28 Times Cinema

 

28 Times Cinema 2015

 

Le projet

 

28 jeunes cinéphiles représentant les pays membres de l’Union européenne participent chaque année au Festival International de Venise grâce à l’opération 28 Times Cinema, initiée en 2010 par le Prix LUX du Parlement européen, en partenariat avec Europa Cinemas, les Venice Days et Cineuropa.

Ces jeunes sélectionnés sur des critères d’originalité, d’engagement et de passion pour le cinéma, parmi des centaines de candidatures envoyées par les salles du réseau Europa Cinemas, ont l’opportunité de voir les films présentés aux Venice Days et de faire un travail journalistique en contribuant à un blog (Cineuropa) et aux réseaux sociaux d'Europa Cinemas. Ils prennent également part à des tables rondes et des débats avec des professionnels, des journalistes et réalisateurs. Parallèlement, les 28 sont impliqués dans le Prix LUX. Ils visionnent et débattent des 3 films finalistes avec les réalisateurs et les membres du Parlement présents à Venise et sont dans leur pays respectifs ambassadeurs pour le Prix LUX.

Depuis 2014 le « Venice Days Award » permet à ces 28 jeunes, avec l’aide de Karel Och (modérateur du Jury et directeur artistique du Festival de Karlovy Vary) et en présence d’un réalisateur (président du Jury), de remettre un prix à leur film préféré. Les délibérations finales sont ouvertes au public et à la presse et sont diffusées en live sur internet. Pour en savoir plus sur les 28, lire leurs portraits ci-dessous. 

Présentation du Projet

Johanna Wachter - Kino in Kesselhaus – Krems (Autriche)

 

2015_28_Portrait_AT

Je suis très attachée à Vienne. Je suis née dans cette ville, j’y suis retournée pour mes études et c’est encore ici que je vis et travaille aujourd’hui. En ce moment, j’étudie l’anthropologie à l’université de Vienne et je travaille à temps partiel dans une agence de communication

Le cinéma, depuis...

Je me suis toujours intéressée aux images, que ce soit la télé, les publicités, les films ou les séries. Me fascinait la façon dont les histoires (longues ou courtes) sont transmises par l’image. Avec l’école, nous allions souvent au cinéma. Avec mes amis j’avais l’habitude d’aller au cinéma pour du bon divertissement puis, plus tard, pour des contenus plus exigeants. Habitant dans une grande ville, j’ai la possibilité de vivre diverses expériences cinématographiques, comme le Festival International de Vienne ou les différents cinémas en plein air l’été.

Quel cinéma

Je n'ai pas un genre préféré, cela dépend totalement de mon état d’esprit.

Mes 3 films favoris

Trainspotting de Danny Boyle

Being John Malkovic de Spike Jonze

Atonement de Joe Wright

2015_28_3films_AT

Parler des films sur internet

Je ne participe pas aux forums online, je préfère débattre avec mes amis, face à face. Durant mes études j’ai tenu une émission sur la radio locale appelée « CineLounge », ce qui était pour moi une manière de me tenir informée, de débattre et échanger des idées et des opinions sur des films, publiquement.

Le cinéma européen

Pour moi, le cinéma européen représente l’envers de l’industrie Hollywoodienne, omniprésente. Non seulement par son contenu, mais également par la manière dont les histoires et les émotions des personnages, culturellement très riches, sont exprimées. Je suis fascinée par les films coproduits par des pays et peuples différents.

Se sentir européenne

J’ai vécu 12 mois en Norvège et 6 mois à Bruxelles, le cœur de l’Union Européenne et l’endroit où tu peux faire l’expérience de ses institutions. Comme j’ai également beaucoup voyagé sur ce continent, je me sens très européenne. J’adore explorer la variété culturelle de l’Europe et rencontrer des gens de cultures différentes.

Mon cinéma

Je représente le Kesselhaus Kino à Krems, dans la région de Basse-Autriche. Cette ville accueille le festival pluri-artistique “Donaufestival”, durant lequel le cinéma accueille des performances d’art, projections de films et ateliers. Lors de soirées spéciales « Cinezone », les projections des films sont suivies par des concerts. En raison de ces expériences, le « Kesselhaus Kino » est un endroit où j’ai toujours envie de revenir. 

2015_28_Salle_AT

Julie Vermandele – La Vénerie – Bruxelles (Belgique)

 

2015_28_Portrait_BE Julie Vermandele

J’ai 23 ans. Je suis née à Tournai, une petite ville avec un très riche passé historique et culturel. Je suis arrivée à Bruxelles il y a cinq ans pour étudier l'histoire de l'art à l'université. Après avoir obtenu mon Master l'année dernière, j’ai poursuivi des études de management culturel et fait plusieurs stages, dont un au centre culturel de La Vénerie en programmation.

Pourquoi le cinéma

Mon amour pour le cinéma vient de mes parents qui m’ont emmenée au cinéma pour la première fois quand j’étais toute petite. Voir un film a toujours été l’une de mes activités préférées. Pendant mon adolescence, ma sœur et moi avions l'habitude de passer la plupart de nos soirées à voir des films et il pouvait nous arriver de regarder le même tous les jours pendant une semaine. Pour moi, le cinéma est un moyen incroyable de découvrir d'autres mondes et d’autres réalités. Lorsque je regarde un film, je me détache entièrement de ce qui m’entoure. Chaque film est une expérience totale qui nous transporte vers d'autres lieux et d’autres époques.

Quel cinéma

J’aime les films qui vous plongent dans une ambiance particulière, avec une atmosphère créée par les décors, la musique et les costumes. Je peux aimer n’importe quel film qui propose une telle ambiance, des derniers blockbusters aux vieux films d’art et essai, même si je dois admettre que ce sont ces derniers qui me touchent le plus souvent.

Mes 3 films préférés

Il est difficile de faire un choix mais les trois films les plus importants pour moi sont les suivants, pour diverses raisons : Le fabuleux destin d'Amélie Poulain par Jean-Pierre Jeunet, Velvet Goldmine par Todd Haynes et Eternal Sunshine of the Spotless Mind par Michel Gondry.

2015_28_3Films_BE

Parler des films sur internet

Je n’utilise pas internet pour partager ma passion pour le cinéma. Je le fais directement avec ma famille, mes amis et les gens que je rencontre. J’aime découvrir des films avec eux, leur montrer des films que j’aime et recueillir leurs impressions. Il est toujours intéressant de voir comment chacun interprète et vit une histoire. Pendant mon stage dans le centre culturel, je pouvais aussi en parler avec le public de la salle.

Faire des films

Je n’ai jamais réalisé de film; je suis plus spectatrice que réalisatrice.

J’aime beaucoup prendre des photos, mais j’en poste rarement sur internet. Je préfère les imprimer et les montrer à mes amis et la famille.

Le cinéma européen

Le cinéma européen reflète bien la culture européenne, qui est très diversifiée mais qui partage un socle commun. Le cinéma européen est fascinant, depuis l'expressionnisme allemand jusqu’au cinéma contemporain, en passant par la Nouvelle Vague française. Il y a toujours un genre, un réalisateur ou un film à découvrir, de tous les pays, et c’est ce qui me plaît le plus dans le cinéma européen. 

Se sentir européenne

En tant qu'européenne, je considère que je fais partie de quelque chose d'important, même si cela peut parfois être compliqué. J’aime voyager à travers l'Europe, entrer en contact avec des cultures qui sont très proches de la mienne, mais en même temps très différentes.

Mon cinéma

Je représente La Vénerie, le cinéma de mon centre culturel local. C’est une salle excellente: les films sont toujours bien choisis et il y en a un pour tous les goûts. Ils organisent également des conférences très intéressantes sur le cinéma et un festival du film sur la diversité culturelle de Bruxelles.

2015_28_Salle_BE

Martin Dangov – Euro Cinema – Sofia (Bulgarie)

 

2015_28_Portrait_BG

Je m’appelle Martin et je viens de Sofia, Bulgarie. J’ai grandi avec des séries comme “Tom et Jerry” et “Friends”. Aujourd’hui, plus de 10 ans après, j’étudie le cinéma, plus précisément la réalisation.

Le cinéma, depuis...

J’aime bien appeler cela un heureux accident. J’ai commencé à étudier le droit, mais quelque chose n’allait pas du tout. Je m’en réjouis aujourd’hui parce que j’aime bien travailler dans le milieu de l’art.

Quel cinéma

J’ai tendance à aimer les films aux sujets sociaux. Mon genre préféré c’est le drame.

Mes 3 films favoris

Vol au-dessus d'un nid de coucou de Milos Forman

Intouchables de Olivier Nakache et Eric Toledano

El laberinto del fauno de Guillermo del Toro

 

2015_28_3films_BG

Faire des films

Mes plus grands projets jusqu’à maintenant sont deux court-métrages : un documentaire et une fiction. Malheureusement, aucun n’est sous-titré, mais vous pouvez quand même voir le documentaire ici : https://www.youtube.com/watch?v=wFozhcsB25o .

J’ai également réalisé des bandes annonces, publicités et même des clips musicaux afin d’apprendre comment me servir de la caméra Vegas.

Le cinéma européen

Pour moi, le cinéma européen a posé les bases du cinéma moderne, le cinéma comme art et non comme une simple industrie. Mes films européens préférés sont : Intouchables, Stalker, Belle Epoque...

Se sentir européen

Etre européen signifie avoir des responsabilités, garder l’équilibre entre l’ouverture d’esprit et l’héritage des traditions, apprendre à accepter la différence, tout en préservant sa morale et servir comme exemple pour le reste du monde. J’ai voyagé dans une douzaine de pays en Europe et je planifie déjà un futur voyage en France. Mais je ne cherche pas à aller vivre dans un autre pays, j’aurais beaucoup de mal à quitter mes amis.

Mon cinéma

Je représente l’Euro Cinéma, membre d’Europa Cinemas depuis 2008. J’aime ce cinéma pour son programme très varié, focalisé sur des films bulgares et européens. Récemment, j’ai été occupé avec mes projets et je n’ai pas pu participer à toutes les premières, mais cela va changer bientôt.

2015_28_Salle_BG

Elena Adamou – Cinéma Rialto – Limassol (Chypre)

 

2015_28_portrait_CY Elena Adamou

J’ai 24 ans et je viens de Nicosie. J’ai étudié les arts visuels à l'Académie des Beaux-Arts de Brera à Milan où j’ai poursuivi mes études avec un Master en conception de costumes de théâtre.

Pourquoi le cinéma

Le cinéma a toujours fait partie intégrante de ma vie quotidienne, en particulier ces deux dernières années pendant lesquelles j’ai développé un intérêt particulier pour le cinéma européen lors des cours de réalisation au sein de mon université. Le cinéma m’inspire, je ne pourrais pas vivre sans.

Quel cinéma

Il n’y a pas un genre particulier que j’aime plus que les autres. Ce que je recherche, c’est une manière intrigante de développer une idée, une pensée, une piste. J’aime les films qui laissent le spectateur observer et réagir, qui nécessitent la participation d'un public actif.

Mes 3 films préférés

Mia aioniotita kai mia mera (Eternity and a Day), Theo Angelopoulos

Fa yeung nin wa (In the Mood for Love), Wong Kar-wai

Offret (The Sacrifice), Andrei Tarkovsky

2015_28_3films_CY

Faire des films

Je ne suis pas une cinéaste professionnelle, mais j’ai produit et filmé plusieurs contenus audiovisuels et installations d'art vidéo dans le cadre de mes études.

Le cinéma européen

Pour moi, le cinéma européen est un cinéma qui affronte la réalité. C’est une façon d'apprendre à connaître le mode de vie, les préoccupations et la façon de penser des artistes de la grande communauté européenne dont nous faisons partie. Trois films que j’ai récemment trouvé intéressants : Le conseguenze dell'amore de Paolo Sorrentino, Three Windows and a Hanging de Isa Qosja et Deux jours, une nuit des frères Dardenne.

Se sentir européenne

Être citoyenne européenne me donne l'occasion d'échanger et d’être connectée instantanément au-delà des frontières physiques. Je voyage régulièrement en Europe.

