News / Le Réseau

 

Le Réseau - 11/05/2010

 

Entretien avec Enrique Perez, Président des Cines Verdi (Espagne)

 

Enrique Perez revient sur la situation du numérique en Espagne et sur les grands sujets de l'actualité cinématographique dans ce pays : exploitation indépendante, piratage, doublage, prédominance américaine...

2010_Entretien avec Enrique Perez, Président des Cines Verdi (Espagne

Combien d’écrans numériques avez-vous?
Quatre à Madrid et cinq à Barcelone, mais nous avons l’intention d’équiper l’ensemble de nos salles d’ici la fin de l’année. Ce qui ne nous empêchera pas de conserver néanmoins notre équipement 35 mm, car nous aurons besoin de projeter des films dans ce format, lors de festivals par exemple.

Les coûts à engager constituent-ils un énorme handicap ? Le système VPF représente-t-il une alternative ?
Le problème avec le numérique aujourd’hui, c’est que ce sont les majors qui l’imposent, et qu’elles sont les seules à s’y retrouver dans l’imbroglio des différents modèles financiers existants. Pour les distributeurs indépendants, c’est une autre paire de manche. Nous avons été obligés de financer nous-mêmes nos projecteurs parce qu’il m’était important de rester libre de choisir les films que je veux projeter, indépendamment de la maison de production.

Quelle importance accordez-vous au numérique et à la 3D?
L’expérience qui nous a conduit à proposer de la haute définition en 2D s’est révélée géniale. Le public a fini par prendre conscience de la qualité du numérique. C’est un peu la même sensation que lors du passage de la machine à écrire à l’ordinateur. Avec le 3D, je pense qu’il faut regarder les films sur un écran géant de type IMAX. On assiste actuellement à une course effrénée des cinémas pour équiper leurs salles en 3D, pour le meilleur et pour le pire.

Les films européens ont-ils du succès en Espagne ? Si non, comment l’expliquez-vous ?
En général, non. Nous subissons la prédominance des films hollywoodiens. En outre, les cinémas espagnols proposent beaucoup trop de petits films indépendants ou films d’auteur. Dans d'autres pays comme les Etats-Unis, ces films atterrissent directement sur le câble. Du coup, il règne un climat de concurrence exacerbée entre les distributeurs qui se disputent les parts de marché. Les films indépendants de qualité en sont souvent les grands perdants.

L’Espagne compte-t-elle trop de cinémas ? Certains seront-ils obligés de fermer ?
L’Espagne compte deux fois trop de cinémas par rapport à la demande réelle. Les salles sont en surnombre, notamment dans les centres commerciaux. Il faudrait en fermer la moitié. Il ne faut pas considérer cela comme un échec mais comme un mal nécessaire pour rééquilibrer le marché cinématographique. La responsabilité de cette situation repose aussi sur les distributeurs américains, qui ont vendu à l’Espagne des films télévisés qui n’ont même pas été projetés chez eux. Cela a fait naître de fausses attentes et nous a amené à croire qu’il fallait multiplier par deux le nombre de nos salles.

Comment faites-vous la promotion de vos cinémas?
Nous organisons plusieurs festivals, dont l'un, en décembre, au Verdi Park, pour promouvoir le cinéma brésilien. Nous organisons un autre festival sur les films africains. Nous aimons mélanger les genres. Le dernier événement en date était le festival du film documentaire, que le public a beaucoup apprécié. 

Comment gérez-vous le problème du piratage en Espagne?
L’Espagne a encouragé la culture du téléchargement gratuit. La faute en revient au gouvernement dont la législation n’est pas assez sévère.

Que pensez-vous de la problématique du doublage en Catalogne ?
J’ai consacré 22 ans de ma vie à projeter des films catalans ainsi que des films américains sous-titrés en catalan et rien n’a changé. La nouvelle loi a été passée en toute hâte pour glaner les faveurs de la frange nationaliste de l’électorat. Elle est à mon avis mal pensée et ne fait qu’exaspérer tout le monde.
Propos recueillis par Chris Evans
Voir aussi le focus sur l'Espagne dans notre dernière Network Review

www.cines-verdi.com
______________________________________