News / Les Actions

 

Les Actions - 15/11/2010

 

Focus Jeune Public

 

1 - Watershed Media Centre, Bristol 2 - en haut: Ian Christie 3 - Centre Barbican, Londres

A l’occasion de la Conférence du réseau, nous mettons en ligne un ensemble d’entretiens avec des responsables d’activités pour les jeunes spectateurs. Ian Christie présente ce dossier.

TOUCHER LE PUBLIC DU FUTUR ?

En cette fin 2010, le cinéma connaît à n’en pas douter une évolution qui n’a pas d’équivalent depuis l’avènement du parlant à la fin des années 20. L’attraction exercée par la 3D en est le signe le plus visible, liée à l’expansion de la projection numérique. Celle-ci permet d’organiser des événements qui exploitent les "contenus alternatifs". En outre, la location de DVD par correspondance, la hausse de l’offre en films disponibles en streaming ou en téléchargement et l’impact des réseaux sociaux ne permettent guère aux propriétaires de salles de cinéma de se reposer sur leurs lauriers, surtout en ce qui concerne leur attrait auprès des jeunes.

Comment les salles traditionnelles peuvent-elles s’adapter à ce changement radical demande réflexion. C’est pourquoi Europa Cinemas organise chaque année un séminaire destiné aux exploitants, qui prend place au sein du festival Ritrovato, à Bologne, et se consacre aux moyens d’attirer le jeune public dans les salles. Nous y travaillons sur la définition de l’identité des salles, sur leur "marque", sur les moyens de communiquer avec les consommateurs. Nous réfléchissons à leur programmation : comment vendre les films que l’on dit "difficiles" ? Comment le spectateur, de plus en plus sollicité, décide-t-il de dépenser son temps et son argent ?

Sont invités à notre séminaire des représentants des archives du film et les détenteurs des droits des films restaurés, venus soutenir ce festival qui les montre au public. Nous invitons également des journalistes de la presse écrite aussi bien que de la blogosphère, celle-ci jouant un rôle de plus en plus important dans la formation du goût. Cette année, nous avons pris une nouvelle direction en abordant les sciences cognitives. Que peuvent-elles nous enseigner sur la perception du film ? Comment cette perception est-elle affectée par l’évolution de notre environnement ? Le professeur Tom Troscianko, psychologue en sciences expérimentales à l’Université de Bristol, nous a fait découvrir de façon très stimulante les facteurs (connus à ce jour) qui jouent sur notre attention aux images, littéralement sur ce qui "fait impression". C’était précisément le thème de l’édition 2010 du séminaire. Tom sera à la Conférence annuelle du réseau, à Paris, aux côtés d’autres experts en économie et de l’innovation dans les médias. Nous pensons qu’il est en effet essentiel pour les membres de notre réseau d’avoir accès à la recherche et aux nouvelles idées qui pourraient les aider à s’adapter à notre monde changeant.

Encourager les salles du réseau à faire l’effort de mettre en place des programmes dédiés aux jeunes spectateurs a toujours été inscrit au cœur de la politique d’Europa Cinemas. Cet effort est l’une des principales raisons de la confiance et du financement du Programme MEDIA. Mais nombreux sont aussi les membres qui se sentent incapables de se lancer dans ce travail. Nous voulons encourager les salles à mettre en place des stratégies pour toucher les jeunes, surtout dans les pays qui n’ont pas cette tradition de faire un lien entre l’école et le collège d’un côté, les salles de cinéma de l’autre.

L’habileté et la capacité des salles du réseau à trouver de nouvelles façons de toucher les publics de demain, devraient leur permettre de trouver de nouvelles sources de financement. Nombreuses sont les salles du réseau qui savent que leur public vieillit – une évolution qui, comme nous l’avons vu à Bologne l’année dernière lors de notre atelier sur le challenge des générations, offre également de nouvelles perspectives. Renouveler le public, ce n’est pas seulement, comme nous l’ont dit les participants au séminaire, mettre son programme en ligne. Il s’agit véritablement de renouveler l’image de la salle auprès des jeunes, qui ne voient sans doute pas leur salle art et essai locale comme un lieu "cool" qui leur en donnera pour leur argent.

De nombreux membres du réseau font déjà un travail remarquable avec le jeune public. C’est ce que nous voyons à Bologne tous les ans. D’un pays à l’autre, les façons de travailler et les ressources disponibles sont très variables. Pour certains, ce que d’autres considèrent comme "normal" est un rêve. Cependant, ce que tout le monde partage, c’est la certitude que la concurrence pour capter l’attention du public grandit et la nécessité de travailler avec les «nouveaux médias» pour que l'expérience du cinéma en salle perdure. Si vous n’en avez pas encore parlé avec nous, dites-nous ce que vous pensez.

IAN CHRISTIE - VICE-PRESIDENT, EUROPA CINEMAS