Mon cinéma

Le cinéma Rialto (www.rialto.com.cy ) est géré par une organisation à but non lucratif qui a pour objectif de présenter des contenus artistiques exigeants dans la ville de Limassol, à Chypre. Le Rialto originel a été construit en 1900 à Heroes Suare, la place principale du vieux centre de Limassol. Il a été rénové dans les années 90 et a commencé à fonctionner en mai 1999. Il est désormais un des lieux principaux du centre-ville. De nombreux événements culturels s’y déroulent en plein air durant l’été et dans la salle de 568 places tout au long de l’année.

Le cinéma Rialto est le principal organisateur des deux festivals de cinéma de Chypre depuis 2000: le Chypre Film Days IFF (compétition de longs métrages de fiction) et le Festival International du Court Métrage de Chypre, co-organisé avec le ministère de l'Éducation et de la Culture de Chypre. Le Rialto programme de nombreux films européens chaque année, en général des premières à Chypre. Le Rialto est peut-être considéré comme le lieu culturel le plus important sur l'île de Chypre.

Je trouve que les activités multidisciplinaires du Rialto sont fondamentales pour la diffusion de la culture européenne à Chypre. L'organisation d'une grande diversité d'événements participe à l'expansion de l'horizon artistique et nombreux sont ceux qui, comme moi, s’inspirent de cette activité dans leur propre travail. C’est pourquoi je participe activement à tous les événements de ce cinéma.

2015_28_Salle_CY

Veronika Krejzová– Minikino – Ostrava (République Tchèque)

 

2015_28_Portrait_CZ Veronika Krejzová

Je m’appelle Veronika, mais mes amis les plus proches m’appellent « Nika ». Je suis née à Ostrava en 1996 et j’ai toujours vécu dans cette ville. A l’origine Ostrava était une ville industrielle dans une région comparable à la Bavière en Allemagne ou le Nord-Pas de Calais en France. J’étudie ici et depuis que j’ai 16 ans je travaille également dans une librairie de vieux livres, un endroit étonnant qui s’appelle Fiducia. 

Le Cinéma, depuis...

J’ai toujours aimé les films. La première fois que je suis allée au cinéma, c’était pour voir Finding Nemo de Andrew Stanton et Lee Unkrich quand j’avais six ans. 

Quel cinéma

Je n’ai pas un genre préféré en particulier. Tous les films m’intéressent, même ceux dont on m’a dit beaucoup de mal. Cela me donne d’autant plus envie de les voir que je veux comprendre pourquoi quelqu’un a pu les détester.

Ça ne me dérange pas d’aller au cinéma avec des amis, mais je préfère y aller toute seule car je trouve cela plus intime.

Je développe ma passion pour le cinéma à travers ma participation aux festivals comme l’Ostrava Kamera Oko ou le festival du film sur les droits de l'homme One World. J’organise parfois mes propres séances dans le cadre du film club Film Studio Karel (qui doit son nom à Karel Reisz) à Stará Arena (Ostrava).

Mes 3 films préférés

La plupart doivent répondre la même chose, mais je le répète : il est impossible de ne choisir que trois films. Néanmoins, voici trois films que j’aime beaucoup, parmi la longue liste de mes films préférés. Tout d’abord Du levande(Nous, Les vivants), le troisième film d’une trilogie de Roy Andersson sur ce que c’est d’être un humain. J’adore la Nouvelle Vague française, donc je dois citer Les 400 Coups de Truffaut. Le troisième film est la comédie musicale tchécoslovaque The Smoke de Tomás Vorel.

2015_28_3films_CZ

 

Le cinéma européen

La plupart des films que je regarde sont européens. J’aime aussi les films américains ou asiatiques, mais comme je l’ai dit précédemment, la Nouvelle Vague française est un des mouvements que je préfère. J’aime voir du cinéma français contemporain et tomber sur des films qui sont un peu dans cette veine, comme La fille du 14 Juillet de Antonin Peretjatko, par exemple. Il est également important de parler de la Nouvelle Vague tchèque avec des réalisateurs formidables comme Miloš Forman ou Věra Chytilová (je recommande Sedmikrásky/Daisies de cette dernière réalisatrice). Parmi le cinéma contemporain, j’aime les films allemands, Lollipop Monster. Les films scandinaves sont également très intéressants. Heureusement, à Ostrava, nous avons des festivals de films scandinaves, ainsi que le festival La Película ou celui du film français.

Mon cinéma

Je représente la salle Minikino : un endroit particulier qui est en grande partie à l’origine de mon goût pour le cinéma. C’est une petite salle avec un café très agréable et dans laquelle je me rends depuis que j’ai 14 ans. C’est là que j’ai vu un film d’art et essai pour la première fois, et où j’ai rencontré plein de gens passionnants. C’est un peu cet endroit, ainsi que le Fiducia, qui m’ont élevée.

2015_28_Minikino_CZ

Sven Angene – Yorck Kino – Berlin (Allemagne)

 

J’ai 23 ans et je suis étudiant en Histoire. J’ai grandi dans une petite ville, mais depuis 4 ans j’habite à Berlin.

Pourquoi le cinéma

J’ai toujours aimé les films – c’est ce que tout le monde répondrait si vous leur demandiez pourquoi le cinéma. Néanmoins, ma passion pour les films et le cinéma a grandi quand je suis arrivé à Berlin. Je ne peux / ne veux pas – me rappeler le temps où j’allais voir seulement des films hollywoodiens doublés dans un Cineplex, mais au moins je suis content d’avoir été amené à connaître ce qui me manquait.

Les films me touchent profondément ; quand je regarde un film, ma conscience s’efface et ne revient qu’à la fin du film, la projection requiert mon attention complète et c’est difficile de comprendre cette sensation d’être secoué quand les lumières se rallument.

Enfin, j'aime le pouvoir qu'a le cinéma de raconter des histoires et de créer des expériences d’une manière très différente des autres médias. Des fois, un seul plan suffit pour expliquer la relation la plus complexe ou pour expliquer le concept le plus abstrait et inconcevable.

Quel cinéma

Il n’y a pas vraiment de genre dont je ne tire rien, sauf peut-être les comédies musicales, les films de Bollywood. D’une manière générale, je préfère le film d’horreur psychologique au film de monstres. Je trouve les films d’action un peu fades ces derniers temps, tout comme la plupart des comédies. J’aime les films qui sont cohérents, donc pour moi un Happy End ne doit pas être une obligation. De plus je suis fan de l’humour noir, l’expérimentation esthétique, du cinéma lent et minutieux et de la violence bien dosée.

Mon film favori

Je n’arrive pas à décider quels films je préfère. Ils sont beaucoup trop nombreux et divers, je changerais d’avis toutes les minutes. Mais il y en a un qui surpasse tous les autres à mes yeux : Eraserhead de David Lynch. La première fois que je l’ai vu, je fus si troublé que j’étais certain de ne jamais le regarder à nouveau, bien que je l’aie adoré. Un mois plus tard, je l’avais déjà revu trois fois. Il m’arrive de me réveiller en pleine nuit, de sauter hors du lit et de le regarder à nouveau. 

2015_28_Film_DE

Parler des films sur internet

Chaque année je vais à la Berlinale avec trois amis et nous écrivons à ce propos sur notre blog en ligne : 

http://4kinderund1feldbett.de/ . Les articles sont en allemands, mais allez y faire un tour si vous voulez savoir pourquoi Mot naturen de Ole Giæver and Marte Vold est formidable et pourquoi Nadie quiere la noche de Isabel Coixet ne l’est pas. 

Le cinéma européen

Le cinéma européen est trop divers pour être résumé en un mot, et c’est ce que j’aime en lui. Beaucoup de mes films favoris sont scandinaves, donc je dirais que j’ai une affinité particulière pour eux.

Mon cinéma

Je représente le groupe Yorck Kinogruppe de Berlin et ses 12 cinémas. Ils projettent une grande variété de films, proposent des événements spéciaux et des avant-premières surprises (appelées Sneak Previews) dans deux de leurs salles, ce que j’apprécie beaucoup. Les salles Yorck procurent ce sentiment que le cinéma est un espace infini de créativité. Je me rends dans l’un de leurs cinémas au moins une ou deux fois par semaine pour une Sneak Preview et une séance normale.

2015_28_Salle_DE

Monica Svane – Vester Vov Vov – Copenhague (Danemark)

 

2015_28_portrait_DK Monica Svane

Je vis, j’étudie et travaille à Copenhague, une de mes villes préférées. Ma passion pour le cinéma a guidé mon choix d’étudier le cinéma et les médias pendant cinq ans à l’Université de Copenhague. Il est difficile de trouver du travail rémunéré dans ce domaine à Copenhague mais j’ai fait deux stages à la Danish Broadcast Company et au sein de notre festival de cinéma local, le CPH PIX.

Le cinéma, depuis...

C’est à l’université que j’ai officiellement appris à connaître le cinéma mais je me rappelle avoir été intéressée par le septième art depuis mon plus jeune âge. Mes premiers souvenirs de joies cinématographiques remontent aux dizaines de films Disney Classics regardés quand j’étais enfant, mais ce fut un autre film qui éveilla mon intérêt de façon extraordinaire. Je me rappelle très clairement que ma mère l’avait enregistré sur une cassette et que je m’étais mise à le regarder en boucle sans même savoir son titre. Plus tard j’appris qu’il s’agissait de Mon voisin Totoro de Hayao Miyazaki. La magie de ses images a marqué le début de mon histoire d’amour avec le cinéma.

Quel cinéma

Je n’aime pas catégoriser mes préférences en ce qui concerne les genres. Lorsqu’on me demande de le faire, je réponds toujours que c’est la pire chose qu’on puisse demander à une fan de film. Pour faire court, j’aime tout film qui fait que mon cœur bat la chamade ou qui fait rouler une larme sur ma joue. Récemment, ce furent Fúsi de Dagur Kari, Léviathan d’Andrey Zvyagintsev et Whiplash de Damien Chazelle. 

Mes 3 films favoris

Fight Club de David Fincher

Le Seigneur des Anneaux de Peter Jackson

Le cabinet du Dr. Caligari de Robert Wiene.

Dans ces trois films, c’est le récit qui m’a particulièrement frappée. Le Seigneur des Anneaux est le premier blockbuster « pour adultes » que j’ai vu, et Le Cabinet du Dr. Caligari fut le premier film projeté à l’Université, ce qui me conforta dans mon choix d’y étudier. Fight Club est et sera toujours la première réponse qui me vient à l’esprit quand on me demande quel est mon film favori, de même d’ailleurs que David Fincher quand on me demande quel réalisateur je préfère. J’ai vu ce film un trillion de fois et l’ai analysé sous tous les angles possibles et cependant il me surprend toujours lorsque je le regarde à nouveau.

 

2015_28_3films_DK

Parler des films sur internet

Cela fait trois ans que j’écris des critiques de films pour le site internet cinemaonline.dk . J’aime débattre sur des forums consacrés au cinéma mais je préfère avant tout partager mes opinions avec mes proches, que ce soient mes amis ou ma famille, plutôt qu’en ligne. 

Le cinéma européen

Selon moi, les films du réalisateur danois Lars Von Trier représentent le cinéma européen moderne car ils illustrent la diversité culturelle européenne tout en mettant en scène des personnages auxquels on peut s’identifier, le tout dans un récit passionnant. Récemment je suis aussi tombée amoureuse de films islandais comme Fúsi et Life in a Fishbowl car ils m’ont totalement immergée dans la culture islandaise. Cette capacité d'immersion est pour moi le trait le plus puissant du cinéma européen. 

Se sentir européenne

Ce n’est pas un sujet auquel je réfléchis activement. Je n’ai voyagé qu’en Europe, ou presque, et même si j’ai découvert différentes cultures, il y a pour moi un socle commun. 

Ma salle de cinéma

Je représente le petit cinéma Vester Vov Vov, situé dans le centre de Copenhague. Pas besoin d’être un fan de cinéma pour se rendre compte que le panel de films qui y sont présentés est sélectionné avec le plus grand soin, et avec le meilleur goût ! On peut dire sans risque que le Vester Vov Vov est un des plus intrigants et audacieux de Copenhague aujourd’hui.

