28 Times Cinema

 

28 Times Cinema 2014

 

Sascha-Alexander Todtner – Das Kino – Salzburg (Autriche)

 

AT_Todtner_226_299

J’ai 24 ans et j’ai grandi dans un petit village près d’Innsbruck (Tyrol). J’ai étudié la biologie et la littérature allemande avant de revenir à mes premières amours pour travailler dans la gestion des arts. J’ai commencé en tant qu’assistant metteur en scène d’opéra, avant de diriger un opéra moi-même, en Islande, en 2012. Conscient que je devais changer de voie, j’ai postulé et ai été admis à l’université des sciences appliquées de Salzbourg en MultiMedia Art/Film. A présent, j’étudie le cinéma, qui est ma passion !

Mon premier souvenir de cinéma - j’avais 5 ans - est une file d’attente pour voir Le Roi Lion. Je me souviens également de l’enthousiasme que me procuraient les bandes annonces de films à la télé pendant les publicités. A l’école, dans le cadre d’une option cinéma, nous nous rendions deux fois par mois dans une librairie pour y visionner un film. Le professeur présentait l’œuvre et son réalisateur puis, après la projection, nous en discutions. Cette expérience fut le point de départ de ma passion.

Pourquoi le cinéma

De mon point de vue, le cinéma combine toutes les formes d’art, des arts du spectacle aux arts visuels, de la littérature à la musique. Il vous donne la possibilité de représenter les images que vous avez dans votre tête. Je ne crois pas que l’on puisse hiérarchiser les arts, mais le cinéma est probablement la forme artistique la plus démocratique car c’est une expérience collective permanente, déterminée par le contexte dans lequel vous regardez le film.

Quel cinéma

J’aime le cinéma d’atmosphère, les films subtils qui procurent des sensations. Mon genre préféré est le drame car je n’aime pas les fins heureuses au cinéma.

Mes 3 films favoris

Comme il est très difficile de choisir 3 films, j’ai décidé de citer des titres très différents ayant eu une forte influence sur moi, à la fois en tant que personne et cinéaste. Cris et Chuchotements, d’Ingmar Bergman, car il incarne toute la filmographie du réalisateur. La Jetée, de Chris Marker, car il est un symbole du cinéma expérimental – j’aurais pu citer Derek Jarman – et Weekend, d’Andrew Haigh.

AT_3Films_610

Faire des films

J’ai commencé à réaliser des films avec une amie à l’âge de 8 ans. Nous avons conçu des films d’animation en LEGO avec des dinosaures, des pirates et des personnages de Star Wars. Puis grâce à l’opéra, j’ai réalisé mes propres films et j’ai décidé d’étudier le cinéma. Certains de mes films sont disponibles sur Vimeo.

Le cinéma européen

S’il n’y a pas d’esthétique commune, c’est qu’il y a une grande diversité de points de vues, de traditions, de différents courants comme la Nouvelle Vague, le Dogme 95, le nouveau cinéma allemand ou le cinéma d’auteur – ces mouvements et bien d’autres caractérisent le cinéma européen pour moi. Il se définit par sa diversité, son originalité, sa liberté et son audace. II ne cesse d’expérimenter et d’innover. C’est pour cela que je veux y contribuer.

Se sentir européen

Pour moi, l’Europe c’est l’unité dans la diversité – une unité au travers de la culture – au-delà des langues et des frontières politiques. J’aime l’Europe et j’y voyage aussi souvent que possible. Etre européen fait partie de mon identité.

Mon cinéma

J’ai le privilège de représenter le cinéma DAS KINO, un petit cinéma du centre de Salzbourg, situé sur les bords de la rivière Salzach. Mais plus qu’un simple cinéma, DAS KINO est un endroit dédié aux échanges artistiques et culturels : il y a des débats avant et après les films, des lectures de jeunes écrivains et de nombreux évènements. La programmation est riche et diversifiée. J’apprécie la salle Gewölbe, pour son atmosphère et son style original, qui transforment chaque séance en une expérience intime.

Mes habitudes de cinéphile

J’essaye d’aller au cinéma autant que possible, le plus souvent avec mes amis. Et j’aime regarder les films deux fois de suite, avec des personnes différentes. Je perçois chaque film différemment suivant les personnes avec qui je les vois.

AT-Salzburg-Das Kino

Stéfanie Dobbelaere – Studio Skoop – Gand (Belgique)

 

BE_226_299

J’ai 25 ans et j’ai étudié les lettres et le cinéma à l’université. Pendant et après mes études, j’ai réalisé plusieurs stages dans des contextes fabuleux : pour une émission de la télévision flamande à la régie, en tant qu’assistant de production pour un projet de film à Bruxelles, en tant qu’assistant de communication dans une agence évènementielle ou au Festival de Gand. A présent, je travaille pour une maison d’édition à Gand, ma ville préférée en Belgique.

Le cinéma depuis…

Le cinéma est une passion que j’ai découverte récemment. Malheureusement, nous allions rarement au cinéma avec l’école. Quand nous regardions un film, c’était surtout pour passer le temps, ce qui était sympa à l’époque, mais c’est aussi dommage car il y a tant de choses à apprendre des films ! Le cinéma a toujours été présent dans mon enfance - il n’y a aucune chanson de Disney dont j’ignore les paroles - mais depuis que j’ai décidé d’étudier les films et la culture visuelle, il est omniprésent dans ma vie.

Quel cinéma…

J’aime tous les genres de films, du dernier film de David Gordon Green aux premiers films d’Antonioni, de la comédie romantique la plus girly au film de zombie le plus étrange, car aucun sentiment n’est comparable à celui éprouvé face à un film qui me laisserait complétement ébahie et surprise. J’adore quand un film continue à me hanter l’esprit des jours après que je l’ai vu.

Je n’ai pas l’impression d’être attirée par un genre de cinéma en particulier. Les films d’avant-garde peuvent être plus difficiles à regarder et ne conviennent pas à tous les instants, mais ils sont plus enrichissants. Les blockbusters ou les films d’Hollywood sont bien plus faciles à assimiler mais ils laissent un souvenir éphémère. Peu importe le genre, j’ai toujours besoin de sentir qu’un film développe un lien avec notre réalité d’une manière ou d’une autre. C’est pour cette raison que je préfère au Seigneur des anneaux ou Harry Potter, les films de Terrence Malick, Jim Jarmusch ou Michael Haneke, car ils brillent de leur subtilité et humanité.

Mes films favoris…

C’est très difficile à dire. Voici trois films que j’ai vus plusieurs fois et dans lesquels je découvre malgré tout de nouvelles choses à chaque vision :

The Master, Paul Thomas Anderson

Le retour, Andrei Zvyagintsev

Boyhood, Richard Linklater

BE_3Films_610

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecrire sur les films…

J’ai l’habitude de contribuer à différents blogs mais depuis que j’ai commencé à travailler à temps complet, les occasions sont plus rares. J’écris pour BILL, un site culturel pour les jeunes, aussi souvent que je peux. La plupart du temps, je partage ma passion pour un film avec mes amis et les quelques personnes qui me suivent sur Twitter et Facebook ou je les oblige à me suivre au cinéma…

Mes propres réalisations

Hormis quelques courts métrages dans le cadre d’un cours sur le documentaire, je n’ai pas de véritable expérience en réalisation. Ce n’est d’ailleurs pas forcément un but même si je rêve d’écrire le scénario d’une série, dans la veine d’Extras, de Ricky Gervais ou de Larry et son nombril, de Larry David. J’apprécie tout particulièrement le sarcasme et les situations de malaise social.

Le cinéma européen

La plupart des films que j’ai vus dans ma vie sont américains – il faut dire qu’ils sont nombreux sur le marché. Heureusement, il semble que les barrières entre les cinémas européen et américain s’atténuent. Le cinéma européen se caractérise par son intimisme, son sens de la proximité. Il  cherche davantage à provoquer le spectateur.

Se sentir européen…

J’ai pris l’avion pour la première fois au printemps dernier. Malgré la peur, ce fut une grande sensation pour moi. A présent, je souhaite découvrir ce que l’Europe et le monde ont à offrir de meilleur. Me rendre seule à Venise pour y participer à la Mostra constitue une expérience qui rendra cette année inoubliable

 Mon cinéma

Je représente le Studio Skoop dans la jolie ville de Gand. La programmation parvient à attirer autant les cinéphiles que le grand public. Quel que soit le film et mon avis, j’adore partager mon opinion avec mes amis après la projection dans le petit café de la salle.

BE - Gand - Studio Skoop

 

 

 

 

 

 

 

 

Stefan Prohorov – Don na Kinoto – Sofia (Bulgarie)

 

BG_Prohorov_226_299

Je m’appelle Stefan Prohorov et j’étudie la mise en scène à l’Académie Nationale du Théâtre et du Film (NATFA) en Bulgarie.  J’écris également des poèmes et des pièces de théâtre.

Le cinéma depuis…

J’ai commencé à aller au cinéma quand j’étais enfant, mais j’ai plutôt pour habitude de regarder des DVD – les films que j’aime se trouvent difficilement dans un multiplex standard. Ce sont mes parents qui m’ont donné le goût du cinéma européen – je me rappelle avoir vu mon premier Bergman avec ma grand-mère.

Pourquoi le cinéma…

Nous vivons dans une époque où l’image est dominante, on ne peut donc pas réellement parler de choix. Je ne préfère pas le cinéma à une autre discipline. J’aime les livres, j’adore le théâtre, et l’architecture est souvent au cœur de mes voyages. Il est impossible de choisir entre Calatrava, Tolstoï et Haneke. De nos jours, toutes ces disciplines se consomment à volonté.

Quel cinéma…

J’aime le cinéma qui ne cherche pas coute que coute à plaire, comme Les Ailes du désir par exemple.

Mes films préférés…

Je n’ai pas de film préféré. Mais si je devais choisir, je dirais Le cuirassé PotemkineLawrence d'Arabie et Les amants du cercle polaire.

BG_3Films_610

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faire des films…

J’ai réalisé une parodie de cinéma indépendant danois et quelques petits travaux. Ce sont des films que j’ai faits pour m’amuser et que j’ai postés sur Facebook.

Le cinéma européen…

Le terme « cinéma européen » ne me semble pas pertinent. Il y a effectivement des films réalisés en Europe mais il y a une grande variété d’écoles et de styles nationaux. Le cinéma européen m’évoque des luttes artistiques, le manque d’argent et le snobisme. L’Europe promeut ses auteurs – ce qui est une bonne chose. Mais je ne sais pas s’il est préférable d’être reconnu en tant qu’auteur ou d’avoir fait un film qui a été vu par un maximum de personnes.

Être européen…

Je ne suis pas sûr de savoir exactement ce qu’on entend par « être européen ». Je voyage beaucoup, je me sens libre de le faire en Europe et je passe du temps dans différents pays – Grèce, Etats-Unis – je suis donc réellement un enfant du monde, né et élevé en Europe.

Mon cinéma…

Je représente le cinéma Dom na kinoto. J’aime ce lieu car il est situé dans un endroit très spécial à Sofia – entre une mosquée, une église et une synagogue, dans un quartier assez pauvre avec une architecture incroyable, juste à côté d’une source d’eau minérale. Et c’est un endroit où j’ai vu beaucoup de films.

Mes habitudes de spectateur…

C’est difficile à dire. J’aime partager des moments d’émotions mais j’ai également besoin d’intimité. Ça dépend toujours du film et, dans ce cas, le lieu importe peu. Parfois je vais au cinéma pour voir un film d’action et manger du popcorn.

BG_Sofia_Dom na kinoto

 

 

 

 

 

 

 

 

Christiana Palaonta – Cinestudio – Nicosie (Chypre)

 

CY_Palaonta_226_299

Je viens juste de terminer mes études de communication à l’université de Nicosie. Je travaille dans une entreprise de télécommunication dans laquelle je suis stagiaire en marketing digital. J’ai commencé à faire mes propres films à l’adolescence et j’ai toujours voulu être réalisatrice mais les choses ont changé avec l’âge.

Le cinéma depuis…

 Depuis mon enfance, regarder un dessin animé ou un film de Walt Disney a toujours été un moment spécial. Mes parents avaient l’habitude de m’emmener occasionnellement au cinéma, surtout quand il y avait un bon film à l’écran. La plupart de mes amis aiment regarder des films, nous allons donc au cinéma une fois par semaine et passons un bon moment ensemble.

Pourquoi le cinéma…

J’ai toujours aimé voir des films au cinéma. Ce que j’aime au cinéma est le fait de tout oublier et de plonger dans l’histoire. On a vraiment  l’impression d’être le personnage et de pouvoir sauver le monde.

Quel cinéma…

Je préfère les comédies mais j’aime aussi la science-fiction, les films d’aventure et les films d’action.

Mes propres réalisations…

Je fais des films depuis l’âge de 15 ans, je les mets parfois en ligne mais pas systématiquement. Certains d’entre eux sont des courts métrages, des documentaires ou des simples vidéos. Ce que j’ai fait de plus important est un documentaire sur la musique house. Mon collègue et moi étions à la fois réalisateurs et monteurs et le documentaire a été diffusé sur une chaine de télévision locale en Chypre. J’essaye de toujours trouver des moyens d’améliorer ma technique de montage, par exemple en réalisant des vidéos de baptêmes et de mariages.

