News / Actualités

 

Actualités - 31/07/2009

 

Scandinavie - Profusion de films d'animation audacieux ...mais qui ont peu d'échos dans les pays du Sud

 

Les films d’animation des pays scandinaves sont à l’honneur cette année en Europe, et en particulier au récent Festival d’Animation d’Annecy. Bénéficiant d’une large production et du soutien des centres du cinéma locaux, de nombreux films, pour la plupart des co-productions européennes, sont projetés en Europe et en particulier dans les salles Europa Cinemas. Tandis que les films suédois sont reconnus grâce à des prix internationaux et consacrés par le public européen, le Danemark, la Finlande et la Norvège font aussi de bons scores.
_____________________________

 

09_slavar

La Suède au sommet de l’Europe
Au Festival d’Animation d’Annecy, en juin dernier, le court-métrage suédois Slavar d’Hanna Heilborn et David Aronowitsch a remporté le Cristal d’Annecy et le prix Unicef. Deux prix importants qui s’ajoutent à ceux remportés dans d’autres festivals européens pour consacrer ce témoignage de deux enfants enlevés par une milice du gouvernement soudanais.
Per Åhlin, Jonas Odell ou Magnus Carlsson, pour ne citer qu’eux, sont aujourd’hui reconnus internationalement et leurs œuvres circulent dans le monde entier. Alternant les films pour adultes – Metropia, Lies – et les films pour enfants – Laban Le Petit Fantôme, Desmond et la créature du Marais – le cinéma d’animation suédois bénéficie aujourd’hui d’un large éventail de réalisateurs de films d’animation. La production suédoise profite en outre d’une importante diffusion en Europe du Nord. Il en est ainsi de Laban et Desmond, qui ont été distribués aux Pays-Bas, en Norvège, en Finlande et en Belgique. Desmond a également été diffusé en France où il a connu un certain succès (58 000 entrées).

Metropia, film d’animation d’anticipation destiné a priori à un public plutôt adulte, était présenté au Cannes Market et sera projeté à Venise en ouverture de la Semaine de la Critique. Il sortira en Suède le 6 novembre 2009.

Par ailleurs, dans le cadre des festivités actuelles célébrant la présidence suédoise de l’UE, des projections de films suédois sont organisées à travers l’Europe. Si, en France et au Royaume-Uni, les long-métrages récents sont à l’honneur – Millénium, Morse… –  l’Allemagne met en lumière la vitalité du cinéma d’animation suédois lors d’un mini-festival, à Berlin, en partenariat avec le festival de Göteborg. 

09_nikopluspetit

Barry et Niko, en tournée européenne, sont emblématiques de l’importante production scandinave
Innovation en Suède mais aussi en Norvège, en Danemark ou encore en Finlande !
Le film d’animation danois Sunshine Barry & the Disco Worms de Thomas Borch Nielsen et le film finnois Niko & the Way to the Stars de Michael Hegner et Kari Juusonen ont ainsi fait l’objet d’un grand lancement dans leur pays respectifs.
Avec 84 copies, Sunshine Barry & the Disco Worms a totalisé 164 000 entrées nationales. Vendu par Sola Media, le film a été diffusé dans 8 pays, dont la Norvège, la Finlande, l’Allemagne et les Pays-Bas.
Avec 66 copies, Niko & the Way to the Stars a de son côté comptabilisé 231 000 entrées en Finlande. Il a été par la suite diffusé dans 11 pays, notamment en Turquie, Belgique, France, aux Pays-Bas, en Allemagne, République Tchèque, Danemark, Norvège…

 

09_barry

La production danoise de films d’animation connaît un véritable boom depuis 2004 avec une production annuelle de 6 films pour jeunes spectateurs tels que Journey to Saturn (qui fait partie du top 10 des meilleurs films en 2008 avec 401 000 entrées pour 70 copies), The Apple and the Worm ou encore The Great Bear qui sortiront en octobre 2009 et en janvier 2011.
La Norvège n’est pas en reste : Kurt Turns Evil et Elias And the Royal Yacht se sont ainsi bien défendus au box office national et ont été distribués à l’étranger.

09_journey to saturn

Princess joue sur la provocation
Mais l’animation n’est plus seulement destinée au jeune public, Princess en est un exemple édifiant. Avec ce film, soutenu par le programme New Danish Screen du Danish Film Institute et présenté à la Quinzaine des Réalisateurs en 2006, Anders Morgenthaler abordait frontalement la question de la « pornographisation » de la société. Se jouant de l’image, le film danois ose et choque : l’animation, d’une manière provocante, libère l’histoire des codes et des normes habituels.

09_princess_news2

Une production relayée par de nombreux festivals
Le développement de la production de films d’animation doit beaucoup à ces tremplins que sont le Cartoon Forum, le Festival de Tampere, le Festival de Göteborg ainsi que, bien sûr, les festivals pour le jeune public – Buff Film Festival, Kristiansand International Children’s Film Festival, Buster Copenhagen Film Festival for Children and Youth.

Un bémol : l’Europe du sud
Si les œuvres scandinaves circulent particulièrement bien dans les salles et les festivals d’Europe du Nord, il n’en reste pas moins que le cinéma d’animation des pays nordiques reste peu diffusé dans les autres pays d’Europe.
A titre d’exemple, notons que les deux films à succès Sunshine Barry & the Disco Worms et  Niko & the Way to the Stars n’ont pas été diffusés dans les pays de l’Europe du Sud alors qu’ils circulent jusqu’en Asie du sud-est ou aux Etats-Unis. Ces deux films ne font pourtant pas appel à des mythes ou à des fables régionales qui expliqueraient leur diffusion restreinte.
Par ailleurs, sur l’ensemble des salles, le film danois Princess n’a pas confirmé auprès du public le succès qu’il avait obtenu à Cannes. Attendons donc Metropia sur sa lancée de Venise en septembre prochain !
___________________________________
Liens:
Metropia
Niko & the Way to the Stars
Sunshine Barry and the Disco Worms

09_Metropia_news2