2015_28_salle_DK

Maarja Hindoalla – Kino Artis – Tallinn (Estonie)

 

2015_28_portrait_EE

Je suis née et j’ai été élevée dans un petit village à côté de la mer en Estonie, mais j’ai déménagé à Tallinn pour prendre des cours de cinématographie pendant mon Lycée. J’ai étudié le journalisme à l’Université de Tartu et aujourd’hui je fais mon master en histoire de l’art et travaille en freelance en tant que critique de films et comme programmatrice du Just Festival, un petit festival pour les jeunes organisés en parallèle du Festival Black Nights à Tallinn.

Le cinéma depuis...

Le premier film que j’ai vu était Sauver Willy de Simon Wincer, quand j’avais 4 ans. J’ai pleuré pendant tout le film et j’ai essayé de convaincre ma mère d’avoir une orque comme animal domestique. J’étais très surprise par la force avec laquelle un contenu fictionnel m’avait touchée et, après cet évènement, j’ai su que le cinéma était ma grande passion.

Quel cinéma

J’ai une préférence pour les films d’horreur mais dans mon travail je me concentre surtout sur les drames. J’ai tendance à être une spectatrice émotionnelle et j’espère toujours qu’un bon film me donnera un aperçu sur un sujet intéressant ou la possibilité d’élargir ma réflexion sur des sujets qui me sont étrangers.

Mes 3 films préférés

Blind de Eskil Vogt

Gone Girl de David Fincher

Chemo de Bartosz Prokopowicz

2015_28_3films_EE

Faire des films

J’ai commencé à faire des films quand j’étais au lycée mais quand je me suis rendue compte que mon intérêt pour le cinéma étais plutôt dans la théorie que la pratique j’ai commencé à étudier et à écrire et mes réalisations ont été ensevelies sous la poussière du temps.

Le cinéma européen

Je trouve qu’il est difficile de parler du cinéma européen en tant qu’unité car chaque pays a sa propre tradition filmographique et un style singulier. Comme je me concentre majoritairement sur le cinéma européen dans mon travail, il y a beaucoup de films qui m’ont influencée et qui ont forgé mon goût. J’aime spécialement les drames sombres du nord, tels que The Hour of the Lynx de Søren Kragh-Jacobsen ou Amnesia de Nini Bull Robsahm. Avant je me concentrais plus sur les drames visuellement fascinants de la Belgique et des Pays-Bas, par exemple I'm the Same, I'm an Other de Caroline Strubbe ou Shocking Blue de Mark de Cloe. Mais récemment  je me suis plus intéressée au cinéma polonais avec par exemple Body de Małgorzata Szumowska, The Red Spider de Marcin Koszałka, Floating Skyscrapers de Tomasz Wasilewski et Nude Area de Urszula Antoniak.

Se sentir européenne

J’aime bien voyager mais je n’ai jamais vécu à l’étranger, pour moi être européenne c’est justement ça – je n’ai pas besoin de quitter ma maison pour m’engager dans des projets ou des structures transfrontalières. Les frontières sont ouvertes et on est libre de voyager tant qu’on veut – pour découvrir de nouveaux endroits, de nouvelles personnes, vivre d’autres expériences et pouvoir en même temps vivre chez soi, proche de sa famille.

Mon cinéma

Je représente le cinéma Artis à Tallinn. Artis est le cinéma qui m’a guidée dans mes premiers pas dans le domaine du cinéma. En 2010, Artis a hébergé une initiative d’une semaine organisée par des jeunes cinéphiles. A cette occasion j’ai eu l’opportunité de connaître le directeur de Just Film grâce auquel je travaille aujourd’hui dans le festival. Pour cette raison, Artis est très important pour moi et j’essaie encore aujourd’hui de voir le plus de séances possibles dans ce cinéma qui a par ailleurs une atmosphère merveilleuse.

2015_28_salle_EE

Carles Bover Martínez – CineCiutat – Palma de Majorque (Espagne)

 

2015_28_portrait_ES Carles Bover Martínez

J’ai 23 ans. Je viens de Palma de Majorque, situé dans les îles méditerranées à l’est de l’Espagne. J’ai un diplôme en Communication audiovisuelle et un Master en Documentaire. Actuellement, je suis chef du département audiovisuel dans une association qui travaille avec des personnes handicapées, la fondation Amadip Esment. Je suis aussi une formation en Vidéo à la demande et nouveaux modèles commerciaux.

Pourquoi le cinéma

Il n’y a pas eu un moment ni une situation spécifiques qui m’ont fait découvrir ma passion pour le cinéma. J’aime les gens et les histoires et petit à petit j’ai appris à aimer le cinéma et son pouvoir de raconter des histoires. J’aime le cinéma comme moyen de transmettre des émotions à travers les images et les sons, qui nous emportent à d’autres endroits et nous font voyager dans le temps. 

Quel cinéma

J’aime beaucoup les films sans me limiter à un genre en particulier. Mais je choisirais tout de même le documentaire car c’est mon domaine de travail privilégié.  

Mes 3 films favoris

The Thin Red Line de Terrence Malick

Perfect Blue de Satoshi Kon

Nuit et brouillard d’Alain Resnais

2015_28_3films_ES NEW

 

Faire des films

J’ai réalisé un court métrage documentaire consacré à mon cousin qui souffre d’une infirmité cérébrale et je travaille maintenant sur un documentaire sur l’attaque israélienne à Gaza qui a eu lieu l’été dernier. Vous pouvez visionner les bandes annonces via les liens suivants :

Listen to my eyes - https://vimeo.com/user5205768/trailer-escucha-mi-mirada

Gas the Arabs - https://vimeo.com/user5205768/gasthearabs  

Le cinéma européen

J’aime bien le cinéma européen parce qu’il raconte des histoires différentes de celles véhiculées par Hollywood. Je l’aime non seulement pour les histoires basées en Europe, mais je me sens aussi fier de la faculté des producteurs européens à réaliser des films en dehors de l’Europe, tel que The Act of Killing de Joshua Oppenheimer.

Se sentir européen

Je ne sens pas en moi une identité européenne mais j’aime bien voyager sur le continent et connaître ses petits villages, ses cultures et peuples. Il y a deux ans j’ai fait un voyage InterRail au centre de l’Europe avec deux amis. Nous allons rééditer l’expérience cette année.

Mon cinéma

Je représente la salle CineCiutat à Palma de Majorque, créée à travers une initiative citoyenne pour sauver la fermeture d’un cinéma art et essai qui ne projetait que de la VO.

2015_28_Salle_ES

CineCiutat n’est pas un cinéma ordinaire, la prise de décision est faite de manière démocratique car tous les membres peuvent y participer et le cinéma programme aussi des films classiques, des événements pour les enfants, accueille des réalisateurs, etc.

En général, je m’y rends une fois par semaine pour voir un film mais aussi, pour participer à d’autres activités. Pour moi, c’est un endroit qui représente plus qu’un cinéma car c’est un lieu pour rencontrer des gens, partager la passion du cinéma et réinventer l’utilisation d’une salle de cinéma. 

Via Valin – Kino Engel – Helsinki (Finlande)

 

2015_28_portrait _FI Via Valin Selfie

Je suis née et j’ai grandi à Helsinki mais je passe beaucoup de temps à Stockholm. Récemment, j’ai fait un stage en multimédia à l’Institut finnois de Madrid et en production dans la société de production Sons of Lumière. Cet été, j’ai aidé à faire des interviews d’acteurs chez Castbook TV.

Le cinéma depuis...

Mon père est un vrai cinéphile et m’a montré plein de films depuis que je suis petite. Regarder des films a toujours été une activité quotidienne pour moi. Je regardais des films avant même de pouvoir parler. Le cinéma est une combinaison de toutes les formes d’art et peut amener les gens à prendre conscience de certains sujets et créer de nouveaux univers.

Quel cinéma

Je suis très curieuse donc je suis toujours ouverte à tous les genres des films. Cependant, je crois qu’il est plus difficile de trouver une bonne comédie qu’un bon drame. 

Mes 3 films préférés

Je dirais : Persona d’Ingmar Bergman, Elephant Man de David Lynch et Control d’Anton Corbijn.

2015_28_3films_FI

Parler des films sur internet

Pour être honnête, je ne suis pas tout le temps sur internet. Je préfère discuter des films avec d’autres personnes en direct car je participe à un ciné-club. J’essaie de me rendre en festival dès que je peux. 

Faire des films

J’ai fait quelques courts métrages au cours de mes différents jobs et pour me présenter aux écoles de cinéma.

Le cinéma européen

2015_28_salle _FI

Il est très difficile de définir le cinéma européen car il regroupe beaucoup de genres de films différents. Je dirais qu’il y a beaucoup de bons films indépendants en Europe. J’adore les films d’Ingmar Bergman. Son film Fanny & Alexander est un de mes films préférés. Un autre film qui m’a beaucoup touché : Une journée particulière d’Ettore Scola. D’autres bons exemples sont les films français Le feu follet de Louis Malle et L'année dernière à Marienbad d’Alain Resnais. Récemment j’ai été très touchée par le film Whores' Glory de Michael Glawogger et par le court-métrage Listen d’Hamy Ramezan. 

Se sentir européenne

En tant qu’européenne, il est facile de voyager sur le continent. C’est génial et j’essaie de voyager le plus possible. J’adore le fait d’appartenir à une communauté multiculturelle. J’ai aussi vécu à Helsinki, Madrid et Stockholm.

Mon cinéma

Petite salle située au cœur d’Helsinki. Réputée pour la qualité de sa programmation.

Angelo Pichon – Cinéma Quai Dupleix – Quimper (France)

 

2015_28_Portrait_FR

J’ai 17 ans et j’habite Elliant, un petit village en Bretagne, à coté de Quimper. L’année dernière j'ai passé mon bac en littérature et en octobre prochain je commence ma licence en théâtre et cinéma à l’université.

Le cinéma depuis...

J’ai toujours aimé les films. J’ai passé mon enfance à regarder les animations Disney et le film Les temps modernes de Charlie Chaplin. Je ne saurais pas dire pourquoi mais ce film m’a beaucoup marqué. Après, à quatorze ans, j’ai commencé mes cours de cinéma au collège les mercredis après-midi. Les cours pratiques et théoriques étaient comme une révélation pour moi et m’ont permis de renforcer ma passion pour les films.

Quel cinéma

Les drames et les mélodrames sont mes préférés. J’aime bien aussi les films qui parlent de la vie de tous les jours, avec des personnages communs traités comme des héros. C’est pour cela que Jacques Tati est un de mes réalisateurs préférés. J’aime également les films de samurais et certains films de science-fiction.

Mes 3 films favoris

Ce n’est pas facile de choisir trois films alors je vais mentionner les trois qui m’ont le plus touché et qui exercent encore une influence sur moi : The Virgin Suicides de Sofia Coppola, Laurence Anyways de Xavier Dolan et De l'Influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites.  

2015_28_3films_FR

Faire des films

J’ai réalisé avec une amie un film appelé You go. Vous pouvez le visionner sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=3WLB17Tw3d0

Le cinéma européen

Le cinéma européen représente pour moi la diversité et la richesse culturelles. Notamment les courants de l’expressionisme allemand, la Nouvelle Vague en France ou la Movida en Espagne. Les films européens qui m’impressionnent le plus sont ceux de Pedro Almodovar.

Se sentir européen

Je me sens vraiment européen et je participe souvent aux colonies de vacances organisées dans différents pays de l’Europe. J’ai eu aussi plusieurs expériences d’échanges en Allemagne, Espa

2015_28_salle_FR

gne et Pologne et j’ai pris l’option européenne dans mon collège. Ce qui me plaît le plus, c’est d’échanger avec des étrangers et de pratiquer d’autres langues.

Mon cinéma

Je représente le Cinéma Quai Dupleix à Quimper. Il possède les trois labels “art et essai”. C’est là qu’on allait voir des films avec le collège. C’est un endroit où j’y vais souvent car l’équipe est très passionnée et proche du public. De plus le cinéma est situé sur les quais dans un endroit très beau.

Simon Ramshaw – Tyneside Cinema – Newcastle (Grande-Bretagne)

 

2015_28_ portrait_GB Simon Ramshaw

Je m’appelle Simon Ramshaw, je suis né et j’ai grandi à Newcastle dans le nord de l’Angleterre et je suis actuellement des études en littérature et écriture créative à l’Université de Newcastle.

