News / Le Réseau

 

Le Réseau - 09/09/2010

 

Léa Morin, Directrice Générale de la Cinémathèque de Tanger, Maroc

 

Lea-Morin-bandeau-1

Depuis son ouverture il y a 3 ans, la Cinémathèque de Tanger est devenue l’un des lieux emblématiques de la cinéphilie sur le continent africain. La photographe Yto Barrada assure la direction artistique de ce centre de cinéma complet, qui propose non seulement deux salles de projections mais aussi une bibliothèque, un centre de consultation, une salle de montage, un café et une collection de films. La salle participe en outre à l’action Europa Cinemas International depuis 2009 et s’intéresse de près aux questions du Jeune Public, comme en témoigne la présence de Marina Moreno, sa responsable Jeune Public, au Séminaire de Bologne.
Un lieu, donc, multiple et hétérogène, «propice à l’émergence d’une cinéphilie que nous voulons sauvage et insatiable», nous dit Léa Morin, sa directrice générale, qui a bien voulu, ici, répondre à nos questions.
 

Comment est née la Cinémathèque de Tanger ? Comment la définiriez-vous en quelques mots?

La Cinémathèque est née du désir d’un groupe d’artistes de montrer des films peu projetés au Maroc, issus d’horizons esthétiques et géographiques lointains. Mais aussi du désir de les conserver, d’en garder une trace et de la perpétuer auprès du public.
Après huit ans de travail, elle a ouvert ses portes au public en 2007, dans les locaux du Cinéma Rif, une salle mythique de la ville qui avait ouvert en 1938.
La Cinémathèque est aussi une collection, essentiellement composée de films du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord. Des objets singuliers maintenus à la marge des circuits de distribution et pour lesquels nous trouvons le chemin vers le public : courts-métrages, documentaires, films expérimentaux et films d'artistes, mais aussi archives coloniales et post-coloniales, en un album de famille extensible, patrimoine vivant et nomade de nos sociétés que nous faisons vivre à Tanger, et voyager à travers le monde lors des Cartes Blanches et programmation Hors Les Murs ( Paris, Göteborg, Los Angeles, Seville, Bejaia, Londres ...).
Pour redonner goût au cinéma aux plus petits comme aux grands, nous avons choisi de miser sur les détails, en proposant plus qu'une simple salle de cinéma mais un lieu convivial et créatif qui plait aussi bien aux nostalgiques du cinéma d'antan qu'aux plus jeunes.

Pouvez-vous nous en dire plus sur vos activités pour le jeune public?

La CdT a, dès ses débuts, oeuvré à l'accompagnement de ses publics via des actions spécifiques : ciné-club mensuel pour enfants avec La Lanterne Magique, rencontres avec des cinéastes invités et ateliers, festival de court métrage, ainsi que des ateliers de création documentaire à destination des jeunes Tangérois.
Ce sont plus de 1000 enfants que nous accueillons chaque mois pour La Lanterne Magique - un ciné-club pour enfants monté en association avec l’association suisse du même nom, qui amène à la découverte de la magie du cinéma avec un film accompagné d'un journal trilingue et un petit spectacle amusant -, nos séances scolaires ou nos séances hebdomadaires pour enfants. 
Pour ce faire, nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires locaux (associations, écoles, entreprises, pouvoirs publics..), essentiels pour sensibiliser un public très varié.

 

Lea-Morin2

Quelle est la ligne éditoriale de votre programmation ? A titre d’exemple, quel accueil les films de Tati ont-ils reçu ?

La programmation de la Cinémathèque de Tanger se veut conviviale et pointue, afin de réunir tous les publics autour des plus beaux films de l'histoire du cinéma arabe et international. Les spectateurs peuvent ainsi chaque mois découvrir ou re-découvrir des classiques du cinéma (Fassbinder, Godard, Wajda, Lloyd, Vigo, De Seta...), le meilleur du cinéma contemporain en reprise permanente lors de cycles ou programmations thématiques (Jia Zhang Ke, Jose Luis Guerin, Bahman Ghobadi, Claire Denis, Youssef Chahine, Miyazaki, Tarantino...) ainsi que des films en sortie nationale.
Nous privilégions les films qui peinent à sortir en salles au Maroc et nous prenons le choix de les garder longtemps à l'affiche afin qu'ils puissent trouver leur public (Femmes du Caire de Yousry Nasrallah...).
Une place importante est accordée au documentaire ainsi qu'à des séances spéciales (art vidéo européen, cinéma expérimental mexicain...) et aussi ateliers, performances.

 

Pour donner goût au cinéma aux plus petits comme aux grands, nous avons choisi de miser sur les détails, en proposant plus qu'une simple salle de cinéma mais un lieu convivial et créatif qui plait aussi bien aux nostalgiques du cinéma d'antan qu'aux plus jeunes.

Une relation de confiance doit s'établir avec nos spectateurs pour qu'ils puissent choisir, par exemple d'emmener leurs enfants toutes les semaines voir une oeuvre de Jacques Tati. Et c'est un pari réussi comme le prouve le succès de notre programmation "Tout Tati à Tanger", qui s'est ouverte avec un Tati-concert de Rachid Taha et s'est poursuivie avec des oeuvres contemporaines en résonance de Fawzi Bensaidi et Elia Suleiman.

Qui sont vos principaux partenaires et sponsors?