Le cinéma européen

 J’ai toujours été fan des films hollywoodiens mais grâce à mon expérience dans les festivals de films en Chypre, j’ai découvert et commencé à apprécier les films européens. Le cinéma européen peut nous montrer les différences mais aussi les similarités entre les cultures de nos pays.   

Se sentir européenne

 Je me sens européenne car j’ai grandi en Europe. Tous les voyages que j’ai faits jusqu’à présent étaient en Europe et cela m’a donné envie de voyager et d’explorer davantage ce continent. J’ai étudié à Luton au Royaume-Uni pendant 2 ans et j’ai eu la chance d’y rencontrer beaucoup d’européens et de prendre conscience de nos points communs mais aussi de nos différences culturelles.

Mes habitudes de spectatrice

 J’adore passer du temps au cinéma. C’est une manière de vivre. Je vais au cinéma au moins une fois toutes les deux semaines. Mes amis sont fans de cinéma, nous y allons donc ensemble.

CY_Nicosia_Cinestudio

 

 

 

 

 

 

 

 

Magdalena Selingerová – Světozor – Prague (République Tchèque)

 

CZ_Selingerova_Magdalena_226_299

Mon nom est Magdalena Selingerová et j’ai 24 ans. J'étudie le cinéma et le théâtre à Olomouc.

Cinéma depuis ...

J'ai toujours aimé aller au cinéma, surtout avec mon grand-père. Mon premier souvenir au cinéma, remonte à quand je suis allée voir La Petite Sirène de Disney au Bio Oko, le cinéma de notre quartier. Je vais au cinéma seule ou avec des amis, cela m’est égal. La seule chose qui m'importe, c'est l'ambiance dans le cinéma. Je n'aime pas vraiment ces immenses salles répondant au standard popcorn.

Je participe régulièrement à plusieurs festivals qui ont lieu en République Tchèque. Par exemple, je fais partie de l'équipe d'organisation de l’Université d’été de Uherské Hradiště, qui offre des cours de cinéma, et de l'Academia Film Olomouc, un des plus grands festivals axés sur le film documentaire scientifique en Europe.

Mes films préférés ...

Il m’est difficile de choisir seulement trois films dans toute l'histoire du cinéma. Mais si je dois citer mes titres préférés, je dirais Fantastic Mr. Fox de Wes Anderson, Playtime de Jacques Tati et l'Appartement de Billy Wilder.

CZ_3Films_610

Mon identité européenne ...

Je suis une fière citoyenne européenne, vivant dans le cœur de l'Europe - la République Tchèque. Mon pays, et en particulier Prague, est très cosmopolite et ouvert à différents types d'art. Il y a beaucoup de festivals de films axés sur différents pays européens et leur répertoire cinématographique (Festival du film français, La Película etc.) Nous sommes également reliés à l'Europe (et au monde) à travers les projections en direct des spectacles d’opéra, théâtre et ballet de compagnies célèbres.

J'aime vivre dans une Europe aux frontières ouvertes, pouvoir voyager et travailler à l'étranger. J'ai vécu un an à Genève et cinq mois à Bruxelles, et j'ai également eu la possibilité de participer au festival Pariscience et de rencontrer des gens intéressants.

Mon cinéma ...

Je représente le cinéma art et essai Světozor à Prague. Světozor est l'une des 5 salles gérées par la société de distribution tchèque Aerofilms. C’est l'un des plus anciens cinémas de Prague et du pays. Situé dans le centre-ville, ce cinéma est le point de rencontre des cinéphiles et le lieu où la plupart des événements importants liés aux films ont lieu. C’est aussi pour ça que je l’aime bien.

CZ_Prague_Kino Svetozor

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rahel Schöppenthau – Yorck Kinos – Berlin (Allemagne)

 

DE_Rahel_Schoeppenthau_226_299

Je m’appelle Rahel, je suis une citoyenne du monde de 24 ans (née en Allemagne), je vis actuellement à Berlin où je m’apprête à commencer mon dernier semestre de licence en études scandinaves cet automne.

Le cinéma depuis …

Je pense que le premier film que j’ai vu au cinéma était Le Livre de la jungle, quand j’étais encore petite, avec mes parents. Je vais au cinéma depuis ma plus tendre enfance, d’abord avec mes parents, ensuite avec mes amis ou seule. Avec l’école, nous ne sommes allés que très rarement au cinéma, et si cela avait un lien avec ce que nous abordions en cours à ce moment-là.

Pourquoi le cinéma

Ce que j’apprécie dans le cinéma, ce sont les différentes couches qui constituent un film : la composition du scénario, le jeu d’acteurs, la réalisation, la musique, les costumes, etc. et comment ces derniers interagissent et se nuancent. Ce sont ces différents aspects qui font du cinéma une forme d’art unique, et voir un film dans une salle de cinéma donne une autre dimension à cette expérience. Dans un cinéma, je suis isolée de tout ce qui pourrait me distraire. Il n’y a que moi, assise sur mon fauteuil dans le noir en face de l’écran. C’est comme voyager avec tous ses sens dans un monde différent.

Quel cinéma

Je suis assez difficile en ce qui concerne les films que je veux voir en salle : je préfère les films qui ont une histoire intéressante, des personnages originaux, une approche créative ou peu courante du sujet traité ou qui soulèvent un thème difficile ou marginalisé. Un bon film m’absorbe, me met dans l’action et me transmet une émotion qui ne disparaît pas à la fin du générique ou me laisse à réfléchir. C’est important pour moi que le film transmette un message, même si ce n’est pas un message universel. Cela peut tout aussi bien être le simple fait de pénétrer dans l’esprit d’un personnage.

Mes films favoris …

C’est impossible pour moi de choisir seulement 3 films favoris, mais si je devais le faire, je dirais Le Seigneur des Agneaux, Only Lovers Left Alive et Mr. Nobody.

DE_3Films_610

Le cinéma européen

Je pense que le cinéma européen est un genre qui inclue une grande variété de styles, de traditions et de sujets très différents, ce qui le rend extrêmement divers et intéressant. Selon moi, le cinéma européen enrichit le cinéma international et fait un travail important en soutenant les petites productions à travers les différentes sources de financement.

Se sentir européen …

Bien sûr que je me sens européenne. Jusqu’à présent, je n’ai voyagé qu’en Europe, mais assez fréquemment. J’ai vécu 2 fois à l’étranger, en Finlande, la première fois en tant que bénévole pour un an et la deuxième fois pendant mon année ERASMUS à Helsinki, pour 10 mois.

Mon cinéma ...

Je représente le groupe Yorck Kino à Berlin, un regroupement de 13 cinémas incluant un cinéma de plein air. Ce que j’aime dans ces cinémas, c’est que chacun d’entre eux a sa propre identité, sa propre âme. Certains sont plus grands, d’’autres plus petits, la plupart d’entre eux sont plutôt vieux mais ils ont tous beaucoup plus de caractère que n’importe quel complexe de cinéma moderne.

DE_Berlin_Yorck

Mes habitudes de spectatrice

J’aime vraiment aller aux séances du soir, à 22h

par exemple. Normalement, il y a moins de gens au cinéma à ce moment, en particulier les soirs de semaine, et j’adore cette impression quand je sors du cinéma vers minuit et qu’il fait nuit dehors. Les rues sont vides et calmes, et je peux alors en profiter pour repenser au film sans être dérangée. Cela dépend de la programmation des salles, mais je vais assez souvent au cinéma. Il m’arrive d’aller au cinéma avec des amis mais ces dernières années, j’y vais seule la plupart du temps.

Hector Betzonich-Ohmann - Empire Bio - Copenhague (Danemark)

 

DK_Hector_226_299

Je  m’appelle Hector et j’ai 22 ans. J’aime le cinéma, la musique, le théâtre et les voyages. J’ai pris une année sabbatique l’année dernière après le lycée et cette année, et je m’apprête à aller à l’Université en septembre. En décembre, je vais passer le concours de l’École nationale danoise des Arts du spectacle.

Je joue également du piano et je fais du karaté depuis l’âge de 8 ans.

Pourquoi le cinéma…

Quand j’étais petit, mon père m’emmenait au cinéma deux fois par mois, parfois plus. Le cinéma est indissociable de mon enfance, j’ai grandi aussi bien avec des films à gros budgets que de très petites productions, certaines venant de pays qu’on n’est pas censé connaître à cet âge.

Depuis, j’ai dû voir des centaines de films, j’ai assisté à de nombreuses pièces de théâtre, j’ai été à des dizaines de concert, j’ai joué des heures au piano à Copenhague, je suis tombé amoureux et j’ai perdu. Mais un film peut encore me briser le cœur ou me faire sourire.

Quel cinéma…

Je trouve qu’il peut y avoir de bons éléments dans presque tous les films, qu’il s’agisse d’un blockbuster ou d’un les court-métrage d’avant-garde.

Mes films favoris…

2001: L’Odysée de l’Espace

Synecdoche, New York

La Liste de Schindler

28TimesCinema_2014_DK_3Films_610

Se sentir européen…

Oui, en tant qu’Européen et Scandinave avec des racines en Espagne et dans les Balkans, j’ai voyagé dans la plupart des pays d’Europe et je ne peux que me sentir Européen.

Mon cinéma et Mes habitudes de cinéphile...

Je représente le cinéma Empire Bio à Copenhague. C’est un beau cinéma  situé dans un immeuble ancien  avec une histoire qui remonte aux années 1900.

Je vais au cinéma aussi souvent que je peux. J’y vais rarement seul au cinéma car j’ai beaucoup de personnes dans mon entourage qui peuvent m’accompagner.

DK_Holte_Reprise Teatret

Rebeka Rummel – Kino Artis – Tallinn (Estonie)

 

EE_Rebeka_226_299

Je suis Rebeka Rummel, une cinéphile de 19 ans et je vais bientôt commencer des études de réalisation à l’École de cinéma de Tallinn. Le théâtre et le cinéma sont mes passions. J'ai découvert le théâtre tout récemment. Jouer sur scène m’a permis de me découvrir moi-même et m’a montré qu’il y avait un acteur caché dans chacun d’entre nous. Le tout est de le découvrir et de jouer avec lui. J'ai aussi réalisé mon premier court métrage, intitulé Fearless, qui parle du mouvement de la jeunesse révolutionnaire estonienne contre le communisme pendant l'occupation soviétique en 1946.

Le cinéma depuis ...

 J'ai découvert ma passion pour le cinéma assez tard, mais depuis l'année dernière, j'ai regardé plus de films que jamais et je me suis mise à regarder des classiques. Je vais bien sûr au cinéma depuis que je suis enfant, mais récemment j’ai commencé à regarder les films avec le regard du réalisateur. Depuis l'enfance, j’ai gardé le goût pour les films jeune public, en particulier des films norvégiens, suédois et danois, basés sur les livres célèbres et très aimés d’Astrid Lindgren - Six Bullerby Children et Fifi Brindacier. Depuis, je suis une fan de cinéma nordique.

Pourquoi le cinéma ....

 Je pense que le langage visuel, si particulier au cinéma, est tellement puissant qu'il a un effet immédiat sur l'esprit humain. Lorsqu’on regarde un film, on est projeté dans une autre dimension. Avec un livre, on est également projeté dans une autre réalité, mais comme on le lit habituellement entrecoupé de pauses, l’effet est plus faible.

Quel cinéma ...

 J'adore les fictions historiques qui révèlent les crimes commis par de grands chefs d’Etats ou qui parlent des difficultés de la vie quotidienne au sein de certaines sociétés. Un bon exemple serait La liste de Schindler (Spielberg) et Les Révoltés de l'île du diable (Holst). J'aime aussi les films très courageux, pour ainsi dire, les briseurs de tabous, tels que Melancholia de Lars von Trier. Ils sont certainement choquants, mais l’effet est d’autant plus fort! Le fait de regarder des «classiques» m'a beaucoup apporté. Par exemple, la lumière dans les films de Bergman est incroyable! J'ai commencé à suivre cet aspect dans les films seulement tout récemment !

Mes films préférés

 Mes films préférés sont Les Révoltés de l'île du diable - Marius Holst, La Liste de Schindler - Steven Spielberg, Nymphomaniac - Lars von Trier, dans cet ordre.

EE_3Films_610

Écrivez-vous des critiques de film en ligne ou avez-vous déjà réalisé des films?

 Au lieu de tenir un blog, j'ai mon propre cahier où je griffonne des commentaires sur chaque film que j'ai vu. J’écris au stylo sur du papier, j’aime cette façon d’écrire. Certains critiques contiennent des propos forts sur l'acteur ou des citations.

J'ai déjà réalisé quelques courts métrages. Le premier était une histoire fictive de crime (je l'ai fait quand j'avais 12 ans) sur la base de mon propre scénario. Le plus récent, et celui qui mérite le plus d’être mentionné, est mon court Fearless sur les Estoniens pendant la période soviétique, que vous pouvez également voir en ligne. Depuis, j'ai fait un petit film qui est basé sur le roman existentialiste de Camus, L’Etranger.

Sur le cinéma européen ...

 Je pense que le cinéma européen est totalement différent de Hollywood, Bollywood ou du cinéma asiatique. C’est l’histoire commune qui rend la démarche artistique européenne si reconnaissable et exceptionnelle. En regardant Fellini, je me sens plus proche du sujet qu’en regardant un Western hollywoodien sur les cow-boys par exemple. Le cinéma européen traduit pour moi notre richesse culturelle et nos problèmes sociaux spécifiques.

Et mon identité européenne ...