Le cinéma, depuis...

J’aime le cinéma depuis tout jeune. J’étais tellement fasciné par les premiers films X-Men que mon père m’a acheté un exemplaire d’Empire Magazine avec Wolverine en couverture. C’est ainsi qu’a commencé mon histoire d’amour sordide mais sincère avec le cinéma.

 

 

Quel cinéma

J’aime tous les bons films, quel que soit le genre, mais je dois reconnaître que j’ai un faible pour les films épiques de 1979. 

Mes 3 films préférés

Mes deux films préférés sont probablement Stalker d’Andrei Tarkovsky et Apocalypse Now de Francis Ford Coppola, deux films sublimes et intimes dans leur inspection des aspirations et distorsions de l’âme humaine. Je suis aussi un grand fan du film Drive de Nicolas Winding Refn pour des raisons complétement différentes (il est GENIAL).

2015_28_3films_GB NEW

Parler des films sur internet

L’année prochaine je serai le coéditeur de la section cinéma du journal étudiant de l’Université de Newcastle The Courier. Je publie aussi des critiques sur les films que je vois sur le réseau social Letterboxd et pour le site internet Cuckoo Review .

Faire des films

J’ai été le directeur de la photographie sur le court-métrage documentaire multi-récompensé de Northern Stars, I Am Sam. Je participe également à la Pop-Up Film School du Tyneside Cinema. Nous avons développé nos propres projets, dont une courte parodie de Birdman d'Alejandro González Iñárritu. J’ai participé à trois cours en association avec Northern Stars et le British Film Institute, et j’ai eu l'honneur d’avoir un tutorat BAFTA avec un producteur local, Ed Barratt.

Le cinéma européen

Je représente le cinéma Europa Cinemas de Newcastle, le Tyneside Cinema, dans lequel je me rends régulièrement. Il m’a ouvert les yeux sur le cinéma européen ; depuis Les petites marguerites et

2015_28_salle_GB

O necem jinem (Something Different) de Vera Chytilová, jusqu’à leur saison de programmation européenne, What Have the Europeans Ever Done For Us? En tant que spectateur, resté assis pendant les sept heures épuisantes de Sátántangó, je suis attiré par le cinéma européen.

Je trouve que le cinéma le plus passionné est le cinéma européen moderne. C’est celui qui procure les émotions les plus puissantes. J’ai vu la comédie noire et perturbante de Yorgos Lanthimos Kynodontas (Canine), et une fois de plus, ça m’a prouvé que le cinéma européen est celui qui met à nu les aspects les plus sombres, fascinants et surprenants de l’humanité.

Se sentir européen

Je dois avouer que je n’ai été en Europe continentale que pendant cinq jours à l’occasion d’un voyage de classe quand j’avais 14 ans. C’est pourquoi je suis d’autant plus excité de partir dans une région d’Europe qui n’est pas les îles espagnoles ou Chypre. Ayant toujours habité à Newcastle, je suis fier de faire partie d’un continent qui a une telle diversité de cultures et de paysages.

Aristea Tomopoulou – Danaos – Athènes (Grèce)

 

2015_28_portrait_GR Aristea Tomopoulou

Je m’appelle Aristea. Je suis née et j’ai grandi à Athènes. J’ai déménagé en Ecosse à 18 ans pour étudier la psychologie. Quatre ans plus tard, j’ai reçu mon diplôme dans une petite ville du nom de Stirling et j’ai emménagé à Edimbourg pour étudier le cinéma.

Le cinéma depuis...

Quand j’étais plus jeune, j’allais tout le temps à la boutique de location de films et je choisissais des films au hasard. J’aimais regarder des films de tous les pays. Je pense que j’ai toujours aimé l’idée qu’il y a une réalité alternative.

 

Quel cinéma

J’aime les films lents où rien ne se passe vraiment, dans la veine de Cassavetes. Mais j’apprécie aussi les films noirs et toutes les bonnes comédies. 

Mes trois films préférés

Les nuits de Cabiria, Federico Fellini

La fin du printemps, Yasujirô Ozu

Le rayon vert, Eric Rohmer

2015_28_3films_GR

Parler des films sur Internet

J’ai l'habitude de parler de cinéma et des films récents avec mes amis, mais je n’ai encore ni blog ni forum.

Le cinéma européen

Le cinéma européen c’est quelque chose de très intime pour moi. Quand j’étais plus jeune, j'aimais beaucoup la Nouvelle Vague française, mais en grandissant, j’ai commencé à apprécier le surréalisme espagnol de Buñu

2015_28_salle_GR

el et Saura, ainsi que le réalisme britannique de Loach et Leigh. Toutefois, mon cinéma européen préféré est le cinéma italien. Fellini et Antonioni m’ont façonnée en tant que personne et j’ai une affection particulière pour leurs films.

Se sentir européen

J’essaie de voyager autant que possible en Europe. J'ai vécu en Grèce et en Ecosse, deux endroits très différents avec des gens très similaires. J'espère qu’un jour, j’aurai l’occasion de vivre en Espagne.

Mon cinéma

Je représente le cinéma Danaos, la salle de cinéma art et essai la plus renommée d’Athènes. Le Danaos a toujours eu les meilleurs films et je me souviens des files d'attentes avec mes amis, tous les vendredis après l'école pour voir des films comme Le ruban blanc de Michael Haneke ou Valse avec Bachir d’Ari Folman. C’est là que j’ai vu certains de mes films préférés. Maintenant que je vis en Ecosse, je ne m’y rends que rarement mais j’en garde de très bons souvenirs.

Nikolina Hrga – Art-Kino Croatia – Rijeka (Croatie)

 

2015_28_portrait_HR Nikolina Hrga

J’ai 25 ans, j’habite et j’étudie à Rijeka. Après avoir obtenu mon diplôme en études culturelles de l’Europe du Sud Est à la faculté de philosophie et des sciences sociales de Rijeka en octobre 2013, j’ai commencé mon deuxième Master en Arts et Média à l’Académie d’Arts appliqués de Rijeka. Ces dernières années, j’ai participé à plusieurs ateliers et master classes en cinéma, principalement en écriture de scénario. Je suis intéressée par les films, la littérature et le théâtre. Et si je dois me décrire en un seul mot, je dirais que j’aime raconter des histoires.

Le cinéma depuis...

A l’âge de la VHS, mes parents, ma sœur et moi étions de gros consommateurs de cinéma. C’était un truc de famille, jusqu’au lycée. Je ne me rappelle pas de ma première expérience mais je sais que c’était avec ma grande sœur. C’est elle qui m’a introduit à mes grandes passions, le cinéma et la littérature. Même si j’ai grandi dans un milieu populaire sans éducation artistique, je suis convaincue que les années passées à regarder des films m’ont amené où je suis aujourd’hui, à étudier le cinéma. Aujourd’hui, aller au cinéma, seule ou avec mes amis, est un besoin.

Quel cinéma

Par-dessus tous les genres et catégories, j’aime bien les films avec un potentiel subversif au niveau social ou intime. J’adore les films qui provoquent tous nos sens et éveillent notre imaginaire. L’esthétique, le style et les histoires de Woody Allen, Paul Thomas Anderson, Ingmar Bergman, David Lynch, Akira Kurosawa, Charlie Kaufman, Billy Wilder et Wim Wenders sont mes préférés.

Mes 3 films préférés

Il y a beaucoup de films qui ont été importants pour moi à un certain moment de ma vie (encore aujourd’hui) mais je vais mentionner trois films qui sont très importants pour moi, en tant qu’être humain et future réalisatrice : Le fabuleux destin d'Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet, Ikiru (Vivre) d’Akira Kurosawa et Vol au-dessus d’un nid de coucou de Miloš Forman.

 

2015_28_3films_HR

Faire des films

Il y a deux ans, j’ai écrit mon premier scénario pour un documentaire avec le soutien du Centre audiovisuel croate. Aujourd’hui, je développe ce projet avec le soutien de la compagnie de production Fade In. Je fais également la postproduction de mon premier court métrage de fiction I rest my case, qui est aussi mon travail final pour le master.

2015_28_salle_HR

Le cinéma européen

J’aime l’approche artistique du cinéma européen. Regarder un film européen peut réellement vous faire voyager d’un pays à l’autre. J’aime notamment les cinématographies française, espagnole et suédoise.  

Se sentir européen

Je ne peux pas dire que je suis très nationaliste mais j’aime dire que je vis dans un très joli coin du monde, d’Europe et finalement, de Croatie. Je n’ai pas beaucoup voyagé mais j’espère voyager en Europe.

Mon cinéma

Je représente le cinéma Art-Kino Croatia, une vieille et belle salle de Rijeka qui a une âme (anti-multiplexe). Ils ont toujours une programmation géniale, le personnel est cinéphile et l’atmosphère est très intime.

Sámuel Barna – Cirko Gejzir Filmszinhaz – Budapest (Hongrie)

 

2015_28_portrait_HU Samuel Barna

Je m’appelle Sámu. Je suis né et j’ai grandi à Budapest. Je suis étudiant en deuxième année de cinéma à l'Université Eötvös Loránd. Je travaille dans une auberge de jeunesse en tant que réceptionniste et je réalise souvent des courts métrages durant mon temps libre.

Le cinéma depuis...

A l'âge de 7 ou 8 ans, j’ai aidé mon cousin à tourner un film d'horreur lors des vacances de Noël. Je devais interpréter le monstre sous le lit qui attrape la cheville de l'héroïne quand elle sort du lit. C'était très amusant. Le soir même, nous avons regardé Beetlejuice de Tim Burton. Je considère ce jour comme ma première rencontre avec le vrai cinéma.

 

Quel cinéma

J’aime les films qui ont quelque chose de spécial, quel que soit le genre. Il peut s’agir d’un scénario particulier, de la photographie, du jeu des acteurs, ou d'un mélange de tout cela.

Mes 3 films préférés

C’est particulièrement difficile de choisir 3 films, donc au lieu de ça, je préfère choisir un film hongrois, un film de mon réalisateur préféré Jim Jarmusch et un film que j’ai beaucoup aimé récemment : Szindbád par Zoltán Huszárik, Night on Earth par Jim Jarmusch et Turist (Snow Therapy) de Ruben Östlund.

2015_28_3films_HU

Faire des films

Je réalise souvent des courts-métrages, car mon principal objectif dans la vie est de devenir réalisateur de cinéma.

Mon dernier travail a été un trailer pour un livre d’Ádám Nádasdy, un poète célèbre, traducteur et linguiste. Dans ce livre, il a décidé de partager son histoire personnelle en racontant la vie d’un gay en Hongrie ou ailleurs.

Vous pouvez trouver le trailer ici: https://www.youtube.com/watch?v=898iSYfv-Tc

Mon autre court-métrage récent porte sur cinq femmes qui voyagent à travers Budapest: https://vimeo.com/123413862

Mon premier court-métrage a remporté le deuxième prix au Festival national du film lycéen en 2013 (OKF2013). J’en suis particulièrement fier parce que le président du jury du festival était Miklós Jancsó :

https://www.youtube.com/watch?v=AQmJAIhz7Nw

Le cinéma européen

Je crois que le cinéma européen a toujours représenté une façon unique de filmer. Je pense qu’un film peut être qualifié d’européen dès lors qu’il propose un message au spectateur qui va au-delà du divertissement. Le cinéma européen est très varié. Les films sont très différents d’un pays à un autre et d’une époque à une autre, mais un bon film européen a toujours quelque chose à transmettre.

Se sentir européen

Bien que d’une certaine manière, il y ait toujours eu des valeurs européennes communes et un état d'esprit européen, l’identité européenne en tant que telle est une idée relativement récente et qui est en train de prendre forme. J’aime cette idée et je suis fier de pouvoir en faire partie.

Mon cinéma

2015_28_salle_HU

Je représente le plus petit cinéma de Budapest. Bien que le Cirko-Gejzír ne soit pas un multiplexe, il propose une grande diversité de films. Ils diffusent des films que les autres cinémas ne programment pas. J’aime particulièrement ce cinéma, parce qu’à chaque personne qui est importante pour moi est associé un bon souvenir de film dans cette salle.