La Cinémathèque de Tanger continue à développer de nouveaux projets grâce au soutien de nos partenaires, au mécénat et aux sponsors. En 2010, nous avons le soutien, pour des projets, de Culturesfrance, du Fonds Prince Claus, du Fonds de dotation Agnès b., de la Fondation Luma et du Young Arab Theater Fund. Pour le fonctionnement, les pouvoirs publics et le Centre cinématographique marocain (CCM) montrent également un réel intérêt pour la Cinémathèque de Tanger et le modèle qu’elle expérimente. Nous espérons que cela va porter ses fruits rapidement.

Etes-vous membre ou partenaire de réseaux de salles régionaux ou européens?

La Cinémathèque de Tanger est un des membres fondateurs du réseau "Network of Arab ArtHouse Screens " (www.arteeast.org/pages/naas/ ) qui regroupe une dizaine de festivals, cinémas et ciné-clubs du monde arabe dans le but de partager ressources, projets et idées. Cette année, trois programmations NAAS ont ainsi eu lieu à la Cinémathèque et dans les autres cinémas du réseau (Cycle Djibril Diop Mambety, Cycle Revolucion, Semaine Arte).
La Cinémathèque de Tanger est également membre de la CICAE et partenaire d' EUROPA CINEMAS.

Avez-vous facilement accès aux films, aux copies ?

Pour faire face à la difficulté d'accès aux films en général, nous avons dû inventer notre propre modèle pour assurer une programmation de qualité sans passer par le schéma habituel. Le nombre de salles, tout comme le nombre de distributeurs, a diminué au Maroc et très peu de films sont finalement distribués, au-delà des grosses productions égyptiennes et américaines, et des films nationaux. Enfin, la question de la langue des films se pose régulièrement: tandis que nous proposons des films en version originale, les distributeurs ne disposent que de films doublés en français. Comment pourrait t'on diffuser le dernier Almodovar doublé en français dans une ville hispanophone comme Tanger?
Nous travaillons de près avec les distributeurs de films marocains et les archives du Centre cinématographique marocain, mais nous avons recours à d'autres solutions pour la grande majorité du reste de notre programmation: distributeurs internationaux, VoD, reprise de festivals, programmations en réseau avec NAAS, instituts étrangers, sociétés de production... Nos partenaires de programmation sont ouverts aux modèles que nous proposons et nous permettent d'exister et de faire de la Cinémathèque de Tanger ce qu'elle est aujourd'hui.

Comment envisagez-vous de vous équiper en numérique et dans quels délais ?

Tout en conservant les autres formats de projections (35mm,16mm et 8mm), nous aimerions nous équiper en numérique (2K) cette année si nous arrivons à trouver le financement nécessaire. Cela nous aiderait à dépasser les contraintes que nous impose trop souvent l'accès aux copies.

Quel est l’impact du piratage sur votre activité de programmation ?

Les effets du piratage sont dévastateurs. L'accès à tous les films, des classiques aux nouveautés, à chaque coin de rue pour un prix dérisoire, est une des raisons qui empêche le développement de l'exploitation au Maroc et entraîne la fermeture des salles.
Les pouvoirs publics ont bien compris, à travers leur plan de réhabilitation des salles de cinéma, l'importance de la co-existence d'un cinéma commercial dynamique (multiplexes...) avec des salles de quartier et une salle unique comme la Cinémathèque de Tanger. Ils ont annoncé l'ouverture de plus de 300 salles et un plan de lutte contre le piratage.

Comment mettez-vous en valeur la production marocaine et plus particulièrement les œuvres des  jeunes réalisateurs ?

Nous choisissons de programmer les films marocains les plus intéressants et audacieux en sortie nationale, même si ceux ci ne trouvent pas de distributeurs (comme Réveil de Mohamed Zineddaine ou Fissures de Hicham Ayouch), de les garder longtemps à l'affiche, d'organiser une rencontre avec l'équipe du film et d'accompagner la projection de ces films des précédents longs ou courts du même réalisateur pour une meilleure connaissance de l'oeuvre des cinéastes marocains.
Nous programmons régulièrement d'autres lieux que nos salles, sur l'invitation de cinémas, cinémathèques et festivals à travers le monde: Los Angeles County Museum of Art (LACMA), le Festival des Trois Continents à Nantes ou le Konsthallen à Göteborg. 
En plus de la programmation régulière, nous proposons une compétition nationale de courts métrages, des rencontres avec des réalisateurs, des ateliers d'aide à la création (montage, son, réalisation documentaire, écriture... ), des résidences d'artistes et des échanges avec des étudiants comme bientôt en septembre ceux de l'Ecal (Lausanne). Nous sommes très fiers qu'un cinéaste en résidence à la Cinémathèque, Oliver Laxe, a remporté le prix Fipresci à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes 2010.
--
CINEMATHEQUE DE TANGER
Cinéma RIF
Grand Socco, 90 000 Tanger - Maroc
TEL +212 (0)5 39 93 46 83
PORTABLE +212 (0)6 19 57 38 38
FAX + 212 (0)5 39 93 54 50
skype : cinematheque
En ce moment à l'affiche:
FEMMES DU CAIRE de Yousry Nasrallah
INTEGRALE JACQUES TATI
Tous les films sur www.cinemathequedetanger.com
Propos recueillis par Nathalie Baranger et Menem Richa
Septembre 2010
Photographies
- Léa Morin, Directrice Générale
- Grande salle de la Cinémathèque de Tanger
- Yto Barrada, Directrice Artistique
----------------------------------------------