Je me sens européenne. J'ai beaucoup voyagé en Europe, notamment en Espagne où j'ai des amis. En outre, depuis que je suis allée dans des pays exotiques, tels que l'Inde, la Russie (pays voisin de l'Estonie mais avec une culture slave très différente) et la Colombie (en 2012, j’ai participé à une expédition, Colombie-Espagne RUTA Quetzal BBVA), je me rends compte des énormes différences entre les cultures des continents. Je n'ai pas vécu à l'étranger, mais cette expédition dans les jungles et forêts colombiennes a duré près de deux mois et m’a permis de comprendre que mes racines étaient en Europe.

Mon cinéma ...

 Je représente Artis Cinema, l'un des cinémas de Tallinn qui promeut le cinéma d'auteur et de très vieux films, qui ne sont pas présentés dans d'autres salles de cinéma. J'aime beaucoup le slogan d'Artis : L'ART EST DANS LE CINÉMA.

Mes habitudes de cinéphile...

 J'ai généralement tendance à faire la difficile en ce qui concerne les films à voir au cinéma, et je privilégie la qualité à la quantité. Je ne vais pas voir beaucoup de films hollywoodiens, et j’évite surtout les thrillers d'action et les comédies romantiques. Je pense que les concepts sont souvent déjà usés et les scénarios ont tendance à se répéter. C'est pourquoi je préfère parfois mon propre cinéma le soir à la maison, en regardant un bon vieux DVD.

Je vais au cinéma une fois toutes les deux semaines, parfois moins. En fait, j’y vais souvent seule, mais j’aime aussi partager un bon film avec des amis. Habituellement, je passe du temps avec mes amis avant la séance de cinéma, après nous partageons simplement nos opinions sur le film.

Ma salle de cinéma préférée est le plus ancienne de Tallinn, construite à l'époque soviétique. Elle a gardé un peu de son atmosphère glorieuse et ancienne et elle a son propre bar. Il est toujours très excitant d’aller dans ce cinéma. Comme dans les vieux jours, on arrive dans le cinéma, on achète son billet et on s’assoit confortablement, vêtu de son costume de soirée, avec ce sentiment particulier d’anticipation et d’aventure. C'est là la magie de la salle de cinéma - vous entrez dans le hall et vous savez que quelque chose de spécial va se passer.

EE_Tallinn_Kino Artis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carlota Ezquiaga Turrau – Sade – San Sebastian (Espagne)

 

ES_Carlota_226_299

Mon nom est Carlota, j'ai 19 ans et je viens de San Sebastian, une petite ville sur la côte Nord de l'Espagne. Je vais commencer ma troisième année d’études de Journalisme, Cinéma, Télévision et Médias à l'Université Carlos III de Madrid. Le titre de mon cursus résume assez bien mes intérêts: le cinéma, la littérature, la photographie et l'écriture. 

Le cinéma depuis...

Je ne me souviens pas de ma vie avant le cinéma. Enfant, regarder un film était l'un de mes activités préférées avec mes parents. Quand j'ai grandi un peu, c’est devenu une excuse pour sortir avec mes amis: c'était notre «lieu de rencontre». Maintenant, j’y vais pour le plaisir du cinéma lui-même.

Pourquoi le cinéma ...

Personne ne peut se contenter de sa vie quotidienne ; tout le monde est à la recherche de quelque chose de plus grand. Certains prient, certains se tournent vers la philosophie, j’ai trouvé ma voie dans l’art. C'est pourquoi j'aime le cinéma, les livres et la musique. Je dirais que le cinéma, plus facilement que d’autres formes d’art, arrive à nous faire oublier notre vie et à nous faire entrer dans le monde que nous observons sur l’écran.

Mes films préférés ...

J'ai toujours du mal à choisir mes films préférés. Si j'ai choisi ces trois, c'est probablement plus pour des raisons personnelles que parce que je pense qu'ils sont les plus grands films jamais réalisés. Mais finalement le cinéma est plus une question d’émotion que de rationalité. Donc, les voilà: La première page de Billy Wilder, Moonrise Kingdom de Wes Anderson et Pulp fiction de Tarantino.

ES_3Films_610

Réaliser des films…

J'ai fait quelques courts métrages et vidéos pour l'école et pour ma famille et les amis. Cependant, je n'ai pas encore franchi le pas de les mettre en ligne ou de les partager. Néanmoins, la réalisation de films fait partie de mes projets à venir.

Le cinéma européen ....

J'aime le cinéma européen. Je pense qu’au fil des ans, il est devenu de plus en plus innovant et courageux. Pour des raisons évidentes, j'ai vu plus de films espagnols, et ce cinéma me plaît vraiment.

Identité européenne ...

Je n'ai pas des sentiments nationalistes forts mais j’aime bien être européenne. J'ai fait quelques voyages à travers l'Europe. Celui que j’ai préféré était en InterRail, un parcours en train avec des amis à travers de nombreuses villes européennes, il y a deux ans. C’était un voyage très enrichissant, puisque les modes de vie et les cultures sont très différents à travers l'Europe.

Mon cinéma ...

ES_San Sebastian_Cines Trueba

Je représente les cinémas SADE à San Sebastian, avec leurs trois salles : Antiguo Berri, Principe et Trueba. Ce sont trois salles très particulières, qui font plus que seulement projeter des films. Ce sont des lieux de rencontre pour les personnes qui s'intéressent au cinéma, ils proposent des projections de films classiques ou d’opéras et soutiennent le cinéma indépendant. J'aime aussi le fait qu’on y montre les films en version originale, ce qui est rare en Espagne. C'est un privilège pour une petite ville comme San Sebastian d’avoir des salles de cinéma comme celles-ci.

Mes habitudes de cinéphile...

J'aime aller au cinéma et j’y vais souvent. J’y vais avec mes amis, avec mes parents (c'est l'une de ces habitudes que nous gardons toujours bien que je ne sois plus un enfant) et j'ai récemment découvert le plaisir d'y aller toute seule.

J'aime tout le rituel du cinéma : se renseigner sur les films et choisir lequel regarder, s’assoir dans la salle et sentir ce frisson quand les lumières s'éteignent, regarder les bandes annonces et, bien sûr, le film lui-même, mais ça, c'est une autre histoire…

 

 

Ida-Maria Olva – Niagara – Tampere (Finlande)

 

FI_Olva_226_299

Le cinéma depuis ...
 Je m’appelle Ida-Maria et j’ai grandi entourée des films. Enfant, j’avais l’habitude de regarder tous les films qui passaient à la télévision le soir avec mon père. Cependant, jusqu'à ce jour, j’ai beau être étudiante en cinéma et future réalisatrice, je n’ai pas une connaissance encyclopédique des films. Ce que j’aime, c’est raconter des histoires, et je vois le cinéma comme un moyen puissant de percevoir le monde et faire face à son manque de sens.

Mes films préférés ...

Je ne pense pas avoir déjà vu mon film préféré, et je ne suis pas sûre d’être un jour en mesure d’en nommer un, ou trois, mais je me souviens comment des films tels que Léon, La Femme Nikita, Il était une fois dans l'Ouest et La Double vie de Véronique ont eu une forte influence sur moi. J'aime plusieurs genres de films, mais ceux qui m’inspirent et me marquent le plus sont généralement les films naturalistes tels que Frances Ha. Je crois que ces films peuvent raconter des histoires puissantes et porteuses, malgré des moyens techniques et financiers presque inexistants.

FI_3Films_610

Mon cinéma ...

J'ai commencé à étudier les médias assez jeune et j’ai découvert notre salle Europa Cinemas d'abord avec l'école, et plus tard par moi-même. Ma salle, le Niagara, a une ambiance de communauté et un café dans lequel on peut se détendre avant ou après une séance. Situé dans le cœur de notre vieille ville industrielle, il est facilement accessible.

Identité européenne ...

J'ai voyagé en Europe, et après avoir vécu à Berlin pendant deux mois, je me sens tout à fait européenne. C'est un sentiment d'appartenance à plusieurs cultures en même temps, mais aussi d’indépendance.

Mes habitudes de cinéphile ...

Je vais au cinéma seule ou avec ma famille ou mes amis. Lorsqu’un film m'influence beaucoup, émerger de la salle de cinéma est quelque chose de très puissant. Le sentiment est indescriptible, et un jour j'espère avoir influencé quelqu'un de la façon dont je l’ai été par les films au fil du temps.

FI_Tampere_Niagara

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Clémence Michalon – Cinema Comoedia – Lyon (France)

 

FR_Clemence_Michalon_226_299

Le cinéma depuis ...

Je suis une étudiante de 22 ans et je serai diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon à la fin de l’année. Je suis devenue cinéphile à l’âge de 13 ans, quand mon beau-frère m’a fait découvrir Pulp Fiction de Quentin Tarantino, qui est un de mes films préférés depuis. L’année dernière, j’ai d’ailleurs eu le privilège d’assister à une projection du film en présence du réalisateur à l’occasion du Festival Lumière de Lyon ! Avant Pulp Fiction, j'avais l'habitude d'aller au cinéma, plus pour être avec mes amis et passer un bon moment que pour le film en lui-même. C’est après l’été de mes 15 ans passé aux Etats-Unis dans une famille d’accueil dont la fille était cinéphile, que les choses ont changé. Je suis revenue de ce séjour avec beaucoup de souvenirs, et notamment les soirées passées à choisir des DVD chez « Blockbuster ».  

Quel cinéma…

Je suis assez ouverte d'esprit en matière de films, peu importe le genre si je connais et apprécie le réalisateur ou si les échos sur le film ou le casting sont positifs. Si un de mes amis qui partage mes goûts me conseille d’aller voir un film, je le fais ! Je suis également membre de Vodkaster, qui est un réseau social dédié aux films et aux émissions TV. Tout le monde peut poster ses commentaires et échanger sur les films avec les autres membres, c’est une source d’informations et de découvertes inépuisable ! Les membres les plus actifs peuvent devenir ambassadeurs et gagner le droit de « sponsoriser » un film. J’ai choisi Kill Bill Vol.2, qui est un de mes films favoris avec le Vol. 1. Les Affranchis de Martin Scorsese et Snatch de Guy Ritchie font également partie de mon Top.

Le cinéma européen…

Mon école ne propose pas d’études de cinéma, mais je suis secrétaire de son association de cinéphiles. Nous nous réunissons chaque semaine autour d’un verre pour discuter des dernières sorties et organiser des projections et des événements pour les étudiants. Nous sommes allés à Paris en avril dernier pour une rétrospective à la Cinémathèque Française. J'ai aussi pris des cours de cinéma pendant mon semestre à l'Université La Sapienza à Rome il y a deux ans. Vivre en Italie m’a permis de visiter les studios de Cinecittà sur lesquels j'ai écrit mon mémoire et aussi de travailler en tant que coordinatrice de Jury au Festival du Film de Rome. J'ai regardé autant de films italiens que je pouvais. Voir des films européens, c’est déjà voyager d’un pays à l’autre. La plupart des meilleurs films de ces deux dernière années sont européens : Under the Skin de l’écossais Jonathan Glazer, Deux jours, une nuit des frères Dardenne, La Grande Bellezza de l’italien Paolo Sorrentino ou encore  La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche. Nous pouvons être fiers de notre cinéma !

FR_3Films_610

Ma salle de cinéma…

Pour les « 28 Times Cinema », je représenterai le cinéma Comoedia de Lyon, situé à quelques pas de mon université - ce qui me permet de m’y rendre souvent. Le Comoedia projette tous les films que les nombreux multiplexes ne programment pas. Moi et un de mes amis sommes souvent invités à participer à des projections presse pour réaliser des interviews d’acteurs ou de réalisateurs venus présenter leur film. Nous travaillons pour deux sites d’information : LeMauvaisCoton.com et Courte-Focale.fr. L’an dernier, Wes Anderson, James Gray et beaucoup d’autres ont été invités !

Le cinéma dispose d’un salon de thé où j’aime patienter avant une projection en mangeant un de leurs délicieux muffins au chocolat.

Mes habitudes de cinéphile…

J’aime aller au cinéma seule, car je me sens plus libre d’exprimer mes émotions,  d’autant que j’ai la larme facile. Etre assise dans un fauteuil confortable dans le noir est vraiment ce que j’aime. Plus rien d’autre autour ne semble exister !

 

FR_Lyon_Comoedia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thomas Humphrey – Rio – Londres (Grande Bretagne)

 

GB_Humphrey_226_299

A déjà 24 ans, je me rends bien compte que je suis parfaitement bien placé pour avoir une opinion juste de moi-même et de ma vie. Et alors que je m’apprête à basculer dans la deuxième moitié de la vingtaine, je dirais que je suis de plus en plus sincère sur mes propres incertitudes. En tant qu’étudiant indécis, j’ai naturellement tendance à croire tout ce que l’on me demande de croire, et défends farouchement des idées dont je n’ai que vaguement conscience. Tout cela revient à dire que s’il y a une chose dont je peux être sûr, c’est que je ne suis sûr de rien quant à la plupart des choses dans la vie. Je suis incapable de comprendre que les arbres cachent la forêt et donc particulièrement à mon aise quand il s’agit de débattre de l’absurdité de la vie. J’espère que ma passion des débats ouverts me permettra d’être un bon juré 28 Times, parce que ce n’est pas mon diplôme d’anglais qui fait de moi le cinéphile le plus averti de Grande Bretagne.