Ross McDonnell – Irish Film Institut – Dublin (Irlande)

 

2015_28_portrait_IE Ross McDonnell

J’ai grandi dans le comté de Clare avant de déménager à Dublin pour les études. Après avoir terminé l'université cette année, j’ai emménagé à Londres pour travailler.

Pourquoi le cinéma

J’ai du mal à me rappeler mon enfance ou à replacer mes souvenirs dans le temps. C’est pourquoi j’en ai relativement peu qui sont liés au cinéma. Certains de mes souvenirs récents me donnent l’impression d’être plus anciens : le premier film que j’ai vu seul au cinéma est Frances Ha by Noah Baumbach, ce fut par la même occasion le premier film que j’ai vu dans une salle de cinéma vide.

Dans les années qui ont suivi, je me suis de plus en plus entiché du cinéma, et j’ai commencé à comprendre ce qui est propre au cinéma, ce qui est cinématographique.

Cette approche de l'esthétique me passionne. Les différents modes de représentation touchent différentes personnes de différentes façons. Dans un sens, un film comme Frances Ha illustre la raison pour laquelle je trouve le cinéma si puissant: il explore la relation entre les gens et l'art, tout en représentant de façon presque symétrique le lien entre le fond et la forme du récit.

Quel cinéma

C’est un lieu commun, une réponse bateau, mais j’aime regarder toutes sortes de films. Mon film idéal serait mélancolique dans sa tonalité, mais avec une touche d’exubérance, et aborderait de manière implicite des sujets universels comme le temps et le deuil.

Mes 3 films préférés

Mon film préféré du moment, Baisers volés, reprend l’alter-ego imaginaire/improvisé de Truffaut, Antoine Doinel, et le fait jouer avec malice (si ce n’est avec fantaisie) dans une comédie charmante et loufoque.  Comme dans la vie, douleur et pathos sont présents, mais ils se heurtent ici au jeu déjanté et clownesque caractéristique de Jean-Pierre Léaud. Moins avant-gardiste que les collaborations de Léaud avec Godard, Eustache et Pasolini, Baisers volés est le portrait tendre et sensible d’un jeune adulte solitaire et malheureux. Pour tempérer le burlesque avec un peu d’austérité, je citerais Persona. C’est encore un choix trop évident et trop facile, mais l'intensité remarquable et la concision de cette œuvre angoissante et frontale de Bergman est indéniable, bien que je pense lui préférer Scènes de la vie conjugale. Viscéral et nauséabond, anti-romantique et aliénant, le film raconte avec frénésie la dégénérescence des deux personnalités centrales et transmet avec une efficacité stupéfiante son anxiété théâtrale et ses traumatismes au spectateur. Enfin, Trois couleurs: Rouge de Kieslowski est un film rare qui mérite vraiment son optimisme. Intime et ambitieux en même temps, l’équilibre romanesque entre objectivité et subjectivité du film (et de ses deux compatriotes, Bleu et Blanc) accumule plusieurs histoires et suggère leur interdépendance. 

2015_28_3films_IE

Le cinéma européen

2015_28_salle_IE

Je suppose que je suis optimiste à propos du cinéma européen car il devient de plus en plus uni au fil de l’accroissement des co-productions internationales. Il a une double personnalité : un canon d’Europe occidentale largement reconnu, et un style innovant tourné vers l’avenir provenant d’Europe centrale et orientale. Mes deux films préférés cette année sont deux films européens: Eden de Mia Hansen- Løve et Plemya (The Tribe) de Miroslav Slaboshpitsky.

Mon cinéma

Je représente l'Irish Film Institute, à la fois un cinéma d’art et d’essai et un organisme national, que je fréquentais régulièrement quand j’étais à l'université. J’essayais toujours d’intercaler une séance entre deux passages à la bibliothèque.

Francesco Pierucci – Modernissimo – Naples (Italie)

 

2015_28_portrait_IT

Je suis né à Naples il y a 25 ans. Je suis allé à Milan pour poursuivre mes études de cinéma. J’ai obtenu mon Master en Histoire du Cinéma avec deux thèses, l’une portant sur la violence du silence dans les films de Kim Ki-duk et l’autre sur le chemin de la culpabilité dans les films de Clint Eastwood. Je suis scénariste et critique de cinéma. J’ai aussi travaillé comme auteur pour une agence de publicité l’année dernière.

Pourquoi le cinéma

Le cinéma est ma vie: je vis pour les films et les films vivent en moi. J’ai grandi dans une famille d’exploitants de cinéma et j’ai passé les plus beaux moments de toute ma vie dans une salle de cinéma. J’ai même fêté mes anniversaires là-bas. Je ne peux pas imaginer mon existence sans le cinéma.

Quel cinéma

Je n’ai pas un genre de film préféré. J’aime presque tout : films d’action, drames, comédies, films noir, thrillers. En général, j’aime les films qui me transmettent des émotions intenses.

Mes 3 films préférés

3-Iron est le premier film de Kim Ki-duk que j’ai regardé. Je l’aime parce que son silence poétique est capable de communiquer mieux que les mots.

Je suis très lié à Collateral de Michael Mann non seulement parce qu’il est un thriller merveilleux, mais aussi, parce qu’il est le dernier film que j’ai regardé avec mon oncle Alfredo avant sa mort.

Le troisième film est Mommy de Xavier Dolan, le film le plus extraordinaire des cinq dernières années. Il me donne un sens de liberté qui me rend extrêmement heureux et triste en même temps. Je suis tombé amoureux de tous les personnages et je voudrais les retrouver encore plusieurs fois.

2015_28_3films_IT

Parler des films sur internet

Je gère mon blog, Il Disoccupato Illustre (https://ildisoccupatoillustre.wordpress.com/ ), dans lequel je publie des revues de films et des classements spéciaux. Je l’ai fondé moi-même puis quelques mois plus tard des amis m’ont proposé leur soutien. Je suis très satisfait de notre projet.

Le cinéma européen

Le cinéma européen est le berceau de la vie, c’est la Tradition elle-même. C’est un corps merveilleux avec un squelette solide soutenu par des réalisateurs illustres comme Fellini, Bergman, Murnau, Lang Lubitsch, Wylder, Hitchcock, Truffaut et beaucoup d’autres.

J’étais vraiment impressionné par Persona de Bergman et 8 ½ de Fellini pour la même et très simple raison. Ces chefs-d’œuvre ont changé ma façon de penser.  

Se sentir européen

Pour moi, être européen signifie avoir le devoir de transmettre l’histoire des civilisations anciennes.

Durant mon temps libre, j’aime voyager en Europe. J’ai visité presque toutes les capitales européennes : Rome, Paris, Londres, Berlin, Madrid, Copenhague, Athènes, Varsovie et Bucarest. Je les ai toutes aimées. Je n’ai pas encore vécu dans une autre ville européenne mais je suis sûr que je le ferai prochainement.

Mon cinéma

2015_28_Salle_IT

Je représente la salle Modernissimo, située dans le cœur de Naples (Via Cisterna dell’Olio). C’est le premier multiplexe qui a ouvert ses portes dans le sud de l’Italie, en 1994. J’y vais au moins une fois par semaine. J’aime la salle Modernissimo parce qu’elle représente l’idée parfaite du cinéma : elle combine la tradition et la qualité des films anciens avec l’innovation technologique des dernières salles de cinéma. C’est un parfait mélange d’ancien et de nouveau.

Roxanne Peguet – Utopolis – Luxembourg (Luxembourg)

 

2015_28_portrait_LU Roxanne Peguet

Je m’appelle Roxanne Peguet, je suis une cinéphile luxembourgeoise de 23 ans. Je suis actuellement étudiante en cinéma à Luxembourg-Ville. En 2014, j'ai écrit mon premier long-métrage, qui est actuellement en cours de tournage, ainsi que quelques court-métrages. A côté de mes études, je travaille surtout comme première assistante réalisatrice sur des courts-métrages. Je joue également sur scène et devant la caméra.

Pourquoi le cinéma

J’ai été initiée au cinéma par mes parents, qui m’emmenaient presque chaque week-end au cinéma. Je pense que j’ai commencé à comprendre que le cinéma peut être plus qu'un simple divertissement quand j’ai vu Les infiltrés de Martin Scorsese à environ 13 ans. Je suis persuadée que c’est le moment où je suis tombée amoureuse du cinéma, et de Martin Scorsese.

J’adore le cinéma car il mélange toutes les formes d’art que j’appréciais quand j’étais enfant et adolescente : la littérature, la photographie, la musique, le théâtre, la peinture, etc.

Quel cinéma

J’aime particulièrement les films sur la mafia et les thrillers. Quand j’étais plus jeune, j’appréciais beaucoup les anciens films de Woody Allen. Je suis aussi une grande fan de la Nouvelle Vague française et du Nouvel Hollywood. Je pense qu'il y a une atmosphère particulière magique dans ces films. Jim Jarmusch est aussi en haut de ma liste de réalisateurs préférés : j’adore son style et la façon dont il construit ses personnages.

Mes 3 films préférés

Le premier pourrait être Les infiltrés de Martin Scorsese. Comme je l'ai déjà dit, ce fut l'un des premiers films qui m'a fait ressentir quelque chose de fort, outre Le Roi Lion.

Un de mes films préférés plus récent est Black Swan de Darren Aronofsky.

Enfin, je suis un grand fan du travail de Guillaume Canet, donc je choisirais Les Petits Mouchoirs, un film que je ne me lasse pas de revoir, même si je le connais par cœur et que je ne peux pas m’empêcher de pleurer à chaque fois. Les acteurs sont incroyables et la musique est simplement parfaite.

2015_28_3films_LU

Faire des films

J’ai co-écrit un long-métrage il y a deux ans avec deux amis. Le film vient de sortir dans les salles au printemps 2015. http://www.imdb.com/title/tt3530192/

J’ai également écrit un autre film seule, il est en cours de tournage.

Le cinéma européen

Je suis une grande fan de cinéma européen, ancien et nouveau. Je m’intéresse particulièrement aux cinémas français, belge, espagnol et bien sûr au cinéma luxembourgeois. Je suis très heureuse de voir que notre cinéma se développe assez bien depuis quelques années. La nouvelle génération de réalisateurs est vraiment talentueuse et je suis déjà impatiente de travailler avec eux.

Se sentir européenne

Ma mère est portugaise et mon père est français. Même si j’ai presque toujours vécu au Luxembourg, je me considère comme une véritable européenne. Je voyage beaucoup en Europe. Mes villes préférées sont Londres et Berlin. J’espère vraiment pouvoir me rendre un jour en Irlande et dans les pays scandinaves.

J’ai également vécu deux ans à Strasbourg et en France, où j’ai étudié la littérature française et le théâtre.

Mon cinéma

2015_28_salle_LU

Je représente le groupe Utopia à Luxembourg. J’aime beaucoup leur programmation multiculturelle et je suis toujours agréablement surprise par le grand choix de films qu'ils proposent. Le groupe Utopia soutient aussi bien les productions locales que le cinéma européen.

J’essaie de m’y rendre aussi souvent que possible, ce qui est parfois assez difficile par manque de temps. Depuis quelques années, Utopia organise également le Festival du Film Lux, qui est toujours une excellente occasion de rencontrer des professionnels et de voir de nombreux films intéressants en compétition.

Zane Timonina – Ksuns – Riga (Lettonie)

 

2015_28_portrait_LV Zane Timonina

Je suis née à Riga et je n’ai jamais quitté ma ville natale pour de longues périodes, sauf pour voyager. Actuellement j’étudie la Théorie des arts audiovisuels et du spectacle à l’Académie Lettone de la Culture et j’essaie de travailler sur différents projets en même temps.

Le cinéma depuis...

Aussi loin que je me rappelle, j’ai regardé des films avec mon frère, âgé de dix ans de plus que moi. Depuis, mes goûts ont changé (bien sur j’aime encore les films d’action des années 80-90 avec Schwarzenegger et Stallone), mais mon amour pour le cinéma n’a cessé de grandir. Je crois vraiment que le cinéma est un art pas comme les autres et qu’il a une espèce de pouvoir miraculeux, nous montrant le monde à travers les yeux de quelqu’un d’autre et nous permettant d’expérimenter des choses autres que la routine de nos vies quotidiennes.

