News / Le Réseau

 

Le Réseau - 25/12/2010

 

Carles Ribas, Responsable du cinéma Truffaut, Girona

 

2011_CinemaTruffautES2

A Gérone, le cinéma est une affaire de cinéphiles ! Ainsi, le Cinéma Truffaut, membre du réseau Europa Cinemas depuis 2003 et qui vient de fêter ses 10 ans, a ceci de particulier, pour l’Espagne, qu’il est géré, avec un soutien public, par un collectif de critiques. Retour sur cette expérience avec Carles Ribas, l’un de ses responsables.

Quelle est l’origine de votre salle ?

Le Collectif de critiques de cinéma de Gérone a été formé en 1990 par la réunion d’un groupe de critiques de films issus des medias locaux. Face au manque de projections de films en version originale, le collectif a contacté les sociétés d’exploitation cinématographique de la ville, et ont organisé, en collaboration avec les Cines Cataluña, deux éditions de la Semaine de la Critique de Gérone, qui ont permis au public géronais de voir des films inédits.
En 1992, un accord a été conclu avec l’exploitant du Cine Moderno qui a permis au Collectif de programmer la salle B, rebaptisée pour l’occasion Cine-estudio Truffaut . Depuis, sur cet écran nous proposons chaque semaine un film en VO, à raison de deux séances quotidiennes.
Après la fermeture du Cine Moderno et l’achat du bâtiment par le conseil municipal, le Collectif a été choisi pour assurer la programmation et l’exploitation du nouveau Cinema Truffaut .

Depuis 2000, le Collectif s’est légalement constitué en association culturelle sans but lucratif.
La spécificité du Cinema Truffaut tient à son mode de gestion : il s’agit d’une gestion privée avec un soutien public, situation unique en Espagne.

Comment avez-vous fêté les 10 ans du cinéma, en novembre dernier ?

Nous avons organisé plusieurs évènements lors de la semaine du 12 au 18 novembre, notamment la programmation d’un cycle de films organisé en collaboration avec la Cinémathèque de Catalogne : huit titres que les membres du collectif de critiques ont choisi comme les plus représentatifs de la programmation de ces dix ans.
Parmi ces films, on peut citer L'heure d'été d'Olivier Assayas et In the Mood for Love de Wong Kar-wai. D'autre part, l’autre événement de cet anniversaire a été l’avant-première espagnole de La noche que no acaba, un documentaire produit par la chaîne Turner Classic Movies et réalisé par le cinéaste Isaki Lacuesta, qui raconte le passage de l'actrice Ava Gardner par les terres géronaises.

Le Cinéma Truffaut pourra bénéficier d’une deuxième salle dans le projet de rénovation de l’ancien cinéma Modern de Gérone. Pourriez-vous nous en dire plus sur ce projet ?

La deuxième salle du Cinéma Truffaut est une revendication du Collectif de critiques depuis plusieurs années. Outre la programmation régulière, la salle accueille les cycles de la Cinémathèque et d’autres cycles organisés par des associations culturelles de la ville : nous manquons de place et nous devons parfois refuser certains films. Une deuxième salle nous permettrait de développer et mieux organiser notre programmation. L’idée de créer une seconde salle a déjà été approuvée par la mairie de Gérone. Aujourd’hui, une enquête d’opinions a été lancée auprès des habitants de la ville pour connaitre leurs attentes sur cette salle et sur les autres espaces culturels dont bénéficierait l’établissement.

Quelles sont vos relations avec les distributeurs?

Les relations sont bonnes, mais il est évident que la politique de distribution en version originale sous-titrée en Espagne nous affecte. Aujourd’hui, les distributeurs tirent très peu de copies (entre 4 et 6) et pensent essentiellement aux salles de Madrid, Barcelone et de quelques autres grandes villes. Ce qui nous oblige souvent à devoir attendre pour sortir certains titres.
 
Que pensez-vous de la loi du cinéma en Catalogne, qui vise à doubler ou sous-titrer en catalan la moitié des copies de films (sauf exceptions) ?

Suite à la réponse précédente, nous pensons que l’obligation qu’auront les distributeurs d’augmenter le tirage de copies avec certaines sous-titrées en catalan, nous permettra d’avoir plus souvent accès aux films en première sortie. De ce point de vue, la loi est positive. Mais pour ce qui est du cinéma doublé, nous ne sommes pas d’accord, car nous considérons que, dans notre pays, le doublage ne devrait pas exister.

Quel film espagnol ou catalan pourriez-vous recommander aux exploitants?

Sans aucun doute, le film Bicicleta, cuchara, manzana. Il s’agit d’un documentaire réalisé par Carles Bosch (réalisateur et journaliste nominé aux Oscar pour Balseros) qui traite de la maladie d’Alzheimer au travers de la figure de Pascual Maragall, ancien maire de Barcelone et ancien Président du gouvernement de la communauté autonome de Catalogne. Un documentaire alliant tendresse, information et solidarité.

Décembre 2010, Stéphanie Dufour

----------------------------------------------