Pourquoi le cinéma …

Depuis que j’ai terminé l’université, la seule chose qui m’intéresse, c ‘est d’aider les communautés à avoir accès aux formes d’art qui leur plaisent. Ceci explique pourquoi je suis attiré par le cinéma : je veux aider à promouvoir le média le plus démocratique qui soit : il suffit de se rendre dans n’importe quel cinéma pour réaliser que les films attirent des spectateurs de tous les milieux sociaux, et cela est capital pour moi. Cette conviction m’a amené à m’intéresser de près au British Film Institute, et j’adore travailler avec le BFI parce que les gens y partagent (en apparence du moins) mon envie d’atteindre le public le plus étendu et le plus divers possible. Parallèlement, mon amour du cinéma contemporain m’a amené à être bénévole sur un certain nombre de festivals de cinéma.

Le cinéma que j’aime et mes 3 films préférés …

J’aime aussi bien l’ancien que le moderne, et cela se reflète dans mes goûts en matière de cinéma : j’aime apprendre des chefs d’œuvre intemporels, et j’aime être témoin des nuances du cinéma indépendant contemporain. Alors quand on me demande quels sont mes films préférés, je préfère éviter de donner une réponse définitive. Je commence en expliquant à quel point j’ai aimé cette adaptation sud-coréenne de Hansel and Gretel alors que j’étais encore adolescent, puis je m’épanche sur l’écriture de Kaufman, et sur la capacité du film Eternal Sunshine of the Spotless Mind à être à la fois complexe et grand public. J’ai également été très inspiré par ce film anarchique et effervescent qu’est A Hard Day's Night et de son style si contemporain. Je finis généralement en parlant du néoréalisme britannique, avec des films comme The Selfish Giant, qui s’appuie autant qu’il s’oppose au conte original d’Oscar Wilde.

GB_3Films_610

Mon cinéma …

Je peux parler avec autant de passion du cinéma que je représente, le Cinéma Rio. Le Rio est un petit cinéma avec un positionnement très fort, tout à fait en accord avec mes convictions personnelles, et qui plait aussi bien aux amateurs de cinéma d’art et essai qu’aux spectateurs de films grand public. J’aime son caractère intime et son engagement auprès de la communauté locale.

Se sentir européen …

Comme vous avez pu vous en rendre compte, je suis fier de l’industrie du cinéma britannique. Mais je ne sais pas si je me définirais vraiment comme Britannique ou comme Européen. Je suis pleinement Anglais, mais également à moitié italien ; en tant que produit de ces deux cultures, il m’est impossible de ne pas me sentir européen. Néanmoins, je ne m’attribue pas des caractéristiques particulières en tant qu’Européen, et je ne définis pas le cinéma européen comme un tout. Cela me semble trop réducteur. Je me contenterais de dire que j’aime vraiment les films, et en particulier les films suffisamment forts que la réalité elle-même se transforme à leur lumière. C’est pour cette raison que j’ai hâte de vivre cette expérience à Venise !

GB_London_Rio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Apostolos Moumtzis – Olympion – Thessalonique (Grèce)

 

GR_Moumtzis_226_299

Je m’appelle Apostolos et je suis étudiant en 3ème année en Technologie Alimentaire à Thessalonique. J'aime écouter de la musique, lire et (vous l'aurez deviné!) regarder des films.

Le cinéma depuis ...

Mon «initiation» au monde du cinéma a commencé très jeune, par des sorties au cinéma avec l'école ou avec mes amis ou parents. Depuis, une grande passion s’est créée!

Pourquoi le cinéma ...

Pour moi, le cinéma est une forme d'art qui a la capacité de combiner tous les autres arts dans une expression unique. Je ne le préfère pas forcement à d'autres formes d'art, mais je crois qu’entrer en contact avec un grand film nécessite une certaine préparation.

Mes films préférés

J’ai une préférence pour les films expérimentaux, surtout s’ils ont des bonnes bandes son. Voici trois films que j'ai trouvés  géniaux : Tokyo story de Yasujirô Ozu, Berberian sound studio de Peter Strickland et Quand je serai dictateur de Yaël André.

GR_3Films_610

Le cinéma européen...

Pour moi le cinéma européen indépendant représente ces nouvelles idées qui luttent pour survivre et y parviennent malgré le manque de fonds. Les réalisateurs européens sont pour moi de véritables héros. Je me sens européen et je voyage dès que je peux. J'ai notamment été en Allemagne deux fois pendant environ deux semaines.

Mon cinéma et mes habitudes de cinéphile

Je représente le cinéma Olympion. Il dispose d'un environnement agréable et il est très bien conservé. Je n'ai pas d'habitudes particulières en tant que cinéphile - je m’assieds tout simplement et je profite du film ! Habituellement, je ne reste pas dans le cinéma avant ou après le film, mais cela dépend de la personne avec qui je suis. Pour un film d'horreur, être en bonne compagnie est indispensable!

GR_Thessalonique_Olympion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Edi Celic – Kino Urania – Osijek (Croatie)

 

HR_EdiCelic_226_299

Je m’appelle Edi. Je suis né en été 1989, sous le signe du Lion. C’est donc probablement de la faute des étoiles si j’ai décidé de poursuivre une carrière d’acteur. Après le lycée, je suis parti de Split à Osijek, une ville à l'autre bout de la Croatie. Là, j'ai étudié le théâtre et les marionnettes et je travaille actuellement dans les théâtres de Osijek et Zagreb comme acteur et marionnettiste.

Le cinéma depuis ...

Le cinéma a eu un impact énorme sur ma vie depuis que j'ai vu Le Roi Lion avec ma mère dans un cinéma local. Je me souviens de ma fascination pour le film, alors que je ne comprenais pas un mot d'anglais à l'époque, de la traduction que ma mère me chuchotait à l’oreille et bien sûr du déchirement que j’ai ressenti lors de la mort de Mufasa. Il m'a fallu quelques années pour me rendre compte que je suis surtout tombé amoureux de l'atmosphère et de l'influence qu’un film peut avoir sur une personne, quel que soit son âge. Depuis, je vais régulièrement au cinéma, toujours à la recherche d'un monde dans lequel m’évader.  

Pourquoi le cinéma ...

Pour moi, le fait d'aller au cinéma ne suit aucune règle, la seule condition pour assister à la projection est d'être prêt à tout. A partir de là, dans l'obscurité de la salle, on se retrouve dans un état d'isolement complet, où l'intensité de l'image, le son et la performance nous aspirent dans un monde avec lequel on fusionne… ou pas.  Mon amour pour le cinéma tient dans sa capacité à nous faire sentir vulnérables et puissants en même temps.

Quel cinéma ...

Généralement, je laisse mon humeur me dicter le cinéma et le film à voir. Je différencie un bon film d'un mauvais par sa capacité à atteindre le but pour lequel il a été créé. Si l’objectif est manqué, je ne peux pas me rapporter à l'histoire, quel que soit son genre. Même si j’apprécie les chefs-d'œuvre classiques, je me sens plus proche du travail mené par mes contemporains et des films avec de solides performances de jeunes acteurs.

Mes films préférés en ce moment sont J'ai tué ma mère de Xavier Dolan, Holy Motors de Leos Carax  et L'Ecume des jours de Michel Gondry.

HR_3Films_610

Écrire sur les films ...

Je partage souvent mon enthousiasme ou mon mécontentement au sujet d'un film sur mon compte Facebook ou en discutant avec mes amis. J'avais l'habitude de participer à des forums de cinéma en ligne mais je trouve souvent que les participants sont facilement prêts à imposer une opinion biaisée et ne veulent presque jamais en discuter. L'anonymat que l'Internet offre crée souvent des monologues.

Le cinéma européen ....

Comme je suis un grand admirateur du théâtre, trouver des corrélations entre le film et la scène est pour moi l'élément le plus précieux du cinéma européen. L'approche du jeu y est complètement différente de ce que nous pouvons observer dans la cinématographie américaine. Le jeu des acteurs aboutit à la composition de ces personnages hors du commun qui ont généralement des traits de caractère inattendus, en particulier dans les films espagnols, anglais et français.

Me sentir européen ....

Habituellement, lorsque je rentre à la maison après un voyage à Rome, Paris, Berlin, ou même Belgrade, je ne me sens plus à ma place. Le niveau culturel dans ces villes est incommensurable par rapport à la plupart des villes croates. J'ai une soif constante pour toutes les choses nouvelles et ce serait la réalisation d'un rêve de long terme de vivre à l'étranger, dans un endroit où je serais constamment exposé à des contenus artistiques que je ne peux pas trouver dans mon coin dubout du monde.

Mon cinéma et mes habitudes de cinéphile

Je suis l'ambassadeur du Kino Urania, une salle de cinéma à Osijek,

qui projette des films depuis plus de cent ans. La beauté de son extérieur style sécession est comme une invitation ouverte à tous ceux qui cherchent un lieu de refuge. Connu pour les grands films européens, nouveaux comme anciens, mais aussi pour un répertoire plus mainstream, c'est un terrain de jeu idéal pour tout cinéphile passionné.

Je suis un spectateur introverti mais je vais toujours au cinéma accompagné. Il est important pour moi d'avoir quelqu'un qui ne me harcèle pas pendant les projections mais qui, une fois le film fini, me permet de revoir mon opinion. Je dois souvent prendre mes distances après la séance parce qu’avec la distance dans le temps et dans l’espace, presque tout ce qui est resté vague dans le film prend son sens et devient clair.

HR_Osijek_Kino Urania

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enikő Laky - Tisza Mozi – Szolnok (Hongrie)

 

HU_EnikLaky_226_299

J’ai 18 ans et je viens de la ville hongroise de Szolnok. Je commencerai des études de vétérinaire cet automne. Mes passe-temps favoris sont la lecture (livres, revues scientifiques), le cinéma, le sport et la flûte, que je pratique depuis huit ans.

Le cinéma et moi…

Je suis allée au cinéma pour la première fois il y a 12 ans, en famille et avec des amis, pour voir Kirikou et la sorcière. Depuis, je suis une cinéphile passionnée. Je préfère fréquenter les salles art et essai. Les films m’ouvrent à de nouveaux mondes et me font parfois penser à des questions philosophiques.

Quel cinéma...

Tout comme pour les livres, je regarde tous types de films. La science-fiction et les films d'action retiennent mon attention, tout comme les biopics, documentaires, films historiques, dessins animés ou films dramatiques. Etant une amoureuse de la nature, les documentaires ont ma préférence. L’image n'est pas le seul aspect qui m’importe dans un film; la bande son joue également un rôle crucial. Mes compositeurs préférés sont Hans Zimmer, Armand Amar, Howard Shore, Ennio Morricone, James Newton Howard, Thomas Newman, Harry Gregson-Williams, John Powell, John Williams et je pourrais continuer…

Mes films préférés...

C'est une question cruelle, puisque j'ai vu des centaines de films à ce jour et en choisir seulement trois est un défi… Je peux faire un compromis et donner quelques exemples ?
 Il y a Forrest Gump, un chef-d'œuvre qui résiste à l’épreuve du temps. Ensuite, je dois mentionner Man on Wire, basé sur l'histoire vraie de Philippe Petit qui réalise une acrobatie à couper le souffle en 1974, à plus de 400 mètres, entre les deux tours du World Trade Center. Comme troisième choix je vais prendre un documentaire qui a fait une impression profonde sur moi quand j'avais quatorze ans: Earth de la BBC (j'aurais pu aussi nommer Home de Yann-Arthus-Bertrand).

J'ai des favoris parmi les films nationaux aussi. Kontroll de Nimrod Antal, est un chef-d'œuvre du cinéma hongrois.

HU_4Films_640

Le cinéma européen et l’identité européenne...

J'apprécie le travail des réalisateurs européens; en tant que citoyenne européenne, je les regarde avec un vif intérêt. L'Europe est ma maison, son histoire et sa culture sont une partie de moi. Malheureusement, j’ai peu voyagé en Europe jusqu’à maintenant. J’ai visité l'Allemagne, l'Autriche, le Royaume-Uni et la Belgique. Dans l'avenir, j'espère pouvoir visiter d'autres pays - c'est l'un de mes principaux objectifs dans la vie. 

Mon cinéma

Je représente le TISZApArt Mozi. C'est une très bonne salle dans notre ville, non seulement grâce aux films programmés, mais aussi en raison de l'agréable café et de sa terrasse. Il y a toujours une exposition dans le hall - le travail d'un artiste local, un reportage photo, etc. Quand il y a un événement sportif important, le cinéma organise sa diffusion en direct. Vous pouvez ainsi applaudir le match tout en vous amusant avec vos amis.

Mes habitudes de cinéphile

Je vais au cinéma pour y voir les films que j’attendais avec impatience ou qui semblent prometteurs.  Je ne mange pas et ne bois pas pendant le film; croquer du pop-corn ou boire une boisson gazeuse serait gâcher mon expérience de cinéma. Bien sûr, il est agréable de prendre un verre avant ou après le film, en particulier dans un aussi bel endroit que le Tisza. 

Je me demande si l’un d’entre vous a déjà eu l’occasion de regarder un film totalement seul dans une salle de cinéma. Eh bien, il y a un an, je suis allée voir Hyde Park on Hudson avec ma mère dans la plus grande salle du cinéma et nous y étions seules. C'était une expérience formidable.

HU-Szolnok-Tisz

 

 

 

 

 

 

 

 

Evan Horan – Irish Film Institute – Dublin (Irlande)

 

IE_EvanHoran_226_299

Mon nom est Evan Horan et je suis très heureux d'être le représentant de l'Irlande cette année. J’ai étudié le cinéma pendant quatre ans au Trinity College de Dublin. Depuis deux ans je vis à Londres et j'y ai fait des stages au British Film Institute, Rich Mix et BAFTA, où je suis actuellement Assistant Learning & Events.

