News / Le Réseau

 

Le Réseau - 20/04/2010

 

Dominique Bax, directrice du Magic Cinéma de Bobigny, France

 

Le Magic Cinéma est la salle emblématique de Bobigny, commune de 50000 habitants située au nord-est de Paris, en Seine-Saint-Denis. Elle est entrée dans le réseau Europa Cinemas l’année dernière. Forte de ses deux écrans de 363 et 160 fauteuils, de ses nombreuses activités pour le jeune public et du soutien de la ville, elle organise notamment le festival Théâtres au cinéma, dont la 21ème édition vient d'avoir lieu. A cette occasion, nous nous sommes entretenus avec Dominique Bax, sa directrice, qui a tenu à citer Godard pour débuter : «Lorsque nous avons lancé la politique des auteurs, nous nous sommes trompés en privilégiant le mot "auteur" alors qu'en fait, c'est le mot "politique" qu'il fallait mettre en valeur. Car le véritable but de ce concept n'était pas de démontrer qui fait la mise en scène, mais plutôt ce qui fait la mise en scène.»

 

2010_MagicCinema_Bobigny

Quel rôle attribuez-vous au cinéma…  et à la salle de cinéma?

Le cinéma est une porte ouverte sur le monde. Assis dans votre fauteuil, vous voyagez. Au nord de l’Europe avec Nord, en Italie avec La Pivellina mais aussi en Afrique avec White Material. Au cours de ce périple, vous rencontrez d’autres mondes, d’autres cultures. Vous apprenez la tolérance, vous excitez votre curiosité, vous apprenez, vous riez, vous pleurez…  Et comme dans la littérature ou la peinture, vous découvrez des styles, réalistes, fantastiques, romantiques. Le cinéma est indispensable à notre vie. La salle de cinéma, telle que nous la concevons, est donc un lieu de découverte et de rencontres, avec des réalisateurs, des comédiens, des techniciens, des critiques de cinéma. C’est un lieu où l’on échange des idées, où l’on fait partager une expérience. Un lieu de convivialité aussi.

Comment définiriez-vous votre « concurrence », que ce soit avec d’autres salles mais aussi les autres modes de divertissement ?

Notre plus proche voisin est un UGC Ciné Cité, un des cinémas les plus fréquentés d’Ile-de-France. Mais nous ne sommes pas du même monde, nous n’avons pas les mêmes objectifs. Nous ne défendons pas les mêmes films. Quant aux autres arts, nous les considérons comme complémentaires. Nous travaillons régulièrement avec la Maison de la culture de Bobigny, la bibliothèque, l’école de musique. Nous jetons des passerelles avec les autres arts : avec des Ciné-lectures (une lecture de texte suivie d’un film), des Ciné-concerts ou des rencontres avec des metteurs en scène de théâtre qui viennent parler de leurs films préférés.

Pensez-vous que le public de votre salle a évolué ces dernières années ?

Le spectateur a à sa disposition les nombreuses chaînes de cinéma qui diffusent des films, les DVD, la VoD, etc. Il faut donc lui apporter un plus : des rencontres, des films rares, des intégrales, un accueil chaleureux. Et lui faire découvrir des films européens qu’on ne voit que dans nos salles. Des animations particulières renforcent ainsi la programmation mensuelle du cinéma. Le Festival Théâtres au cinéma, avec cette année une intégrale Youssef Chahine, les adaptations au cinéma de Naguib Mahfouz, un autoportrait d’Omar Sharif en sa présence, un hommage à Albert Camus ; le festival Résonances, Rencontres du cinéma citoyen, dont la 11ème édition aura lieu en octobre avec Gérard Mordillat en invité d’honneur et un hommage à Jacques Demy ; les Rencontres du cinéma documentaire, qui ont lieu tous les mois ; des soirées spéciales, consacrées par exemple à la Bretagne, aux territoires d’Outre-Mer (en mai à l’occasion de la commémoration de la lutte contre l’esclavage)…

Le Magic Cinéma a intégré le réseau Europa Cinemas l’année dernière. Quel est selon vous le rôle du réseau aujourd’hui ?

Nous aimerions avoir des échanges avec d’autres salles européennes. Nous aimerions, par exemple, que l’intégrale Chahine, si difficile à monter, puisse circuler dans d’autres salles du réseau. Nous pourrions aussi accueillir une programmation de films d’un pays d’Europe présentée par un directeur de salle du pays concerné.

Et pour finir sur le festival, que pourriez-vous dire du rapport entre le théâtre, la littérature, le cinéma... et le réel ?

« L’art, dans un certain sens, est une révolte contre le monde dans ce qu’il a de fuyant et d’inachevé… Il ne s’agit pas de savoir si l’art doit fuir le réel ou s’y soumettre, mais seulement de quelle dose exacte de réel l’œuvre doit se lester pour ne pas disparaître dans les nuées ou se traîner, au contraire, avec des semelles de plomb. » Albert Camus, Discours de Suède.

 

www.magic-cinema.fr

 

 

Propos recueillis par Jean-Baptiste Selliez,

avril 2010