Quel cinéma

J’aime tous les genres. J’apprécie les bons thrillers autant qu’un bon film fantastique ou une bonne comédie. Le genre m’est égal. L’année de production m’est égale. Un bon film possède cette sorte de force métaphysique qui envahit le spectateur et reste en lui bien après la fin du générique.

Mes 3 films favoris

La Belle et la Bête de Jean Cocteau

Il était une fois dans l’Ouest  de Sergio Leone

Vorace d’Antonia Bird

2015_28_3films_LV

Parler des films sur internet

Je n’ai pas de blog, mais j’aime partager mon opinion donc j’assiste à des séances suivies de discussions et passe du temps avec mes comparses amoureux du cinéma.

Le cinéma européen

Le cinéma européen est un contrepoids indispensable devant la machine d’Hollywood (bien que je n’aie rien contre elle). Même s’il est en minorité, il permet au cinéma intellectuel de survivre. Bien sûr, les grands réalisateurs européens sont innombrables, de Vittorio de Sica à Ingmar Bergmann. En termes de films, j’adore Le Mépris de Jean-Luc Godard, j’admire Aguirre, la colère de Dieu de Werner Herzog, et plus récemment j’ai été impressionné par La Chasse de Thomas Vinterberg.

Se sentir européen

Tel que je le vois, vivre en Europe est un privilège. Héritage culturel, opportunités, société intellectuelle – nous avons tout pour nous. Voyager permet vraiment d’élargir son esprit et favorise la tolérance. J’aime rencontrer des gens de différents pays donc j’essaie de voyager le plus possible.

Mon cinéma

2015_28_salle_LV

Je représente le cinéma “K.Suns”. Ce cinéma est petit et chaleureux. Au cœur de la capitale, il vous soustrait au stress quotidien. C’est un endroit très paisible.  Si vous aimez vraiment le cinéma, vous devriez comprendre. Pas de mangeurs de pop-corn affreusement bruyants, pas de publicités intrusives, juste des personnes comme vous et moi, une atmosphère parfaite et le grand écran.

Giulia Privitelli – St James Cavalier – La Valette (Malte)

 

2015_28_portrait_MTGiulia Privitelli

On m’a dit que j’étais née à Malte il y a 23 ans et d’après mes connaissances j’ai vécu sur cette île jusqu’à présent. J’ai passé la plupart de ma vie à essayer d’avoir de bonnes notes à l’école, sans savoir vraiment pourquoi. Je ne le sais toujours pas aujourd’hui, et pourtant me voici en route pour la dernière ligne droite de ce parcours intellectuellement stimulant en vue d’obtenir mon diplôme en histoire de l’art. Heureusement, le Centre pour la Créativité au St James Cavalier me permet de m’évader des couloirs sombres et moisis de l’université remplis de vieux bouquins.

Le cinéma depuis...

Mon souvenir le plus mémorable est la fois où mes parents nous ont offert à moi et mon frère l’expérience inoubliable de Honey, I Shrunk the Audience!’ de Randal Kleiser (1994) à Disneyland Paris. Je n’avais que 7 ans mais je me rappelle très bien de la salive du chien qui s’éclaboussait sur nos visages et les souris qui se précipitaient sous nos pieds. C’est à ce moment-là que j’ai compris que l’expérience du cinéma est vraiment extraordinaire. C’est tellement simple – le cinéma a ce pouvoir de créer un univers bref et temporaire qui n'exige presque aucun effort pour pouvoir en faire partie – on s’identifie aux personnages, on partage leurs émotions, on les aime ou on les hait comme si on les connaissait depuis toujours. Et quoi d’autre ? Tout est possible, tout peut arriver et pour une fois on peut se relâcher.

Quel cinéma

J’aime réfléchir, donc chaque film qui invite à la réflexion est mon genre de film. Je cherche surtout des films avec des bases morales profondes.

Mes 3 films préférés

C’est plutôt difficile de choisir seulement trois films, en sachant que je vais sûrement laisser de côté des films qui ont changé d’une manière ou l’autre ma façon de voir les choses. Mais si je dois faire un choix, je pense que je sélectionnerais les trois films qui ne cessent récemment de résonner dans ma tête :

Dead Poets Society de Peter Weir (1989) – parce qu’il n’y a jamais assez d’occasions pour se souvenir de profiter de l’instant présent.

Sen to Chihiro no Kamikakushi (Le voyage de Chihiro) de Hayao Miyazaki (2001) – Un chef-d’œuvre d’imagination et de créativité.

Mary and Max d’Adam Elliot (2009) – Il n’y a rien de mieux qu’un film d’animation en pâte à modeler pour représenter l’amertume de la solitude, le pouvoir des mots et le douceur de l’amitié, même si elle est bizarre et improbable.

2015_28_3films_MT

Faire des films, faire de la photographie

Je ne suis pas photographe, mais j’aime prendre des photos et pratiquer des techniques simples de manipulation d’images. Il y a deux ans, je me suis lancé le défi de prendre une photo par jour durant un an puis de partager ces photos sur Facebook à la fin de chaque journée, en vue de m’entraîner à trouver l’unicité dans la routine.

Le cinéma européen

Les films européens ont une touche internationale qui les rend immédiatement identifiables, où la langue, la culture, l’histoire et le cadre se mélangent dans ce qui nous apparait comme familier, mais en même temps absolument distinct.

Malheureusement, les films européens sont très sous-estimés et sous-représentés par rapport aux grosses productions non-européennes, qui sont distribués à leur place dans la majorité des salles européennes. 

Après avoir regardé des films comme The Pianist de Roman Polanski (2002) ou Sarah’s Key de Gilles Paquet-Brenner, quand je pense au cinéma européen je le lie à un sujet ou un contexte commun – c’est-à-dire une période de l’histoire européenne qui a taché pour toujours toute l’humanité.

J’ai aussi une tendresse particulière pour les films d’animation et pour un réalisateur qui se distingue pour son talent artistique, créativité et pour une représentation triste mais politiquement précise de la réalité: Sylvain Chomet, notamment pour les films comme Les Triplettes de Belleville et L’Illusionniste.

Se sentir européenne

2015_28_Salle_MT

Personnellement, je ne suis pas sûre de me sentir européenne ou non, mais cela a une grande importance. Pour moi, être européen signifie être connecté. Cela en dit long pour une insulaire. Bien que je ne sache pas ce que signifie vivre dans un autre pays européen, j’ai traversé beaucoup de frontières européennes et j’entends continuer à voyager. C’est vraiment très addictif et les rencontres, les amitiés, me confortent dans cette voie.

Mon cinéma

Je représente le Centre pour la Créativité au sein du St James Cavalier à La Valette, qui abrite un petit cinéma intime connu pour sa programmation d’opéra et de théâtre, de films art et essai, documentaires, séances de concerts ; c’est un des endroits préférés pour les festivals de cinéma et les concours de documentaires, tant au niveau local que sur le plan international.

En bref, c’est le Centre pour la Créativité qui a généré mon enthousiasme pour les films qui ne sont pas définis comme « mainstream », et quoi de mieux qu’un bâtiment d’environ quatre cent ans avec un héritage historique si riche pour profiter de ces séances contemporaines ?

Aušra Umbrasaitė - Kino centras "Skalvija" – Vilnius (Lituanie)

 

2015_28_portrait_LT Aušra Umbrasaite

Mon nom est Aušra. Je suis née et vis toujours à Vilnius, la capitale de la Lituanie. Je viens de finir le lycée et je m’apprête à devenir étudiante en animation à l’Académie des Beaux Arts de Vilnius.

Le cinéma depuis...

Mon père est un grand fan de films classiques. Grâce à lui j’ai découvert des réalisateurs tels que Tarkovski et Antonioni dès le début de mon adolescence. Il repassait toujours Stalker et Blow up à la maison et je me retrouvais simplement happée par les mystères du cinéma. J’ai commencé à me rendre au plus grand festival de cinéma international de Lituanie, « Kino Pavasaris » et parfois je séchais même les cours (les cours d’EPS, pas de panique !) juste pour voir autant de films que je pouvais pendant ces deux semaines. J’ai aussi décidé de voir de mes propres yeux les coulisses de l’industrie du cinéma, donc je me suis inscrite à l’Académie du film de Skalvija : une des meilleures décisions que j’aie prises dans ma vie jusqu’à présent. Mes professeurs m’ont montré les aspects d’un tournage que peu de gens connaissent et c’est ce qui a fait du cinéma une de mes plus grandes passions. Le cinéma soulève des questions auxquelles j’essaie de répondre, parfois c’est l’inverse ; mais quoiqu’il arrive, j’en ressors toujours étonnée et émerveillée.

Quel cinéma

Je ne suis certainement pas une fan de films d’horreur. A part cela, j’essaie de voir les films les plus divers possibles, dans le but d’avoir un regard plus large sur l’histoire du cinéma et son évolution.

Mes 3 films favoris

Ida de Pawel Pawlikowski (2013), Holy Motors de Leos Carax (2012), Stalker by Andreï Tarkovski (1979).

2015_28_3films_LT

Parler des films sur internet

De temps à autre j’écris des critiques pour un magazine local pour la jeunesse.

Le cinéma européen

L’Europe est le berceau du cinéma. Il s’y est développé et a connu différentes phases avant d’aboutir à ce qu’il est aujourd’hui : libre, plein d’idées nouvelles et de partis-pris osés qui procurent un plaisir exclusif au spectateur. Les films européens qui m’ont le plus impressionnée sont : Ida de Pawel Pawlikowski, Le Scaphandre et le Papillon de Julian Schnabel et Amour de Michael Haneke.

Se sentir européenne

Être européenne signifie que ma patrie est bien plus vaste que le minuscule bout de terre baltique sur lequel je réside. Je peux voyager librement à travers d’autres pays et explorer leur culture ce qui, quand on connaît l’histoire de mon pays, fait de moi une personne incroyablement chanceuse, appartenant à une génération qui l’est tout autant.

Mon cinéma

2015_28_Salle_LT

Je représente le Skalvija Cinema Center. C’est un des endroits les plus magiques que je connaisse, qui permet à tous les amoureux du cinéma de Vilnius de se retrouver. Ce cinéma offre différentes opportunités de voir sur grand écran de vieux classiques ainsi que des films récents non commerciaux d’Europe ou d’ailleurs. Les étudiants de l’Académie du film de Skalvija voient ce petit endroit (seulement 1 écran et 88 sièges !) comme leur second foyer. Quand les grilles de leur programme ne coïncide pas avec mon emploi du temps, je m’y rends quand même pour profiter de l’agréable cafétéria ou dire bonjour à mes amis et autres cinéphiles.

Jaëla Arian – Rialto – Amsterdam (Pays-Bas)

 

2015_28_Portrait_NL

Je m’appelle Jaëla Arian, j’ai 20 ans et je suis née à Amsterdam où j’ai passé les toutes premières années de ma vie. De l’âge de 3 ans à 13 ans, j’ai vécu dans les capitales de la Papouasie Nouvelle Guinée, de la Belgique et du Ghana. Vivant à nouveau aux Pays-Bas, je vais commencer en septembre ma deuxième année en licence de biologie à l’Université de Wageningue.

Pourquoi le cinéma

Vivre dans différents endroits m’a donné une conscience accrue de la diversité des cultures, des peuples et de la nature. Les films sont la manière parfaite d’en apprendre un peu plus sur cette diversité. De plus, chaque film nous offre une vision particulière de la vie. C’est ce que j’aime dans les films : ils nous happent dans une autre dimension. 

Mes 3 films favoris

Bien qu’il me soit difficile de faire des « tops », je peux citer ces films qui m’ont laissé une très forte impression : La meglio gioventù (Nos meilleures années) de Marco Tullio Giordana, One Flew Over the Cuckoo's Nest (Vol au-dessus d’un nid de coucou) de Milos Forman et Paris, Texas de Wim Wenders. Ce sont trois classiques que vous avez très certainement vus. Si ce n’est pas le cas, je vous les recommande absolument !

2015_28_3films_NL

Le cinéma européen

2015_28_Salle_NL

Durant ces dernières années, j’ai voyagé avec beaucoup de plaisir à travers l’Europe. Je trouve toujours fascinant d’observer aussi bien les divergences que les similarités entre les différents états membres. Ce que j’aime dans le cinéma européen est justement qu’il nous fait découvrir nos voisins et leur culture.

