totale de 555 sièges. L'année dernière, la salle avait réalisé 300 000 entrées, sur une ville de 600 000 habitants, avec un des taux de remplissage les plus élevés du pays.

Le public de la salle est politiquement et socialement engagé, donc les films avec un contenu artistique, politique et historique, notamment les documentaires, ont un certain succès.

Utopia a également fait des choix radicaux en ce qui concerne le fonctionnement des salles. Même si la salle dispose d’un bar, il n’est pas permis d’emmener de la nourriture ou une boisson en salle, pour éviter le désagrément du bruit ou de l’odeur. Il est impossible d’entrer 5 min après le début du film. Le cinéma ne projette pas de publicité et chaque film est précédé par une (et une seule) bande annonce. Selon Stephen les spectateurs ont appris à respecter ces règles et c’est ce qui différencie précisément Utopia des autres cinémas.

J'ai demandé également à Stephen pourquoi ils ont décidé de renoncer à l’attrait du bar. Stephen m’a répondu qu’ils préfèrent laisser sa gestion à un sous-traitant afin de pouvoir se concentrer complètement sur l’activité cinéma.

D’après mon expérience, le bar contribue de manière significative aux recettes du cinéma, donc laisser la gestion en échange d’un montant fixe peut apporter un revenu à l’exploitant, mais celui-ci sera moindre que si l’exploitant gère le bar lui-même.

En ce qui concerne le jeune public, la principale difficulté pour Utopia (comme pour la majorité des cinémas en France) est d’attirer les adolescents âgés de 10 à 18 ans, davantage tentés par les blockbusters dans les multiplexes. Utopia participe aux programmes scolaires nationaux d’éducation à l’image: Ecole & Cinéma (3-10), Collèges au Cinéma (10-14) et Lycéens et Apprentis au Cinéma (15 - 18) qui proposent un film par trimestre à 2,50 €.

Utopia organise également des festivals et deux séances par semaine avec des entretiens, organisées par des associations.

Les subventions du CNC pour le Jeune public, les films de répertoire et le cinéma de recherche représentent près de 5% des recettes.

2016_Next_4_Christos Ringas_306

Ma façon de travailler

Notre façon de travailler est très différente. Notre société exploite actuellement deux cinémas en plein air à Athènes, ouverts de la mi-mai à la fin septembre. Les cinémas en plein air restent fermés pendant 8 moi, sans revenus pendant cette période. En outre, ils ne peuvent fonctionner quand il pleut ou lorsque les nuits sont trop froides (ce qui est courant en mai et septembre). Nous sommes limités à 2 séances par jour, ce qui limite le nombre de spectateurs. Cependant, étant donné la popularité des cinémas en plein air pendant l'été en Grèce, nous sommes en mesure de négocier de meilleures conditions avec les distributeurs, le public préférant ces salles aux cinémas traditionnels pendant cette période.

Même si les deux cinémas se situent dans le centre d’Athènes, près du mont Lycabettus, le public est différent pour chaque. Par conséquent nous avons des approches différentes pour la programmation. Le Cinema Athinea se situe dans la zone Kolonaki, un quartier riche d’Athènes avec une population aisée mais plus âgée. Beaucoup de spectateurs viennent également d’autres quartiers. Le Cinéma Panathinea se situe au contraire dans la zone Neapoli, un quartier étudiant. Le public est composé d’étudiants et des familles qui habitent le quartier.

2016_Next_6_Utopia_369

Notre principal défi est également le jeune public. Compte tenu de la présence du numérique dans la vie quotidienne des adolescents et de leur budget limité, la salle est loin d’être le seul lieu où ils peuvent voir un film. À mon avis, les cinémas font face à une crise d’identité de ce point de vue. Les adolescents qui voient tous les films récents n’ont peut-être jamais fréquenté un cinéma. Le défi pour nous est de trouver un moyen de les attirer dans la salle. Utopia sélectionne un film pour les adolescents à chaque parution de leur programme, toutes les 5 semaines, dont la promotion est faite auprès d’établissements scolaires. Ces films leur sont proposés à 3,50 € (3 € pour les courts), les enseignants étant accueillis gratuitement. Dans notre cas, étant actifs durant la période de vacances scolaires, il nous serait bien sûr difficile d’appliquer une telle politique, mais nous avons tout de même inclus un film pour enfants dans notre programme en septembre dernier.

Next Change

Le fait que le personnel occupe des postes différents leur donne la capacité de mieux comprendre le fonctionnement de la salle et d’être en relation étroite avec le public. Je pense que nous devrions faire de même pour nous rapprocher de nos spectateurs et leur montrer que nous comprenons leurs attentes. Nous essayons d’aller dans ce sens dans la mesure où notre propriétaire travaille au sein du bar, au plus près des spectateurs.

Je crois que la principale force d’Utopia est le visionnage des films bien avant leur sortie. Ils ont ainsi pu développer une capacité à choisir les films, les distributeurs ayant de leur côté une indication du succès possible d’un film en fonction de la réaction d’Utopia. Programmer les films 5 semaines à l'avance leur donne aussi la possibilité de mieux promouvoir leur programmation.

Compte tenu de l’expérience d’Utopia, nous serions avisés de demander de notre côté aux distributeurs d’ouvrir leurs catalogues en avance, toujours dans le souci de mieux satisfaire les attentes des spectateurs. »

____________

Christos Ringas, octobre 2016

Images de haut en bas: Utopia Saint-Siméon, Stephen Bonato, Panathinea, Christos Ringas, Utopia Saint-Siméon (bis)

____________

http://www.cinemas-utopia.org/bordeaux/

____________