Le cinéma depuis ...
Je suis fasciné par le cinéma depuis mon enfance. Je me rappelle un jour alors que mon cinéma local avait fermé pour rénovation, nous avions dû nous rendre en voiture avec ma famille dans une ville voisine pour voir Titanic - j’étais inconsolable pendant tout le trajet de retour.  Pendant mon  adolescence, mon centre culturel local projetait  une grande variété de titres européens et mondiaux tels que The Edukators et Le voyage de Chihiro. Ces projections ont certainement participé à élargir ma compréhension du cinéma, et ont fini par influencer ma décision d’étudier le cinéma à l’université. Tout au long de mes études, j'ai découvert une plus grande diversité de films qui m'a permis de mieux me rendre compte de l'impact social et culturel que le cinéma peut avoir.

Pourquoi le cinéma ...

Ma passion pour le cinéma provient des possibilités infinies qu’il offre – quels que soient vos goûts, il y a des films pour vous. Raconter des histoires est au cœur de toute interaction humaine et le cinéma peut facilement connecter les individus de tous les milieux. C'est une expérience qui a le pouvoir d'unifier et d’éclairer les gens. Personnellement, je ressens une émotion très forte quand je suis assis dans le noir et que je me laisse complètement absorber par un récit qu’on peut qualifier de « magique ».
  
Quel cinéma ...

Personnellement, je suis ouvert aux films de tous genres et de toutes origines. Mes préférences cinématographiques ne sont dictées que par les histoires que racontent les films. Quand le générique de fin défile, j’espère me retrouver dans un endroit différent de celui où j’étais au début du film, bien que je n’aie pas quitté mon siège. Mais si je devais choisir une catégorie de films dont je suis fan, je dirais les films indépendants américains. Les réalisateurs comme Spike Jonze, Wes Anderson et Harmony Korine m’inspirent. Je crois aussi fermement au cinéma de mon pays et j’ai un sentiment de fierté quand je vois le succès et la reconnaissance mondiale du cinéma irlandais après les sorties récentes des films tels que Le calvaire de John Michael McDonagh et Frank de Lenny Abrahamson.

Mes films préférés

C’est la question que j'essaie d'éviter toujours, car je crois que c'est impossible d’y répondre. A l’instant, les titres qui me viennent à l’esprit sont Lost in Translation (Sofia Coppola), Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain (Jean-Pierre Jeunet) et Irréversible (Gaspar Noé).

IE_3Films_610

Réaliser des films

Au cours de mes années d’études, j'ai fait quelques films, dont l'un était un court documentaire intitulé Parliament in the Library. Il portait sur l'un de nos bibliothécaires de l’université qui a amassé une collection incroyable de figurines de chouettes. J'ai été ravi lorsque le film a été programmé dans le cadre du festival Eat My Shorts à Dublin en 2012.

Le cinéma européen

Pour moi le cinéma européen définit et met en œuvre ce que j'attends du cinéma. Avec un tel éventail de pays, le cinéma européen excelle dans la capture d'un vrai sens de l'humanité dans sa construction réaliste et son évitement de happy endings cliché. Il est prêt à prendre plus de risques du point de vue créatif et à mettre en valeur les différentes identités nationales du continent.
  
Se sentir européen

Je suis certes séparé géographiquement, mais je me sens très européen. Je suppose que ce sentiment vient de mes voyages InterRail à travers l'Europe, il y a quelques années. J'ai aussi passé un semestre d'études en Erasmus à l'Université Sorbonne Nouvelle à Paris. J'ai beaucoup aimé me plonger dans une nouvelle culture avec une si riche histoire du cinéma et je me suis souvent rendu à la Cinémathèque française et au Cinéma Étoile Pagode. 

Mon cinéma

Je représente l'Institut du cinéma irlandais et j’en suis très content, car je suis un grand admirateur de ce qu'ils font et de ce qu'ils apportent à l'industrie cinématographique en Irlande. Situé en plein cœur de Temple Bar, l'IFI offre une atmosphère rafraîchissante et se distingue de la plupart des cinémas standard par une programmation allant des dernières sorties à travers le monde aux films irlandais d’archive. Après avoir passé un temps considérable à l'intérieur de ses murs comme étudiant, j'essaie maintenant d’y passer chaque fois que je retourne à Dublin.
  

IE_Dublin_IFI 2

Mes habitudes de cinéphile
J’essaie d’aller au cinéma au moins une fois par semaine, mais de temps en temps quand je n'y arrive pas je peux aussi passer une journée entière au cinéma  pour rattraper toutes les nouvelles sorties. Bien que j’aime l'aspect social du visionnage d'un film avec des amis et les discussions qui s’en suivent, je suis très heureux d’y aller tout seul aussi car ça me donne la possibilité de me connecter au cinéma sur un plan très intime.

 

 

 

 

 

 

 

Andrea Cleopatria - Anteo Spaziocinema- Milan (Italie)

 

IT_andreacleopatria_226_299

Cinéma depuis…

C’est alors que je suivais un cours sur l’héritage culturel à l’université de Milan, et poussé par une passion grandissante pour le cinéma, que j’ai commencé à travailler sur des tournages pour en apprendre le plus possible sur ce domaine. Je suis devenu mordu de cinéma à l’âge adulte, personne ne m’a transmis cette passion, qui s’est développée de manière complétement indépendante. En fait, j’ai un seul souvenir de sortie au cinéma en famille, c’est lorsqu’enfant je suis allé voir le ROI LION.

Pourquoi le cinéma…

J’ai toujours perçu le cinéma comme une expérience intime et c’est un des aspects que j’aime particulièrement. Le cinéma nous donne également l’occasion de rentrer dans un autre monde dans lequel les règles nous échappent parce qu’elles nous sont imposées par l‘auteur, et c’est une des choses qui différencie le cinéma des livres.

Certains peuvent y voir une des limites du cinéma puisqu’il ne laisse pas de place à l’imagination mais je trouve cela très intéressant : par exemple je n’aurais jamais pu imaginer un film comme BLADE RUNNER et c’est en voyant ce film que je me suis passionné pour le cinéma. Parfois, je suis jaloux des gens qui ne l’ont jamais vu: je rêve de pouvoir le revoir pour la première fois.

Quel cinéma…

C’est en étudiant des réalisateurs comme Kubrick, Wong Kar- Wai,  I. Bergman, L. Visconti, S. Imamura, K. Kieslowski, Ideaki Anno, Joao Cesar Monteiro (en particulier Joao De Deus) que ma passion du cinéma est devenue un besoin.

 

 

Mes films préférés.

Je n’ai pas de films préférés mais certains films comptent particulièrement pour moi. Les films suivants représentent trois moments importants dans ma vie :

SNAKE OF JUNE de S. Tsukamoto

Le film parle  d’une histoire d’amour dont je suis moi-même tombé amoureux. Sa mise en scène m’a donné envie de m’intéresser à d’autres films japonais.

FAUST de A. Sokurov

Faust est un film complètement différent de tout ce que j’avais pu voir auparavant. Ce film a complétement changé ma vision du cinéma.

GUN CRAZY: Le démon des armes de J.H. Lewis

C’est le seul film que j’ai vu plus de cinq fois : je trouvais qu’il avait quelque chose de très rassurant.

 

IT_3Films_610

Mes habitudes de cinéma

Je n’ai pas l’habitude d’aller au cinéma avec des amis : cela m’arrive parfois mais je préfère y aller seul, et en général le matin.

Aller au cinéma est toujours une expérience unique et j’essaye d’y aller autant que je peux  et même si je ne vais pas voir un film en particulier, j’y vais ne serait-ce que pour l’expérience.

Le cinéma européen

Je me sens très familier du cinéma européen et je suis vraiment fasciné par celui-ci. Certains des sujets que j’aime voir traités dans le cinéma européen sont les années 80 en Allemagne, les films portugais d’Oliveira et les auteurs polonais tels que J. Szasz and A. Zulawski.

Je n’ai jamais participé à des forums en ligne et je n’ai jusqu’à présent jamais rien publié sur internet. Ma passion pour le cinéma est réellement liée à ce besoin que j’ai de faire un film. C’est pour cette raison que je travaille en ce moment sur un long métrage que je produis moi-même et dont je suis scénariste et réalisateur.

IT-Milano-Anteo Spaziocinema

Sirvan Marogy – Utopia/Utopolis - Luxembourg (Luxembourg)

 

LU_Sirvan_226_299

Je m’appelle Sirvan Marogy, j’ai 24 ans et je travaille comme scénariste, éditeur et réalisateur de films à Luxembourg. Je développe des scénarios avec des cinéastes locaux, mais j'ai aussi écrit et réalisé quelques courts-métrages basés sur des histoires personnelles.

Cinéma depuis ...

La première fois que j'ai mis les pieds dans une salle de cinéma, je n'avais pas plus de 11 ou 12 ans. Mon frère aîné avait gagné deux tickets de cinéma dans un supermarché et m’en a donné un. J’ai immédiatement couru dans le cinéma le plus proche et j’ai demandé une place pour le premier film que j'ai reconnu, Meurs un autre jour.
 
En 1997, ma famille a fui l'Irak et je suis arrivé au Luxembourg. A cette époque, aucun de nous ne parlait les langues officielles du pays (français, allemand, luxembourgeois). En deuxième année à l'école primaire, ma classe est allée dans une salle spéciale de mon école. J'ai appris plus tard qu'il s'agissait d'une salle de projection. Nous avons regardé The Truman Show. L'enseignant arrêtait la projection après chaque scène et nous parlions de la prise de vue, de la symbolique ou du récit. A cette époque, je ne pouvais toujours pas parler luxembourgeois, mais ça a été la première fois que j'ai vraiment compris ce que l'enseignant et mes camarades disaient.

Pourquoi le cinéma ...

Enfant, j'ai passé mes 4-5 premières années dans un camp de réfugiés à la frontière avec la Turquie, avec ma famille. Les jouets ne m’intéressaient pas vraiment, mais j'étais complètement fasciné par la télévision que nous avions dans notre tente. Malheureusement, je ne me rappelle pas comment nous en avions obtenu une , mais je garde un souvenir très clair du générateur électrique externe ou des batteries que nous utilisions pour l’alimenter, ainsi que des heures que je passais devant, fasciné.

Quel cinéma ...

J'aime tous les types de films du moment qu'ils me touchent d'une manière ou d'une autre. La beauté du cinéma, c’est qu’il n’y a pas besoin de ne retenir qu’un film.  Mais si je devais citer 3 films que j'aime, je dirais Arrête-moi si tu peux (Steven Spielberg), Taxi Driver (Martin Scorsese) et Boogie Nights (Paul Thomas Anderson).

LU_3Films_610

 
J'aime le cinéma européen dans son ensemble, mais j'adore en particulier le cinéma italien. Sa façon de raconter des histoires me touche particulièrement. Malheureusement, je pense que le cinéma européen a des difficultés extrêmes à se rendre visible face aux productions américaines.  Personnellement j’ai passé des années à l’ignorer inconsciemment, donc je pense qu’un spectateur normal passe probablement à coté de quelques-uns des grands chefs-d’œuvre européens facilement. 

Me sentir européen

Mes amis et ma famille pensent que je suis très européen mais personnellement, je ne me sens pas européen, mais plutôt "européanisé". J'ai des habitudes européennes comme sortir avec des amis le vendredi soir ou manger en ville une fois par semaine. J'ai grandi, vécu et voyagé en Europe, mais j'ai toujours été entouré par ma famille irakienne qui m'a appris d'autres valeurs et coutumes.
 
Mon cinéma

Je représente le groupe Utopia à Luxembourg. Ce que j'aime le plus à propos de ces cinémas est la diversité de cultures et de langues présentes dans sa programmation.

Mes habitudes de cinéphile

J'essaie d'aller au cinéma aussi souvent que possible. Il y a des moments dans l’année où je m’y rends tous les jours pendant un mois ou deux, et d'autres où je suis très occupé avec l’écriture, le montage ou le tournage de films, et j'essaie alors d'y aller au moins une fois par semaine.

J'ai l'habitude de ne pas regarder les bandes annonces ou les commentaires avant un film, afin d'être aussi neutre / objectif que possible. J'ai aussi tendance à aller seul au cinéma parce que je veux me faire ma propre opinion et ne pas 'être influencé par celles de mes amis. Normalement je n'aime pas parler du film tout de suite après le visionnage. Je préfère le laisser m’imprégner. Après un jour ou deux, je commence doucement à en parler.

LU_Utopolis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ieva Keruka – Splendid Palace – Riga (Lettonie)

 

LV_Keruka_226_299

Le cinéma et moi

Mon histoire d’amour avec les films est brève mais  intense et a commencé de manière inattendue par une séance du Seigneur Des Anneaux. Voir un de mes livres préférés adapté sur grand écran avec tellement d’attention au détail, mais aussi une grandeur à couper le souffle, m’a fait tomber amoureuse du cinéma.

Quel cinéma

Même si je ne me considère pas comme une vraie accro, je suis fascinée par cet art et par ses implications sociales. Je ne recule pas devant les blockbusters, car je crois que le succès d’un film et ce que celui-ci dit de notre société posent de vraies questions.