Mon cinéma

Il y a deux ans j’ai participé à la mise en place du projet LA RIOT au cinéma Rialto d’Amsterdam, avec pour but de rendre l’art et essai plus accessible aux jeunes. LA RIOT est un groupe indépendant d’étudiants qui écrivent des critiques de films art et essai récents sur un blog. Tout au long de l’année, nous organisons plusieurs projections avec notamment des avant-premières. Grâce au Rialto et à ce projet, je peux vivre ma passion et satisfaire ma curiosité pour le cinéma d’art et d’essai.

Łukasz Raszewski – Kino Muza – Poznań (Pologne)

 

2015_28_portrait_PL Łukasz Raszewski

Je m’appelle Łukasz, je suis un cinéphile de 25 ans et j’habite à Poznań en Pologne. Je viens juste d’être diplômé en médecine et ferai bientôt mes premiers pas de médecin. Outre mon amour pour ce métier, je suis véritablement passionné par le cinéma, de par ses réalités diverses, ses personnages extrêmes et la maîtrise du son et de l’image. C’est à travers le cinéma que j’ai trouvé ma liberté. Cette expérience à Venise se révèle comme la réalisation d’un rêve que je n’aurais jamais osé imaginer.

Le cinéma depuis...

J’ai grandi dans une petite ville dénommée Bełchatów dans laquelle l’unique cinéma luttait pour sa survie et programmait des adaptations cinématographiques médiocres ou des blockbusters américains. Jusqu’à l’âge de 16 ans je ne m’intéressais pas réellement au cinéma.

Après avoir déménagé à Poznań, j’ai eu la chance d’élargir mes horizons cinématographiques grâce à la présence de plusieurs cinémas d'art et d'essai qui misent sur une programmation diversifiée et l’organisation d’événements et festivals en tout genre. J’ai toujours mentionné que le cinéma est une grande fenêtre ouverte sur le monde, c’est ce que j’apprécie le plus, les films me donnent en effet la chance de voyager à travers le monde à n’importe quel moment.

Quel cinéma

J’essaie de ne pas me renfermer dans les genres. J’adore regarder des films capables de montrer à la fois les mécanismes d’une société et un regard introspectif sur les personnages : leurs désirs et intentions personnels. Les films doivent refléter les préoccupations des êtres humains, en tant qu’être individuel ou groupe. Je préfère les films posant des questions et déclenchant des discussions. Je saisis chaque occasion pour regarder un film, peu importe qu’il soit en noir et blanc ou en couleur, des années 50 ou des années 2000, polonais ou chinois, comédie ou drame. 

Mes 3 films favoris

Bom yeoreum gaeul gyeoul geurigo bom(Printemps, été, automne, hiver... et printemps) de Ki-duk Kim

Tystnaden (Le Silence) d’Ingmar Bergman

Monsieur Lazhar de Philippe Falardeau

 

2015_28_3films_PL

Parler des films sur internet

J’ai l’habitude d’aller sur le site filmweb.pl qui me permet de noter les films et les commenter. C’est la deuxième plus importante base de données cinématographiques sur Internet, elle fournit toute l’actualité du cinéma mondial. 

Le cinéma européen

Le cinéma européen jouit d’une grande diversité dont la base est la liberté. Notre cinéma est indépendant, il n’a pas peur des expérimentations et des controverses, il vise le succès artistique plutôt que financier. J’ai récemment vu Plemya(The Tribe) de Miroslav Slaboshpitsky, parfaitement filmé d’un point de vue technique, réalisé intégralement en langage des signes, rempli d’émotions fortes et posant des questions fortes. Mais ce que j’ai trouvé surprenant, c’est que le cinéma était rempli de spectateurs communiquant en langage des signes. C’est la réelle définition du cinéma européen : l’union malgré les obstacles.

Se sentir européen

2015_28_Salle_PL

J’essaie de voyager autant que possible. J’ai travaillé en tant que bénévole en Espagne et au Portugal où j’ai rencontré des gens étonnants venant du monde entier pour aider des communautés locales.  J’ai fait de l’autostop plusieurs fois et j’ai compris qu’aux quatre coins de l’Europe on peut rencontrer des gens ouverts et joyeux avec des histoires incroyables.

Mon cinéma

Je représente le cinéma Muza à Poznań, lieu privilégié des cinéphiles en ville. Muza est un endroit où tout peut se passer, ils programment des films d’art et d’essai, organisent des rétrospectives, accueillent des festivals de cinéma comme Animator, Afrykamera ou Transatlantyk et projettent des films accompagnés de concerts en live. Le cinéma Muza saura vous soulager grâce à son café et ses  desserts ou vous maintenir en forme avec son événement Kino Dynamo. Alors, comment pourrais-je ne pas aimer ce cinéma ?

Jacopo Wassermann – Cinema City Alvalade– Lisbonne (Portugal)

 

2015_28_portrait_PT Jacopo Wassermann Selfie

Je m’appelle Jacopo Wassermann et j’ai 25 ans. Je suis né à San Vito al Tagliamento en décembre 1989 et j’ai grandi à Pordenone. Je suis actuellement étudiant à l’Universidade Lusófona de Lisbonne afin d’obtenir un Master en études cinématographiques.

Pourquoi le cinéma

Je me souviens m’être réellement intéressé au cinéma quand j’étais petit. J’ai commencé à lire régulièrement des critiques de films dès l’âge de 10 ans. J’aime le cinéma car je pense qu’il s’agit d’une forme d’art populaire et personnelle en même temps. Le cinéma permet de faire coïncider ces deux dimensions. 

Quel cinéma 

J’ai été un mordu de cinéma d’horreur, en particulier les films avec des monstres et les films policiers. J’aime toujours ce style de cinéma mais je ne m’en tiens plus uniquement à cela : j’aime d’autres types de films désormais. Aujourd'hui, je m’intéresse davantage aux films dramatiques centrés sur les personnages, même si j’aime toujours beaucoup le cinéma de genre, et en particulier les thrillers et les films noirs. 

Mes 3 films préférés

Trois de mes films préférés sont: Heat de Michael Mann, Barry Lyndon de Stanley Kubrick, Bis ans Ende der Welt (Until the End of the World) de Wim Wenders.

2015_28_3films_PT

Parler des films sur internet

J’ai participé à un forum sur les films d’horreur sur internet appelé Horror Magazine , et j’ai également tenu un blog sur le cinéma. Désormais je préfère discuter directement avec mes amis cinéphiles et les autres étudiants de l’université.

Le seul réseau social que j'utilise régulièrement est Facebook, mais j’ai également un compte sur Stage 32 .

Faire des films, faire de la photographie

J'ai fait quelques films amateurs et j’ai réalisé ou participé à plusieurs projets à l’université. Certains d'entre eux sont en ligne, mais la plupart ne le sont pas. Voici le lien vers un court-métrage que j’ai fait: https://vimeo.com/50420707 .

Le cinéma européen

Pour moi, le cinéma européen est un monde fragmenté qui aspire à trouver son fil conducteur. Pourtant, au-delà de ses contradictions, c’est un environnement fertile, très productif, offrant même des opportunités de travail qui ne sont pas fondées sur le gain financier.

Quelques films européens qui m’ont personnellement beaucoup touché : Faust de Friedrich Wilhelm Murnau, Once Upon a Time in the Revolution (Giù la testa) de Sergio Leone et Dogville de Lars von Trier.

Se sentir européen

2015_28_salle_PT

Etre européen signifie faire partie d'une communauté diverse et néanmoins unie par des principes et des rêves communs. En plus de mon pays d'origine, j'ai déjà vécu au Danemark et en France et je réside actuellement au Portugal.

Mon cinéma

Je représente le Cinema City Alvalade, qui est situé dans le quartier de mon université à Lisbonne. Depuis que je vis à proximité, il a toujours été une référence pour moi, en particulier quand il s’agit de suivre les films contemporains portugais qui ne bénéficient que d’une sortie limitée. Je me souviens particulièrement par exemple de A Mãe e o Mar (The Mother and the Sea) de Gonçalo Tocha et Pára-me de repente o pensamento(Suddenly My Thoughts Halt), de Jorge Pelicano, qui font partie des meilleurs films de leurs années respectives. 

Oana Ghera – Cinema Elvire Popescu – Bucarest (Roumanie)

 

2015_28_Portrait_RO

Je m’appelle Oana. J’aimerais devenir critique de cinéma. Je suis inscrite à la faculté d’Etudes cinématographiques et du scénario de l’UNATC à Bucarest. J’écris pour Film Menu, un magazine de cinéma roumain et je travaille pour le NexT Film Festival, dédié aux court-métrages du monde entier. J’aime me considérer comme une cinéphile professionnelle.

Le cinéma, depuis...

Je suis tombée amoureuse du cinéma quand j’avais cinq ans. Mes parents m’avaient emmenée au cinéma de notre quartier, à Zimnicea, la ville ou je suis née et grandie. Je ne me souviens pas beaucoup du film mais j’ai un souvenir très clair de cette ancienne salle de cinéma, son odeur poussiéreuse, l’éclair des lumières, cette magie. Celle salle a fermé il y a longtemps et j’habite maintenant à Bucarest mais les émotions que je sens quand j’entre dans un cinéma sont toujours les mêmes. Il s’agit toujours de stupéfaction. Je trouve que le cinéma est le moyen artistique le plus puissant offert par notre société contemporaine. C’est le pouvoir d’atteindre des centaines de personnes en même temps, le pouvoir de refléter autant le monde externe que celui de notre imaginaire intérieur, le pouvoir de transmettre des idéologies, pour le meilleur comme pour le pire. 

Quel cinéma

Je préfère ne pas classer les films en catégories, mais mes films favoris vont de la science-fiction aux documentaires, des films noirs aux comédies romantiques. Pour être un peu plus précise, je suis intéressée par tous les films qui jouent avec les conventions et poussent les limites du cinéma le plus loin possible.

L’approche de Pedro Costa, Miguel Gomes ou Corneliu Porumboiu m’étonne constamment, ne serait-ce que pour mentionner quelques noms du cinéma actuel. Je suis très intéressée par l’histoire du cinéma et la récupération du passé. 

Mes 3 films favoris

À bout de souffle de Jean Luc Godard, L’eclisse de Michelangelo Antonioni, Out 1, noli me tangere de Jacques Rivette.

 

2015_28_3Films_RO

Parler des films sur internet

J’utilise Mubi, une plateforme qui permet de regarder des films en ligne et de les évaluer. Par ailleurs, j’ai modéré plusieurs discussions sur le cinéma au Film Menu Cineclub (la bonne vieille façon de parler des films, en quelque sorte !).

Le cinéma européen

Je ne distingue pas forcément le cinéma européen des autres cinématographies. Il y a cependant une grande différence entre les deux grands modèles de production. Le cinéma national de chaque pays européen n’est pas comparable à la production hollywoodienne. A part cela, il s’agit avant tout de cinéma pour moi. Mais, il est intéressant de noter que les films qui ont eu un effet déterminant dans mon cheminement de cinéphile et de critique de cinéma sont des films européens. Comme je l’ai déjà dit, les films de Godard, Antonioni, Rivette… et la liste est bien plus longue. 

Se sentir européenne

2015_28_Salle_RO

J’ai voyagé pour la première fois hors de mon pays grâce au projet Comenius, juste après l’entrée de la Roumanie dans l’Union Européenne. Malgré cela, je ne me suis pas sentie d’emblée appartenir à une communauté plus grande. Je ne me suis pas sentie « plus européenne », sinon d’un point de vue géographique. Je dirais plutôt que je me suis sentie transportée dans un monde très différent du mien et qu’il s’est agi d’une expérience extraordinaire. Aujourd’hui, voyager me semble normal. D’un pays à l’autre, je ne me rends plus compte des différences de cultures et de styles de vie. Je me vois bien habiter plus tard dans un autre pays pour une période assez longue, même si je ne l’ai pas encore fait.

Mon cinéma

Le cinéma Elvire Popesco est un des rares cinémas art et essai de Bucarest et l’un de mes préférés grâce à sa position dans le centre-ville et à sa programmation diversifiée. Il abrite aussi la plupart des festivals de cinéma de la ville, ce qui m’a amené à y passer des journées entières. De façon régulière, j’y viens environ 2 fois par mois. 

