News / Le Réseau

 

Le Réseau - 02/10/2007

 

Silvia Balea, Le Latina, Paris (France)

 

2007_3questions_Silvia_Balea

"Le cinéma roumain à l'honneur".

Ces toutes dernières années, les salles du réseau Europa Cinemas ont contribué à la promotion des cinéastes roumains en organisant plusieurs festivals, à travers l'Europe, qui mettaient en avant les premiers travaux de ces jeunes réalisateurs désormais connus du grand public. En janvier 2007, par exemple, le Curzon Mayfair, à Londres, mettait en avant les films de Ruxandra Zenide ou Cristi Puiu, quelques mois après un festival itinérant présenté dans plusieurs salles polonaises du réseau.
Nous revenons sur l'engagement de ces salles à travers l'exemple du Latina, dont l'intérêt pour le cinéma roumain ne date par d'hier.

Comment est né le Festival « Le Paris du cinéma roumain » présenté au cinéma Le Latina, en janvier dernier ?

Le Latina a été créé en 1984 dans le but de promouvoir à Paris les cinématographies de langue latine, il était donc tout naturel que le cinéma roumain occupe une place significative dans le cadre de cette programmation spécialisée. De plus, la preuve vivante que la préoccupation des créateurs du Latina était d'accorder des chances égales à toutes ces cinématographies latines est le fait de m'avoir choisie à la tête de ce cinéma dès 1990, moi, Roumaine réfugiée en France, qui parle donc les 5 langues latines.
Dès sa création, Le Latina a programmé des films roumains. Au début timidement, compte tenu que les seuls films que l'on pouvait montrer étaient ceux choisis pour représenter le cinéma roumain à l'étranger par la censure de Ceausescu. C'est pour cela que, dès octobre 1991, quelques mois après la Révolution, un véritable festival a pu être mis en place, appelé « Le Premier festival du cinéma roumain libre ». C'est à cette occasion que nous avons enfin pu montrer des films de Lucian Pintilie (Scènes de carnaval), de Mircea Daneliuc, de Stere Gulea et Dan Pita, une génération très douée qui a terriblement souffert de l'enfermement de la Roumanie.

Après ce festival qui saluait le retour à la liberté de création en Roumanie, Le Latina a été constamment à l'écoute des cinéastes roumains, en essayant de les aider à se faire connaître. C'est le cas de l'ancienne génération, avec des événements autour des nouveaux films de Stere Gulea et Nicolae Margineanu et, surtout, de la nouvelle génération dont nous avons sorti les films à Paris, notamment ceux de Radu Mihaileanu (Trahir) et Nae Caranfil (Les Dimanches de permission). En 2002, nous avons organisé une fête au Latina autour de Cristian Mungiu et de son premier film  Occident, sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs. C'est à ce moment que je me suis liée d'amitié avec Daniel Burlac, producteur et promoteur du cinéma Roumain en France.

C'est de notre désir commun de faire découvrir à Paris cette nouvelle génération de cinéastes qui nous semblait très prometteuse qu'est né le « Panorama du cinéma roumain » en avril 2005. A travers ce festival, nous avons voulu à la fois jeter un regard vers le passé et saluer les relations privilégiées entre la Roumanie et la France, encore en place dans les années soixante. Ce fut également l'occasion d'attirer l'attention sur cette nouvelle génération de cinéastes qui, à travers de longs-métrages, des courts ou des documentaires, avait réussi à nous séduire. Nous avons notamment présenté à travers ce festival des longs-métrages de Cristi Puiu, Cristian Mungiu, Nae Caranfil, Radu Muntean et des courts de Catalin Mitulescu et Corneliu Porumboiu.

Le 30 janvier 2007 nous avons récidivé avec « Le Paris du cinéma roumain ». sous la présidence de Radu Mihaileanu et en présence de Corneliu Porumboiu, de l'actrice Luminita Gheorghiu et de l'actrice et chanteuse Margareta Pâslaru.

Quel a été l'accueil public de ce festival ?

L'accueil du public a été de plus en plus enthousiaste. La qualité des débats et des rencontres a atteint un niveau exceptionnel : échanges d'idées, gravité et humour, convivialité ont été au rendez-vous tous les soirs. Le public était sensible également à la diversité du programme : longs-métrages, courts-métrages, documentaires.

Nous avons accueilli un public assez varié :des français curieux de découvrir la culture roumaine ou d'approfondir leur connaissance de ce pays, des roumains de la première vague d'émigration en France, entre les deux Guerres, ceux de la seconde vague (les émigrés de Ceausescu), des étudiants roumains à Paris, accompagnés de leurs camarades français ou étrangers, des latino-américains vivant à Paris, intéressés par leurs frères latins, etc.
La fréquentation a aussi évolué d'une édition à l'autre. Nous sommes passés d'environ 1000 spectateurs en 2005 à  1400 en 2007.

Est-ce une opération que vous compter renouveler pour accompagner cette vague de cinéastes talentueux?

Ayant l'occasion de suivre de près l'évolution du cinéma roumain, je suis heureuse de constater une véritable éclosion d'une nouvelle vague de cinéastes roumains. Il s'agit surtout d'une diversité de talents qui se manifestent de manière très singulière. Comme si ce pays, condamné durant des années à l'uniformité, ouvrait les vannes de sa créativité et de son imagination pour se montrer dans toute sa complexité. Ces jeunes cinéastes sont les Ambassadeurs de la Roumanie dans le monde. Ils nous montrent un peuple blessé mais assez fort pour regarder ses douleurs du passé avec lucidité, dignité et même avec humour.

Il est évident  que nous avons très envie de renouveler l'opération. La dynamique du cinéma roumain nous pousse d'ailleurs à accélérer le rythme et à proposer un rendez-vous annuel. Le prochain festival a déjà été daté : 12-18 mars 2008. Ce que nous espérons c'est un appui plus important à la fois du côté roumain et du côté français afin de pouvoir donner à cette manifestation l'ampleur qu'elle mérite.

Cinéma Le Latina

----------------------------------------------

Images (de haut en bas):
Affiche Panorama du cinéma roumain
Affiche Le Paris du cinéma roumain
Corneliu Porumboiu et Daniel Burlac
Silvia Balea et Radu Mihaileanu

----------------------------------------------