News / Actualités

 

Actualités - 10/10/2005

 

Regard sur le cinéma allemand dans le réseau

 

La 10ème édition du Festival du Cinéma allemand de Paris aura lieu du 12 au 18 octobre au cinéma L'Arlequin, qui vient d'entrer dans le réseau Europa Cinemas. Le festival, qui se tient traditionnellement dans cette salle proche de Saint-Germain-des-Prés et de Montparnasse, compte notamment une sélection mettant en valeur non seulement certains des films allemands les plus récompensés de l'année (Sophie Scholl) mais aussi les nouveaux films de valeurs montantes (L'été à Berlin, une comédie de Andreas Dresen, prix du scénario à San Sebastian et présentée en ouverture du festival).

Les films allemands bénéficient d'un regain d'attention ces dernières années, grâce au succès public de quelques films majeurs mais aussi à l'éclosion de jeunes cinéastes. Selon Cristina Hoffman, représentante en France de German Films, « L'intérêt pour le cinéma allemand a connu un véritable bond, suite au succès surprise de Goodbye Lenin. Puis Head-on (Gegen die Wand) et La Chute (Der Untergang) ont accentué ce phénomène. Auparavant, l'attention s'était déjà portée sur Cours, Lola, cours (Lola rennt), qui avait connu un vrai succès à l'exportation mais dont les résultats avaient été un peu décevants en France. Derrière ces films qui attirent le grand public, il faut aussi noter le regain d'attention pour des films qui entrent dans la catégorie des films d'auteur, tels Au loin les lumières (Lichter) ou Le Bois lacté (Milchwald) , qui cependant ne connaissent pas encore un vrai succès. »

Les résultats des films allemands dans les salles soutenues par Europa Cinemas sont significatifs de cette évolution. Un seul film allemand réalisait ainsi à l'étranger plus de 100 000 entrées dans les salles du réseau en 2002 : Chère Martha, de Sandra Nettelbeck. En 2003, Goodbye Lenin approchait le million d'entrées dans les salles du réseau hors de son pays, suivi par Nowhere in Africa, qui dépassait les 100 000 entrées.

Derrière le phénomène Goodbye Lenin, la véritable évolution a peut-être eu lieu en 2004. Certes Goodbye Lenin réalisait encore près de 300 000 entrées hors de son pays d'origine. Mais, surtout, deux films d'importance le suivaient dans le classement : Head-on (300 000 entrées hors d'Allemagne) et L'Histoire du chameau qui pleure (près de 220 000 entrées). La Chute, qui commençait seulement sa carrière, réunissait déjà 85 000 entrées à l'étranger dans les salles du réseau.

Le rôle des salles Europa Cinemas dans la carrière du film Head-on, de Fatih Akin, est particulièrement remarquable. Au sein des pays pour lesquels nous disposons des chiffres, ces salles ont totalisé 44% des entrées du film en 2004. Hors d'Allemagne, ce sont 50% des entrées du film qui ont été réalisées dans les salles du réseau.
Précisément, 99% des 12 000 entrées réalisées par le film au Danemark ont ainsi été réalisées dans des salles du réseau ; 94% en Suède (sur 3 800) ; 85% en Belgique (sur 36 000) ; 66% aux Pays-Bas (sur 55 000) ; 64% en Autriche (sur 38 000) ; 59% en Italie (sur 190 000) ; 48% en Hongrie (sur 5 800) ; 45% en Grèce (sur 14 000) ; 40% en Allemagne (sur 762 000) ; 37% en Espagne (sur 99 000) ; et 20% en France (sur 124 000).

En général, les salles Europa Cinemas jouent un rôle d'autant plus significatif dans la carrière d'un film que celui-ci relève plutôt du cinéma d'auteur. Mais le succès du film de Fatih Akin, qui échappe à une catégorisation stricte, ouvre la voie, espérons-le, à un cinéma jeune pouvant toucher des publics diversifiés.
De son côté, le parcours du Bois lacté (Milchwald), le premier film de Christoph Hochhäusler, met en lumière la précarité du jeune cinéma allemand et l'importance des salles Europa Cinemas pour leur carrière. Vivement salué par l'ensemble de la critique française, le film est sorti dans les salles françaises à la fin de l'été 2004 sur une petite combinaison de 5 copies et cumule 11 450 entrées. Le film n'avait pas été distribué en Allemagne.

Economiquement, on peut supposer que le distributeur français, ASC Distribution, rentre de justesse dans ses frais. Dans les salles du réseau, le film a attiré 7 300 spectateurs, soit 64% de ses entrées. Ces résultats restent satisfaisants, mais souhaitons au second film du réalisateur, présenté à Cannes cette année, de connaître une carrière à la hauteur des intentions du cinéaste. Falscher Bekenner sortira en Allemagne en février 2006.

Sources : Europa Cinemas et la base Lumière de l'Observatoire européen de l'audiovisuel.

Festival du Cinéma allemand de Paris: www.festivalcineallemand.com