Katja Skärlund – Angereds Bio – Göteborg (Suède)

 

2015_28_Portrait_SE

J’ai 21 ans et j’ai grandi à Eskilstuna, une petite ville au centre de la Suède. L’automne dernier, je me suis installé à Göteborg pour poursuivre mes études dans le domaine de la culture avec une spécialisation en cinéma. Je travaille parallèlement comme bénévole dans un petit cinéma situé en banlieue. J’aime aussi la mode et la gastronomie. 

Le cinéma depuis...

Je viens d’une famille avec un intérêt très prononcé pour l’art. Le cinéma était notamment très important pour ma mère, et l’amour pour les arts visuels nous a été transmis à moi et mon frère depuis le plus jeune âge. Regarder un film n’était pas seulement un divertissement, une sortie au cinéma finissait toujours par une longue discussion. Ma mère soutenait que nous devions regarder un film comme si nous allions voir une exposition d’art, c’est-à-dire, avec la même concentration, le même respect et le même regard critique.

C’est donc pour cela que le cinéma m’apparait non seulement comme un moyen de se divertir mais également comme une source de découvertes.

Quel cinéma

Les films qui m’attirent et m’inspirent sont les drames contemplatifs, notamment le contenu visuel car je peux regarder un film uniquement pour sa photographie. Je préfère les films contemplatifs qui montrent la laideur de la réalité tout en beauté.

Mes 3 films favoris

We need to talk about Kevin de Lynne Ramsay

Laurence Anyways de Xavier Dolan
The Royal Tenenbaums de Wes Anderson

 

2015_28_3films_SE

 

Parler des films sur internet

Je viens juste de lancer un blog (lgh1517.blogspot.com ) où j’espère écrire de nombreuses critiques de films.

Le cinéma européen

Le cinéma européen est très vaste, mais je pense que l’Europe a une valeur ajoutée en matière culturelle et j’apprécie la puissance de son cinéma. J’aimerais croire que le cinéma européen abrite une large variété de films et par conséquent encourage les réalisateurs à essayer de nouvelles choses et raconter de nouvelles histoires.

Selon moi, la frontière entre le cinéma commercial et le cinéma d’art et d’essai n’est pas cloisonnée, les deux se fondent l’un dans l’autre. Il est facile de sous-estimer le cinéma européen comparativement au géant américain comme il est facile de passer à côté des chefs d’œuvre des réalisateurs nordiques.

Se sentir européen

Je me sens très privilégiée d’être née et d’avoir grandi en Europe, notamment grâce aux nombreux voyages que j’ai pu entreprendre. Depuis mon plus jeune âge, mes parents m’ont fait voyager à travers l’Europe et cela a contribué au fait que je consomme majoritairement des œuvres européennes. C’est quelque chose que je continuerai à faire. 

2015_28_salle_SE

Mon cinéma

Je représente le petit cinéma Angereds bio, c’est un cinéma partenaire du Hagabion à Goteborg.

Mon cinéma a seulement une poignée d’employés et de bénévoles et il est situé dans la banlieue. Nous programmons quelques titres par semaine et nous essayons d’organiser des discussions et évènements autour des films.

Maja Šetinc – Art Cinema Odeon – Izola (Slovénie)

 

2015_28_Portrait_SI

Je suis née et j’ai grandi dans un village appelé Krško située dans le sud-est de la Slovénie aux bords du fleuve Sava. Il y a six ans je suis partie de chez moi pour faire des études de communication, médias et littérature slovène à la Faculté des Sciences Humaines de Koper. Pendant mes études j’ai participé à plusieurs conférences sur le cinéma et j’ai travaillé pour la chaîne publique RTV Slovenia (rédaction d’articles, interviews, présentation des informations et montage de films). J’ai aussi une petite expérience dans la réalisation. Aujourd’hui, je travaille avec la société de production Luksuz Produkcija et aussi sur un projet sur l’œuvre complète de Primož Trubar. Pour obtenir mon diplôme je réalise un documentaire sur les enregistrements sur Gramophone dans la société digitale d’aujourd’hui.

Le cinéma depuis...

J’adore regarder des films depuis toujours. J’empruntais souvent des cassettes vidéo et plus tard des DVD dans les boutiques de location de films et les librairies. Néanmoins ma vraie passion était d’aller au cinéma et plus tard aux festivals de cinéma. Heureusement, il y avait un cinéma près de mon école et j’allais souvent voir des films avec mes camarades de classe, mes amis et ma famille. Je n’oublierai jamais la fois où ma famille et moi nous dépêchions de rentrer de vacances pour voir Titanic au cinéma. 

Malheureusement, aujourd’hui, aller au cinéma n’est pas une priorité pour la plupart des gens. Quelques cinémas locaux ont été fermés pendant plusieurs années mais ont réouvert dernièrement. Pour moi, voir un film au cinéma est une meilleure expérience que de le regarder à la maison. C’est comme assister à un évènement. Tu dois bien t’habiller pour l’occasion, te rendre dans un endroit précis, acheter les billets, rencontrer des gens et être ponctuel. On pourrait comparer cela au fait d’écouter la musique sur vinyle plutôt que sur ordinateur. On ne peut pas le faire tout le temps ni partout car on a besoin de temps et de préparation mais en fin de compte ça en vaut la peine.

Quel cinéma

Pour moi c’est important qu’un film ait une histoire intéressante et cohérente, de bons dialogues, des personnages bien définis et de l’humour. Je préfère donc regarder des drames et des comédies.  Je ne suis pas fan de films d’action ou de science-fiction parce que la plupart donne la priorité à l’utilisation d’images de synthèse et non à la qualité de l’histoire et des personnages. Depuis mon enfance, j’ai une passion pour les films d’horreur. Il est regrettable que ce genre soit maintenant moins puissant et moins surprenant qu’avant.

Mes 3 films favoris

Cela m’est presque impossible de lister seulement trois films favoris. Néanmoins j’ai décidé de lister les films que j’ai vus plus de 5 fois. Ce sont des films très riches, ils me touchent à chaque visionnage et parviennent toujours à être à l’origine de nouvelles discussions.

La leggenda del pianista sull'oceano de Giuseppe Tornatore (1998)

Interview with the Vampire: The Vampire Chronicles de Neil Jordan (1994)

Kekec de Joze Gale (1951)

2015_28_3films_SI

Parler des films sur internet

Je ne participe pas aux forums ou blogs de cinéma. Néanmoins j’adore en apprendre plus sur le cinéma en lisant, que ce soit dans les magazines slovènes, les livres ou sur internet. Je débats régulièrement avec mes amis sur les films qu’on a vus ou ceux qui vont sortir.

Faire des films

J’ai contribué au tournage de plusieurs courts-métrages en collaboration avec la société de production Luksuz Produkcija. Vous pouvez en découvrir un à cette adresse : https://www.youtube.com/watch?v=3gxgF9bgdPU .

En ce moment je réalise un documentaire pour mon diplôme, le titre de travail est « Viniliada: Life of gramophone records ». Le film est composé d’interviews de gens liés d’une manière ou d’une autre à la culture du vinyle. Par exemple, le propriétaire d’une boutique de vinyles, un Dj qui utilise des vinyles, un musicien qui a décidé de sortir son album sur vinyle, un collectionneur, etc.

Le cinéma européen

Le cinéma européen représente pour moi des films de cultures, pays et perspectives divers. C’est très important puisque cela promeut la diversité. Parmi les films qui m’ont le plus impressionnée il y a La vie d'Adèle de Abdellatif Kechiche (2013), Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l'existence de Roy Andersson (2014) et Tatjana in Motherland de Miha Čelar (2014).

Se sentir européenne

Etre européen signifie avoir la liberté d’étudier, vivre, travailler, voyager, créer et s’exprimer et d’autres choses encore sans être limité à une ville ou un pays. J’ai visité une bonne partie des pays en Europe, mais je n’ai jamais vécu à l’étranger.

Mon cinéma

2015_28_Salle_SI

Je suis très reconnaissante à Mme Petra Božič et au professeur Ernest Ženko de m’avoir permis de représenter le cinéma Art Kino Odeon. Ce cinéma se trouve à Izola, pas très loin de Koper, où j’ai fait mes études. Chaque année, l’Art Kino Odeon organise le festival international de film Kino Otok auquel j’ai participé quelques fois. Il y a peu de transports publics et je ne pouvais pas y aller autant que j’aurais aimé. Néanmoins je vais au cinéma au moins une fois par mois.

Gregor Valentovič – Mladosť – Bratislava (Slovaquie)

 

2015_28_Portrait_SK

Je m’appelle Gregor Valentovic et je viens de Slovaquie. Je suis étudiant en cinéma à l’Université des Arts du Spectacle de Bratislava, en réalisation. C’est ma deuxième licence. L’année dernière j’ai terminé une licence en production cinématographique. Je crois qu’il est évident que je suis très passionné de cinéma. Je travaille aussi à mi-temps comme professeur d’anglais.

 

 

Le cinéma depuis...

J’ai toujours aimé le cinéma mais je ne l’ai jamais vraiment envisagé comme le domaine de mon futur métier. J’ai décidé d’étudier le cinéma seulement en dernière année de lycée. Pour être honnête, HarryPotter et Le Seigneur des Anneaux ont joué un rôle important dans mon initiation au cinéma et à la littérature pendant mon enfance. Aujourd’hui cette passion s’est décuplée et je suis sûr que le cinéma est le domaine dans lequel je veux travailler toute ma vie. J’aime la capacité du cinéma à mélanger les différentes formes artistiques.

Quel cinéma

Je n’ai pas un genre de film préféré, j’essaie de regarder chaque film pour sa propre nature, que ce soit un film de science-fiction ou un drame subtil qui tourne autour de deux personnes dans une chambre. Ce que je recherche c’est l’authenticité. J’adore cette sensation magique, ce moment inexplicable quand on regarde un film et qu’on réalise que ce qu’on voit est la perfection, c’est la vie. C’est une sorte de catharsis, on se retrouve à errer pendant des semaines ou des mois comme un somnambule. C’est là qu’on comprend que le film nous a changés. Cela peut sembler ridicule mais c’est vrai.

Mes 3 films favoris

Vertigo de Alfred Hitchcock

Trois couleurs: Rouge de Krzysztof Kieslowski

Before Sunrise de Richard Linklater

2015_28_3films_SK

Faire des films

J’ai fait un court-métrage nommé Rieka (Rivière). Vous pouvez le regarder ici: https://vimeo.com/122860313  

Le cinéma européen

À mon avis le cinéma européen est le plus passionnant de tous. J’aime regarder les films du monde, mais je sens le cinéma européen plus proche de moi, c’est le cinéma que je comprends le mieux et avec lequel je m’identifie le plus facilement. La plupart de mes réalisateurs préférés sont européens.

Se sentir européen

2015_28_Salle_SK

Honnêtement, je ne pense pas chaque jour au fait d’être européen ou Slovaque. Je crois que le sentiment de patriotisme a souvent mené au nationalisme extrême, que je ne soutiens pas. Je pense que l’Europe est une région merveilleuse et multiculturelle avec une histoire très riche et je suis content d’être né dans cette partie du monde. Même si j’ai voyagé en Europe, je ne suis pas fanatique des voyages. J’aime les pays nordiques, notamment le Danemark. J’ai étudié au Royaume Uni et en République Tchèque.

Mon cinéma

Je représente un petit cinéma d’art et d’essai appelé Mladost’, ce qui pourrait être traduit par « Jeunesse ». Il est situé dans le centre-ville de Bratislava, capitale de la Slovaquie. Je cherche à y aller autant que possible parce que leur sélection de films est la crème de l’art et essai au niveau mondial, que ce soient des classiques ou des films récents.

Archives 27 Times Cinema

News

Europa Cinemas à Cannes 2017

Conférences, tables rondes et films européens au menu! Europa Cinemas sera comme chaque année présent à Cannes, notamment pour sa traditionnelle Réunion des exploitants à l’InterContinental Carlton,...

Lire la suite Actualités - 10/05/2017

 

Prix Europa Cinemas