Il m’est difficile de distinguer un film en particulier. Beaucoup m’ont touché d’une manière ou d’une autre. Néanmoins, les films que je préfère sont ceux qui me font évoluer, même un tout petit peu. Comme Control d’Anton Corbijn, qui m’a rendu accro à Joy Division et aux vestes en cuir.

LV_1film_240

Le cinéma européen

Je pense que le cinéma européen est unique. Il recherche toujours quelque chose de nouveau, redéfinit l’art, donne à la fois une bouffée d’air frai et une impulsion pour améliorer les choses.

Se sentir européen

Je me définirais plus comme citoyenne du monde mais l’Europe et la Lettonie seront toujours proches de mon cœur. J’adore voyager car cela me connecte à d’autres gens et d’autres cultures -  c’est pourquoi mon sac à dos et mon pouce sont toujours prêts pour la prochaine aventure.

Mon cinéma

Je suis très honorée de représenter le plus ancien cinéma du Nord de l’Europe, le magnifique Splendid Palace. Ouvert en 1923, ce bâtiment spectaculaire offre réellement ce qu’il promet. Une architecture néo baroque, un intérieur néo rococo, des peintures murales à couper le souffle, est-ce que je dois en dire plus ? Le cinéma a projeté le premier film sonore dans les pays baltes. Depuis lors, il diffuse le meilleur du cinéma européen et international.

Mes habitudes de spectatrice

Aller au cinéma est une expérience importante. Une fois les portes fermées, je ne me soucie plus du monde extérieur.

Je préfère y aller seule et il est très difficile pour moi de supporter les discussions, le popcorn et les appels téléphoniques pendant les films. Est-ce que quelqu’un a vu God Bless America ? Je peux très bien m’identifier ! Aller voir des films est un rituel sacré pour moi, c’est comme une méditation qui  me permet de garder ma santé mentale en m’échappant du monde, même si c’est juste pour quelques heures.

LV_Riga_Splendid Palace

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nigel Baldacchino - St. James Cavalier - La Valette (Malte)

 

Mt_portrait

Je suis quelqu’un de curieux. Je fais de la musique et j’ai sorti un album de mon propre projet musical, j’écris un peu de fiction, je prends, monte et expose des photos numériques, et je suis également diplômé d’architecture mais avec une expérience plutôt limitée.

Ma formation académique n’a jamais abordé le cinéma, exception faite de quelques allusions dans le cadre de mes études d’architecte. J’ai été au cinéma en tout et pour tout six fois avec mes parents.  Ma passion pour le cinéma s’est en grande partie auto-développée - avec l’aide des personnes dont je me suis entouré.

Pourquoi le cinéma

Selon moi, la particularité du cinéma, c’est le contrôle qu’exerce le réalisateur sur son public. Au cinéma, on peut voir des scènes dans lesquelles le réalisateur ne laisse pas de place à l'imaginaire du spectateur (prenant ainsi sur lui tout le poids de la perception) puis quelques instants plus tard, lui redonne cette liberté, et offre au spectateur un nouveau monde dans lequel il peut inventer ses propres détails. En littérature, il est pratiquement impossible (où beaucoup… beaucoup plus difficile) d’avoir la possibilité, en tant qu'auteur, de ne rien laisser à l'imaginaire du lecteur (ce qui n'est ni vraiment un avantage ni un inconvénient) de mon point de vue.

Quel cinéma

J'ai tendance à aimer les films qui exposent les détails les plus intimes de leurs personnages et en même temps ceux qui respectent les facettes et les attributs de personnages plus effacés et vagues.

Mes films préférés…

Trois films me viennent à l’esprit : Les Moissons du ciel de Terrence Malick, Paris, Texas de Wim Wenders et Le Dernier Tango à Paris de Bertolucci.

28TimesCinema_2014_MT_3Films_610

Le cinéma européen

Je ne pense pas qu'il y ait une lueur particulière du cinéma européen, qui s’affaiblit ou se ravive avec le temps. Après une période d’affaiblissement, il me semble que le cinéma européen depuis ces dernières années s’est revigoré. Je pense particulièrement au renouveau du cinéma danois (avec des réalisateurs comme Thomas Vinterberg, Susanne Bier et Nicolas Winding Refn) qui a donné quelques très bons films ces dernières années. Selon moi, le cinéma européen incarne un regard plus intime et plus approfondi sur les personnages de fiction, provenant peut-être, en partie, du néo-réalisme italien d’il y a plusieurs décennies.

Vous sentez-vous européen?

J'ai vécu à Rome pendant 6 mois et cela a été une belle expérience cinématographique; surtout grâce à une petite salle de cinéma dans laquelle le propriétaire (le réalisateur Silvano Agosti) programme toutes les semaines une sélection de classiques et de films en première sortie (http://www.silvanoagosti.com/ cinéma-azzurro /). Ce fut très formateur pour moi.

En ce qui concerne mon identité européenne, je ne peux me sentir qu’européen puisque je n’ai jamais eu l’occasion de vivre ailleurs jusqu’à présent !

Mon cinéma

Je représente le cinéma St. James Cavalier à Valetta (Malte). Notre île n’a que très peu de lieux comme celui-ci en dehors des salles mainstream. St. James a toujours été un portail important pour découvrir les nouveautés.

MT

Mes habitudes de spectateur

L’offre de film est malheureusement très faible à Malte comme je le disais, excepté quelques évènements ponctuels organisés à St. James (encore..) et avec le Kinemastik (http://www.kinemastik.org/ ), qui propose un festival annuel digne de ce nom et des évènements réguliers le reste de l’année. Autrement, je me contente du  projecteur installé dans le salon de mes amis ! Je regarde des films avec un projecteur - dans des pièces plus ou moins obscures - au moins une à deux fois par semaine, avec un groupe d’amis spécifique avec qui je partage et à qui je dois beaucoup en matière de connaissance des films. Dans le cas de salles de cinéma bien réelles, il n’y a pas vraiment d’endroit pour passer du temps et discuter après les séances, donc on finit en général par aller dans des lieux plus conviviaux.

 

 

 

Justas Piliponis - Kino Garsas - Vilnius - (Lituanie)

 

LT_Piliponis_226_299

Je m’appelle Justas et je suis un jeune homme de 23 ans originaire de Lituanie. J’étudie le management culturel à l’université de Panevezys. Je travaille également sur le projet « Panevezys, capitale lituanienne de la culture 2014 ».

Le cinéma  depuis…

Je n’étais pas branché cinéma avant mes études. Pour mon premier stage pratique, j’ai choisi un des cinémas les plus vieux de Lituanie, le Garsas. Depuis cette époque, je suis toujours resté en contact avec les employés de ce cinéma. Je les aide bénévolement pour les programmes jeune public, les festivals, ou les camps d’été pour cinéastes amateurs.

Pourquoi le cinéma

Je préfère toujours le cinéma aux autres media car il permet de mieux ressentir l’atmosphère. Parfois le cinéma peut vous affecter de manière si profonde que vous vous imaginez faire partie du film et être témoin des scènes en direct, alors que vous êtes assis dans un fauteuil confortable dans un cinéma quelconque.

Quel cinéma

Tous les films ont quelque chose à offrir. Je choisis les films en fonction de mon humeur du moment. Parfois, j’ai envie de voir un drame, parfois une comédie, parfois un documentaire. Quand je vais au cinéma, je préfère être seul et regarder un film profond qui vous donne à réfléchir.

Mes 3 films favoris

Mes 3 films préférés du moment sont:

SPIJT, l’histoire d’un jeune garçon persécuté par ses camarades de classe, c’est un film qui devrait être montré dans toutes les écoles pour que les enfants comprennent ce que la brutalité peut entrainer

FISH TANK : un film fort et imprévisible sur une fille qui refuse d’accepter que son milieu misérable influence sa vie.

TANGO LIBRE : ce film propose un point de vue original sur les criminels, leurs vies, les évasions de prison, avec de très bonnes performances et des scènes de danse excellentes.

LT_bandeaufilms

Faire des films

J’ai fait des courts-métrages avec les membres de mon ONG et j’ai également réalisé un court-métrage avec les jeunes du cinéma pendant le camp d’été de réalisation que nous avons organisé. Quand j’étais un peu plus jeune, nous avions notre émission de TV, j’étais chef de projet et l’émission était diffusée sur la chaîne de TV locale. C’était une émission informative pour les jeunes.

Le cinéma européen

Pour moi, le cinéma européen, ce sont des bons films non-commerciaux, qu’il faut regarder en étant concentré afin de comprendre ce que les réalisateurs veulent te montrer. Il est complétement différent du cinéma hollywoodien, qui est facile à regarder juste pour le plaisir.

Se sentir européen

Je me sens vraiment européen car je n’ai jamais raté une occasion de voyager en Europe. J’ai étudié en Turquie pour un semestre en tant qu’étudiant Erasmus et pour mon stage Erasmus, j’ai passé 5 mois en Grèce. J’ai aussi voyagé en Lettonie, Estonie, Finlande et Turquie dans le cadre d’un programme pour la jeunesse. J’ai également rendu visite à mon cousin en Norvège,

Mon cinéma

Je représente le cinéma Garsas de Panevezys en Lituanie. Je l’aime particulièrement, parce que c’est un des meilleurs endroits pour les jeunes. Ils ont un espace spécial pour les jeunes, où n’importe quel jeune peut venir passer du temps avec ses amis, à boire un thé s’il fait froid, à jouer à des jeux de société ou faire ce qui lui plaît. Ce cinéma travaille beaucoup avec les jeunes et organise différents projets, tels que des camps d’été pour apprendre à faire un film, des cours de cinéma, où les étudiants n’étudient pas à partir de livres mais à partir de films, des ateliers d’animation…

LT_Garsas

Mes habitudes de cinéphile

Je vais normalement au cinéma pendant les festivals, grâce auxquels je peux voir les meilleurs films non commerciaux. Comme j’aide le cinéma à organiser des festivals, j’ai aussi la chance de voir tous les films, donc quand la période du festival arrive, je passe pratiquement toute ma vie au cinéma, de tôt le matin à tard le soir.

Christiaan Frieswijk – Filmhuis de Keizer – Deventer (Pays-Bas)

 

NL_Chris_226_299

À propos de moi…

Je me décrirais comme curieux et créatif. Je trouve l'inspiration lors de mes voyages partout et nulle part et j'essaie de m'exprimer en réalisant des films, en écrivant de la musique et des histoires. Je dirais que c'est là où se trouve ma passion. J'ai étudié les Arts, la Culture et les Médias puis la réalisation de film, et je me suis spécialisé dans le documentaire. Actuellement, je travaille en tant que réalisateur junior pour une société qui réalise des films d'entreprise.

Le cinéma depuis ...

La première fois que je me suis intéressé au cinéma, c'est quand j'ai joué un petit rôle dans l'une des œuvres de mon oncle. C’est un artiste belge qui utilise le film comme médium. J'avais huit ou neuf ans, et j'ai été fasciné par l'idée que nos performances allaient être captées et figées dans le temps. Depuis, cette fascination s’est développée. Je m’intéresse à l'art et aux expériences artistiques, quelque chose que le cinéma est en mesure de faire naître. Un film bien conçu déclenche une expérience émotionnelle profonde, presque physique.

Quel cinéma ...

Je suis intéressé par le cinéma documentaire. Le monde et ses habitants ne manquent jamais de me surprendre. Ce qui m’intéresse, c’est quand la fiction et la non-fiction se rencontrent. Les films plus artistiques, ou d'art-et-essai ont également un fort impact sur moi. J'aime les films qui offrent des nouvelles perspectives et défient la réalité.

Un de mes réalisateurs préférés est en fait néerlandais. Alex van Warmerdam sait parfaitement comment orienter la perception du public d'une manière très originale, en créant des expériences inhabituelles et parfois inconfortables. Son dernier film Borgman  (2013) est l'un de mes favoris.

J'aime le travail de Wes Anderson. Tout comme van Warmerdam, c’ est un auteur, et sa vision personnelle se fait sentir tout au long de son répertoire. Avec son dernier titre The Grand Budapest Hotel (2014), il a à nouveau réussi à faire cohabiter un curieux sens de l'humour, du cynisme et de l’aventure.

Heddy Honigmann réalise des documentaires très émouvants et poétiques. J'ai particulièrement apprécié son film Metal y Melancolía (1994), dans lequel elle interviewe des conducteurs de taxi à Lima sur la période sombre de laquelle le Pérou venait juste de sortir. C’est ce documentaire qui m’a décidé à faire des documentaires moi-même.

NL_3Films_610

Écrire sur le cinéma et faire des films ...

J'avais l'habitude d'écrire des critiques de film pour un magazine en ligne appelé CultuurBewust, et j’ai aussi écrit plusieurs articles publiés par Gorilla Film Magazine. À un certain moment au cours de mes études, j'ai souhaité passer de la critique des films à leur réalisation. J'ai commencé à développer des idées, filmer et monter. J'ai une chaîne YouTube sur laquelle je les mets en ligne.

Le cinéma européen ...

Quand je pense au cinéma européen, je pense à l'art. Je pense à des films réalisés avec passion, qui racontent des histoires, font partager des expériences et des émotions, proposent une façon de voir le monde, des œuvres qui nous permettent d’avoir un aperçu des grandes questions de la vie. Une caractère unique du cinéma européen, et de l'Europe en général, c’est sa diversité. Des différentes cultures et traditions qui cohabitent dans un espace relativement restreint, naissent l’échange, le dialogue et la richesse culturelle.

