News / Le Réseau

 

Le Réseau - 18/11/2010

 

Prix Europa Cinemas 2010 - Meilleur Entrepreneur

 

Watershed Media Centre

Watershed, Bristol (Royaume-Uni)

Inauguré en 1982 en bordure du port historique de Bristol, le Watershed était alors le premier centre de ressources médias du pays. Il propose aujourd’hui 3 salles de cinéma, un grand café-bar et plusieurs salles et espaces destinés à accueillir des conférences et événements. Le Prix Europa Cinemas du Meilleur Entrepreneur de l’Année est pour Mark Cosgrove, directeur de la salle, « un grand honneur » qui récompense l’originalité du Watershed dans sa façon d’aborder le cinéma. « Dès les premiers temps du numérique – il y a dix ans ! – nous savions que les technologies émergentes pouvaient nous permettre de toucher un large public », rappelle-t-il. « Aujourd’hui, nous ne nous considérons plus seulement comme un cinéma, mais aussi comme un éditeur, un producteur, un promoteur, un blogueur, un twitterer et un centre d’archives ».

Il souligne qu’en tant qu’exploitant indépendant engagé pour la promotion du cinéma européen et international, « Europa Cinemas a été une source constante de soutien, de solidarité et d’inspiration. Etre membre nous a donné cette spécificité de soutenir le cinéma européen et a permis au Watershed et à Bristol d’entrer dans un circuit pan-européen de partenariats avec des cinémas, de projets et plus largement d’être connecté avec l’industrie du cinéma européen et des médias ».

Decalogue est une des plus récentes initiatives du centre. Ce programme de projections et débats étalé sur un an revient sur la première décennie du nouveau siècle - les "noughties". « Nous avons cherché des films faisant preuve d’une expérimentation inédite sur le langage cinématographique, indicateurs possibles d’une nouvelle direction pour le 7ème art, comme on peut en trouver dans la décennie 1900-1909. Les titres vont de L’Arche russe et Dancer in the Dark jusqu’à Avataret Wall-E », explique Mark. « Les débats sont mis en ligne et nous invitons les spectateurs à y contribuer via des ‘post-it’ dans le foyer, des emails, twitter ou encore par des vidéos réalisées sur leurs portables ou leurs appareils photo, envoyées le jour des projections. Les débats et contributions accumulés au cours de l’année sont visibles sur le site www.watershed.co.uk/decalogue . L’un de nos objectifs est de publier le tout dans un livre, l’année prochaine. »

Songeant aux défis que le Watershed et les salles art et essai du Royaume-Uni doivent relever, Mark suggère qu’« il faut maintenir et développer le public des salles indépendantes en recourant à toute la panoplie de moyens anciens et nouveaux à notre disposition. Cela signifie aussi qu’il est nécessaire de développer sur l’ensemble du territoire un réseau plus visible, plus solide, de cinémas indépendants impliqués dans ce défi culturel. Selon mon expérience, les cinéphiles anglais ont envie de voir des films qui s’aventurent hors du grand public. Le vieux modèle du cinéma commercial n’est plus adapté à la demande et on peut craindre que le public se tourne vers d’autres technologies pour trouver ce qu’il cherche ».

Martin Blaney

www.watershed.co.uk

Images (de gauche à droite):
- Le Watershed
- Mark Cosgrove
- Gwen Joy lors de la remise du prix