Etre européen…

J'ai voyagé à travers l'Europe et j’ai visité plusieurs pays. J'ai vécu à Budapest, en Hongrie pour un semestre d’études dans le cadre du programme d'échange Erasmus, et j'y ai rencontré des ressortissants de nombreux pays différents. J’y ai visité les plus petits cinémas de la ville et j’ai même été bénévole au Festival du film Titanic.

Mon cinéma et mes habitudes de cinéphile...

Je représente le Filmhuis de Keizer à Deventer, Pays-Bas. C'est un petit cinéma d'une vieille et petite ville néerlandaise. J'y ai travaillé brièvement comme l'un des 85 bénévoles, ce qui m’a permis de voir que cette salle est portée par une passion commune pour le cinéma. Sans ces bénévoles, elle ne pourrait pas exister, ce qui prouve que ce n'est pas une question d'argent ou de business. Les cinéphiles permettent de la maintenir en vie.

Quant à mes habitudes en tant que cinéphile, j'ai mes phases, partagées entre les périodes où je produis moi-même quelque chose, et celles où je cherche de nouvelles idées. Quand je vais au cinéma, j’y vais parfois seul. Pour moi, ce n’est pas vraiment une activité sociale, car c’est surtout le film lui-même qui compte. 

 

NL_Deventer_De Keizer

Marek Łużyński – Kino Nowe Horyzonty – Wroclaw (Pologne)

 

PL_Marek_226_299

Mon nom est Marek Łużyński et je viens de Pologne. Je travaille à Wrocław, au cinéma Nowe Horizonty, le plus grand cinéma art et essai du pays. Je m’occupe de l’éducation à l’image pour les plus jeunes et je coordonne l’action des bénévoles.

Le cinéma depuis…

J'ai commencé à aller au cinéma au lycée, où je participais, tous les mois, à un programme d’éducation à l’image. Je me suis ainsi ouvert au cinéma non commercial. Mais cette passion a vraiment débuté il y a 6 ans lorsque j’ai déménagé à Wrocław, où j’ai eu accès à un éventail beaucoup plus large de films.

Pourquoi cinéma…

J'aime le cinéma car il me fait découvrir le monde sans avoir à me déplacer. Slavoj Žižek a déclaré: «Le cinéma est l’art pervers ultime. Il ne vous donne pas ce que vous désirez - il vous dit comment désirer » - c'est aussi pourquoi je préfère le cinéma aux autres formes artistiques.  

Mes films préférés

Holy Motors, Apocalypse Now et Voyage au bout de l’enfer sont mes trois films préférés.

PL_3Films_610

Ecrire sur des films en ligne et les réaliser…

J'utilise souvent le forum.nowehoryzonty.pl et j'aime aussi évaluer les films sur le site polonais filmweb.pl , deuxième plus grande base de données de film dans le monde après IMDB. J'ai eu un petit rôle dans un court métrage de série B, Fosotwór, fait par des amis. Le film a remporté le Prix du Public au Moico Enjoy Movies.

Le cinéma européen…

Je suis un amoureux des films « New Horizon » - ce terme vient du Festival New Horizon, où je travaille en Juillet. On désigne ainsi les films lents, expérimentaux, qui cherchent de nouvelles formes d'expression et exigent du public une certaine concentration. Cela définit bien le cinéma européen.  

Je n'ai jamais vécu à l'étranger. Je ne voyage pas beaucoup, même si j’en rêve. Les films me rendent les problèmes des citoyens européens plus proches et je me sens aussi davantage citoyen de l’Europe. 

Mon cinéma

Je représente donc, au sein de 28 Times Cinema cette année, le cinéma Nowe Horizonty  de Wrocław, qui compte 9 écrans. Il se passe toujours quelque chose ici, il est impossible d’y trouver un endroit calme. Des films d’auteur y sont projetés tous les jours. Le plus grand festival international du pays – le T-Mobile New Horizons, en juillet – et le festival du film américain en octobre y prennent place. Le cinéma propose d’autre part des projets d’éducation à l’image, des retransmissions du Metropolitan Opera, des séances d’analyse de film, des festivals, des rencontres pour les enfants et les seniors, des expositions et des concerts. En outre, le café propose de bons plats à un prix raisonnable, une galerie présente des affiches et la librairie vend des livres et dvd.

Mes habitudes de cinéphile

Je vois trois films par semaine. J’aime m’asseoir près de l’écran. En ce qui concerne les films plus divertissants, j’aime les voir avec un large public, notamment avec des amis. J’ai une attitude différente avec les films plus sérieux, que j’aime voir seul, si possible. Le cinéma n’est donc pas seulement l’endroit où je travaille mais aussi un lieu où j’aime passer mon temps libre.

PL_Wroclaw_Nowe Horyzonty

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bernardo Lopes - Cinema City Classic Alvalade - Lisbonne (Portugal)

 

PT_Lopes_226_299

Je m’appelle Bernardo Lopes, j’ai 20 ans, je suis né à Lisbonne au Portugal et je suis un passionné de cinéma. Je suis actuellement en train de terminer mes études en « Cinéma, Vidéo et Communication multimédia ». Je suis réalisateur et scénariste et j’ai fait quelques courts-métrages dans le cadre de mes études. J’ai participé deux fois au festival du film de Giffoni et j’ai assisté à deux séminaires sur la critique de cinéma pendant le festival de Cannes et le festival du film de San Sebastian. J’ai également été sélectionné pour travailler comme assistant de projet sur les retransmissions du championnat de l’UEFA de cette année. Je suis accro au chocolat et aux films de Terrence Malick (sans ordre de préférence).

Le cinéma depuis…

Je vais au cinéma depuis tout petit. C’était une des activités préférées de ma mère. Mais c’est lors de ma première expérience de juré au festival du film de Giffoni en 2009 que j’ai découvert que le cinéma était une réelle passion et qu’il m’inspirait artistiquement.

Pourquoi le cinéma…

Les hommes ressentent sans cesse le besoin et l’envie de raconter des histoires et de les écouter. Au cinéma, tout tourne autour de ces histoires. Vous me direz qu’il en est de même pour les livres et le théâtre. Mais selon moi, aucune autre forme d’art ne peut remplacer de manière aussi profonde et personnelle les sentiments et la magie des rêves créés au cinéma. L’expérience de la salle obscure manipule en quelque sorte nos vies, en l’enrichissant de toutes ces histoires, et ce pouvoir transcende et dans une certaine mesure représente chacune des autres formes d’arts.

Quel cinéma…

Je ne juge pas les films en fonction d’un genre ou d’un concept. Néanmoins, je pense qu’il y a un postulat qui doit toujours rester à l’esprit du réalisateur : le cinéma est l’expression personnelle du réalisateur. Ceci signifie que tout ce que le réalisateur montre à travers l’objectif doit représenter ses motivations et ses émotions. C’est seulement de cette manière que le réalisateur peut atteindre son but. C’est le seul moyen par lequel le public peut interpréter son langage.

En dehors de ces considérations, les films les plus importants pour moi sont ceux qui sont réalistes et qui dépeignent la réalité.

PT_3Films_610

Mes films préférés…

The Tree of Life de Terrence Malick

Huit et demi de Federico Fellini

Recordações da Casa Amarela de João César Monteiro

Parler des films sur internet…

J’utilise souvent les réseaux sociaux et je tiens mon propre blog (http://moreorlessjustlens.tumblr.com/) et surtout j’écris des critiques de films pour le plus gros site de cinéma portugais www.c7nema.net .

Faire des films…

Depuis que j’étudie le cinéma à l’université, j’ai écrit et réalisé de nombreux courts-métrages. Je les ai postés sur ma page Viméo (http://vimeo.com/bernardolopes/ ) et sur mon Youtube (http://youtube.com/MrBernardoLopes ).

Le cinéma européen…

Pour moi, le cinéma européen est le cinéma le plus riche et diversifié du monde. Il représente et a la responsabilité de porter toute l’histoire et les traditions de chaque pays européen.

Être européen…

J’ai déjà eu la chance de visiter plus de 11 pays européens et 30 villes européennes. Je me considère donc sans difficultés comme un citoyen européen. Je n’ai jamais vécu à l’étranger mais je pense le faire pendant ma dernière année d’université dans le cadre du programme Erasmus.

PT_Lisbonne_Cinema City

Mon cinéma…

Je représente le cinéma Cinema City Classic Alvalade. Il montre quelques-uns des meilleurs films européens, qu’on ne peut trouver dans aucun autre cinéma. J’aime aussi ce cinéma pour son atmosphère. Le bar est très confortable et je ne manquerais pour rien les spectacles d’humoristes.

Mes habitudes de spectateur…

Je vais régulièrement au cinéma, au moins une fois par semaine. Comme j’étudie le film, la vidéo et la communication, je dois aller voir des films très régulièrement. Le cinéma City Classic Alvalade a un partenariat avec mon université, j’ai donc la chance d’y voir beaucoup de films.

Je préfère aller au cinéma avec des amis car on discute du film à la fin de la séance, ce qui rend l’expérience encore plus vivante et intéressante. La séance se transforme souvent en un moment très convivial, quand nous restons discuter autour d’une table, en mangeant et en buvant un verre.

              

Călin Nahaiciuc – Cinema Victoria – Cluj (Roumanie)

 

RO_Calin_226_299

Mon nom est Călin Nahaiciuc et je suis étudiant en cinéma à Cluj. J'écris des critiques de film et de musique pour un magazine local appelé Eliberart et j'enregistre de la musique qu’on pourrait qualifier de post-rock.

Le cinéma depuis ...

Mon histoire avec le cinéma ressemble étrangement à la trame du film Cold Mountain: un début intense bien que relativement court, suivi par une longue période d’éloignement, pour finir avec la douceur d’un happy end. Un happy end européen, non pas hollywoodien (juste pour mettre les choses au clair pour les cinéphiles qui froncent déjà les sourcils). Il était une fois un cinéma dans ma ville natale. Le tout premier film que j’y ai vu, c’était le premier Harry Potter, en 2001, avec mon père. J’avais 8 ans, l’âge parfait pour que son esprit soit marqué fortement par cette merveille qu’est une salle de cinéma. L'écran, le jingle qui annonce le début du film, s’égarer sur le chemin vers les toilettes – autant de choses qui restent gravées dans la mémoire. Sans oublier les sièges malheureusement vides...  Avec le recul je me rends compte que mon cinéma était en train de mourir à ce moment-là. Deux ans plus tard, le cinéma a fermé, et je n'ai mis les pieds dans aucune autre salle jusqu'à ma première journée à l'université de Cluj, quand je me suis retrouvé époustouflé devant le Cinéma Victoria. Donc Cold Mountain, dans les grandes lignes.

Pourquoi le cinéma ...

J'aime le cinéma en raison de sa saveur unique de genèse du monde. La saveur n’a pas besoin d’inclure les aspects narratifs, ni même les personnages, mais juste une proverbiale «tranche de vie» remplie par la puissance d'une expérience jusque-là inconnue. On dit qu’on lit des livres parce qu’on ne connaîtra jamais trop de monde. Je dis qu’on regarde des films, parce qu’on ne vivra jamais trop de vies.

Mes films préférés

1. Before Sunrise – L’histoire d’amour la plus réaliste et le plus féerique à la fois, le chef d'œuvre de Richard Linklater pourrait bien être le documentaire suprême sur les rapports humains, le genre de chose que nous aimerions envoyer aux extraterrestres pour montrer ce que c'est que de parler avec un être humain. En général je n’aime pas en faire trop quand je parle d’un film, mais là c’est différent.  

2. Fish and Cat – Le réalisateur iranien Shahram Mokri  repousse les limites du cinéma avec son film d’horreur réalisé avec une virtuose prise unique de deux heures. L'expérience en temps réel se mêle au thème de l'éternel retour, offrant une nouvelle façon de percevoir le temps.

3. La Haine –La preuve que le cool peut aussi être éducatif, depuis 1995. Brillamment dissimulé sous un emballage de post-modernisme, mais clair dans son intention, ce film français désormais culte reste aussi frais aujourd'hui qu'il l'était il y a 20 ans.

RO_3Films_610

Écrire sur les films ou les réaliser ...

Je ne suis pas très actif en ligne. En ce qui concerne la réalisation, je suis généralement le scénariste. Trois de mes scénarios ont été portés à l’écran, mais ce sont juste des projets universitaires. 

Le cinéma européen ...

Il est difficile pour moi d’en donner une définition sans faire de généralisations grossières, mais une tendance que je constate dans le cinéma européen, c’est que les limites traditionnelles d’un cinéma lent et cérébral se mélangent à un assortiment d’influences étrangères. 

Se sentir européen

Je me sens européen, même si je n'ai pas voyagé autant que je le voudrais. Cependant, je vais faire un échange universitaire Erasmus en Turquie au prochain semestre.

Mon cinéma

Je représente le Cinéma Victoria de Cluj. Qu'est-ce que j'aime le plus dans ce cinéma? Vous voulez dire au-delà  de la programmation toujours très solide, de l’équipe cinéphile prête à échanger avec vous sur les films, de la qualité impeccable du son et de l’image, et de l'élégance digne du bâtiment ? Eh bien, le pop-corn n’est pas cher. Je plaisante, mais oui, tout ce qui précède. Ce que j'apprécie le plus, cependant, c'est d'être en mesure de me rentre au cinéma à l’impromptu, laissant la sélection de films entre des mains dignes de confiance. Et puis, le pop-corn n’est pas cher.

Mes habitudes de cinéphile

J'aime m'asseoir par terre à l'étage supérieur du Victoria. Honnêtement, l’impératif du fauteuil est l'un des plus grands mystères du monde du cinéma. Être assis par terre me permet de changer de position, d’aller aux toilettes sans déranger personne, et même de m’endormir.

Je dirais que je vais au cinéma deux fois par semaine. Même si je sors seul, je vais souvent rencontrer des amis au cinéma. J’ai un groupe d'amis soudé, centré autour de l'école de cinéma / de la salle de cinéma, au point que la plupart ont renoncé à l'idée de regarder un film seul.

RO-Cluj-Victoria 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Anna Nygren – Cnema – Norrköping (Suède)

 

SE_Nygren_226_299

Ma première expérience au cinema

Je me souviens de ma première expérience au cinéma. Ce n’était pas vraiment dans une salle de cinéma, mais dans la plus grande pièce de ma crèche. Tous les enfants regardaient Le Roi Lion sur un grand écran de télévision (à la maison on avait une toute petite télévision, donc pour moi il semblait énorme). Je devais avoir environ quatre ans. Ce fut une expérience bouleversante. Le père de Simba qui meurt dans le film, les autres enfants autour de moi, Simba qui pleure pour son père, mes yeux qui piquaient à force d'essayer de retenir mes larmes. J'étais frigorifiée et j’avais terriblement chaud en même temps, j'ai dû quitter la pièce pour me réfugier dans la salle de bains et j’y suis restée un certain temps.

Pour moi, c'est ça le cinéma, et ce que j'aime. Une expérience bouleversante. La combinaison du film projeté sur écran et de l’évènement qui l’entoure. La salle, les gens, la conscience de ma propre apparence face à la projection du film. Je me sens toujours comme Amélie en allant au cinéma, et c'est un sentiment très agréable.

Moi et le cinéma que j'aime...

Je suis étudiante en littérature et cinéma, j’aime les histoires et les images qui me font sentir que le monde et l'existence sont vertigineusx et irrépressibles. J'écris moi-même pour le cinéma et le théâtre, en essayant de créer des textes qui à l'écran ou sur scène donnent au public ce sentiment. J'aime les films sur des faits de la vie quotidienne, mais qui les présentent d'une manière qui vous fait comprendre qu'ils sont d’une importance capitale, que ces choses banales peuvent changer des vies. J'aime les films qui tentent de raconter des histoires qui n'ont pas été racontées. J'aime ce type de réalisme subjectif - mais j’apprécie aussi les films surréalistes ou absurdes.

Actuellement, mes films préférés sont Äta sova dö (Gabriela Pichler, 2012), Naissance des Pieuvres (Céline Sciamma, 2007) et Beasts of the Southern Wild (Benh Zeitlin, 2012).

SE_3Films_610

L'Europe et le cinéma européen...

Je ne me suis jamais vraiment considérée comme européenne, mais si je réfléchis, il y a plusieurs personnes éparpillées en Europe (et certaines en dehors de l'Europe également) avec lesquelles je me sens très connectée, en Serbie, en France, en Allemagne et en Irlande, en Autriche et en Grèce. J'ai un peu voyagé, surtout à travers différents projets culturels et politiques, et la plupart des gens que je connais en dehors de la Suède travaillent également dans le théâtre ou le cinéma, ou font partie d'une communauté féministe ou queer. Je pense que la plupart des problèmes importants de la vie (au moins pour moi) traversent les frontières des pays.

Le cinéma européen m’évoque les films que mon professeur d'allemand montrait en classe à l'école secondaire (comme Der Krieger und die Kaiserin et Erbsen auf halb sechs), dont je suis tombée amoureuse mais que la plupart de mes collègues ont trouvé étranges parce que très différents du style Hollywood...; les films français que je regarde avec ma mère (nous avons un "club de film français"); tous les films d'autres pays européens que je regarde, que j'aime ou n'aime pas, qui me dérangent ou me touchent; toute la politique, l'esthétique, l'histoire, les gens, les langues (j'aime le son des langues que je ne comprends pas), le mélange de tout cela dans son ensemble.

Mon cinéma...

Au 28 Times Cinema je représente le cinéma Cnema, à Norrköping, en Suède. C'est un endroit où je me rends presque tous les jours, du moins en ce moment, car il est également relié au bureau du programme pour les réalisateurs au sein duquel je réalise actuellement un court-métrage. Donc, je suis là à la fois pour mon travail et pour mon loisir.

Mes habitudes de cinéphile

Je dois avouer que mes moments préférés dans le cinéma sont quand je regarde des films qui ne semblent intéresser personne d'autre, quand je suis presque seule dans la salle et que je me sens spéciale, comme si le film était fait seulement pour moi. Quand le film est bon, une partie de moi se désole que personne ne veuille le voir, mais cette tristesse se mêle de plaisir. Tout est relié, le film et l'expérience du temps et du lieu, d’une manière belle mais presque effrayante.

SE_Norrkoping_Cnema

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ambrož Pivk - Kinodvor - Ljubljana (Slovénie)

 

SI_Pivk_226_299

Je m’appelle Ambrož Pivk, j’ai 18 ans et je suis originaire de Slovénie. Il me reste un an de lycée et d’ici quelques mois, je devrai choisir quelles études poursuivre et où. Je rêve d'étudier la réalisation de films mais je dois encore y réfléchir. Dans mon temps libre, je voyage beaucoup, je lis et j’écris mais regarder des films est ma passion première. Je ne peux pas passer plusieurs jours sans regarder un film.

Le cinéma depuis…

Je vais au cinéma depuis toujours. Au départ, c’était avec mes parents : mon premier souvenir de cinéma est d’avoir regardé LOVE ACTUALLY avec toute ma famille quand j’avais 7 ans. Quand j’ai eu 12 ans, j’ai réalisé que regarder des films comme ça n’était pas suffisant pour moi et j’ai commencé à aller au cinéma tout seul, ce que j’apprécie encore beaucoup.

Pourquoi le cinéma?

Le cinéma, c’est ce qu’il y a de mieux. Je pense que ceux qui disent que les livres valent davantage que les films se trompent car ils considèrent qu’en regardant un film on ne fait pas appel à son imagination. Mais un grand film peut vous faire réfléchir et ressentir des émotions tout  aussi bien qu’un grand roman. Sans parler de l’art de la cinématographie, le jeu des acteurs, le choix de la musique. Pour résumer, un film est une mosaïque de plusieurs formes d’art, un travail de collaboration, et c'est ce qui rend le cinéma si unique.

Le cinéma que je préfère

Je regarde toutes sortes de films. J’aime tous les styles de films tant que le film est bon. J’aime les films expérimentaux comme HOLY MOTORS et UNDER THE SKIN, les films que vous ne pouvez pas vraiment expliquer et que vous aimez encore plus. Mais les films qui me restent en mémoire  sont ceux auxquels je peux complètement m'identifier. Il est difficile d’expliquer comment cela se produit, ce n’est pas uniquement lié à l’âge des personnages ou à leur situation de vie: des films tels que LA VIE D'ADELE, FRANCES HA ou BOYHOOD ont changé ma vie parce qu'ils me comprennent.

Mes 3 films préférés

Il m’est impossible de choisir mes trois films préférés sachant que ça change constamment, mais si j’avais à en choisir 3  en ce moment, ce serait LOST IN TRANSLATION, LA VIE D’ADÈLE et CRIS ET CHUCHOTEMENTS.

SI_3Films_610

Parler des films sur internet

J’aime beaucoup discuter des films en ligne étant donné que je n’ai pas la chance de pouvoir le faire avec les personnes que je connais. Je me rends sur deux forums : AwardsWatch et International Cinephile Society. J’ai aussi mon propre blog en slovène où je partage mes réflexions, j’analyse ce que je ressens à propos d’un film.

Le cinéma européen...

Bien que je pense que les cinémas américains et asiatiques sont sous-estimés, le cinéma européen est encore loin devant... Mais il est difficile de définir ou de généraliser : comment comparer Mungiu, Almodovar et Tarkovski ? Mais c’est pour cette raison que c’est si génial ! Le cinéma européen est un ensemble riche d'idées complément différentes issues de cultures variées.

Etre européen

Je n’ai jamais vécu en dehors de mon village d’origine mais j’ai visité plusieurs parties de l’Europe et  voyager est ma deuxième passion après le cinéma. J’essaye toujours de combiner les deux, de voir des films du pays dans lequel je me trouve. Rien que cette année, je suis allé aux Pays- Bas, en Belgique, en Russie et en Finlande et chaque nouveau pays que je visite me fait encore plus aimer l'Europe.

SI_Ljubljana_Kinodvor

Ma salle Europa Cinemas…

Pour les 28 Times Cinema, je représente le meilleur cinéma slovène, le Kinodvor. Depuis que j’ai découvert le Kinodvor, j’ai l’impression que ma vie a changé. Non seulement il est beau et l'ambiance y est géniale car tous ceux qui y vont partagent leur amour des grands films, mais la programmation y est également extraordinaire. Le Kinodvor offre le meilleur du cinéma indépendant international, tous les meilleurs films passent ici. Je viens ici au moins une fois par mois, à chaque fois que j'en ai l'occasion.

Mes habitudes de spectateur

Je ne vais plus que très rarement dans d’autres cinémas. Quand cela m'arrive, c'est pour voir avec des amis un blockbuster ou un film qui ne demande aucun effort. Mais quand je vais au Kinodvor, j’aime y aller avec quelqu’un capable d'apprécier le film et qui ne va pas se plaindre de sa difficulté ou de sa durée. C’est pour cette raison que j’y vais souvent seul ou avec mes parents car ils se sont habitués à mes goûts qu’ils qualifient de «sûrs».  Si j’y vais accompagné, j’aime aller prendre un verre après le film pour discuter, partager mon point de vue. Une raison de plus d'apprécier le Kinodvor : ils ont un café toujours plein de cinéphiles qui parlent cinéma après leur séance.

______

Maroš Brojo – Lumière – Bratislava (Slovaquie)

 

SK_Maros_Brojo_226_299

Je suis un étudiant en Doctorat d’audiovisuel à l’École supérieure des arts de la scène de Bratislava, dont la dominante est le film d’animation, notamment les techniques et formes d’animation novatrices. En tant que journaliste et écrivain, j’ai écrit des critiques, des articles et des études sur le cinéma qui ont été publiés dans des magazines, journaux et sites web slovaques de film et culture. Je suis également l’un des programmateurs du club de cinéma étudiant 35mm et le co-programmateur d’un cinéma alternatif appelé Foajé. Sa programmation est axée autour de films étudiants, de courts-métrages, de films d’animation, de films amateurs et expérimentaux et de divers films slovaques et étrangers, qui n’ont pas réussi à rentrer dans les circuits classiques de distribution. Je travaille pour le festival international du film d’animation Fest Anča en tant que directeur de programmation.

Le cinéma depuis…

J’ai commencé à aller au cinéma avec mes parents depuis tout petit et je me rappelle que ma première fois au cinéma était dans ma ville natale Nitra. Le cinéma Lipa a fermé depuis et ne rouvrira probablement jamais, mais je m’en rappellerai toujours comme le lieu de ma première séance de cinéma - Aladdin de Disney en 1992.

Quel cinéma…

Mes cinémas préférés sont les multiplexes, et ceci pour des raisons purement pratiques. Les salles art et essai ont beaucoup de mal à rivaliser avec les fauteuils confortables, les grands écrans et le système audio des multiplexes. D’un autre côté, j’adore l’extrême inverse - des séances improvisées organisées lors d’événements culturels, dans des galeries, des ateliers ou des séances privées dans des cinémas ou chez des amis. J’apprécie beaucoup les sélections inhabituelles de films, les bizarreries et les séances en mode « retrouvailles entre amis ». C’est pourquoi tous les genres de films sont importants pour moi. Plus les films sont originaux (courts-métrages, films amateurs, expérimentaux, animés, réalisés par des amis), plus cela m’intéresse. Je pense que le cinéma est une forme d’art très ouverte et que cette diversité (pas toujours évidente) doit être appréciée à sa juste valeur et doit être encouragée.

Mes films préférés…

SK_1film_222

Même si j’ai certaines préférences, j’ai du mal à choisir mes films favoris. Il y a trop de films incroyables ! Pour nommer au moins un film : le film Felvídek: Caught in Between, un documentaire slovaque de Vladislava Plančíková, a attiré mon attention récemment.

 

Le cinéma européen et l’Europe…

Mes réflexions sur le cinéma européen sont liées ma relation à l’Europe. C’est un continent avec un héritage culturel fort et riche, qui a beaucoup à offrir dans les domaines de l’histoire de l’art, des innovations artistiques et du progrès. C’est une contre-culture forte face au consumérisme contemporain et aux tendances commerciales. Elle met en lumière un large éventail de problèmes intéressants qui sont issus d’évènements historiques plus ou moins lointains et de différences économiques. Ces dernières années, j’ai visité de nombreux pays européens et j’ai trouvé les pays de l’Est plus intéressants car il y avait moins de touristes. Ces pays m’ont donné l’impression d’être plus authentiques.

Mon cinéma…

Pour 28 Times Cinema, je représente le cinéma Lumière qui se situe dans le centre de Bratislava. Ce cinéma art et essai appartient à l’Institut du Film Slovaque, dont la programmation est principalement européenne. Il montre des films actuels mais aussi des films classiques et il a récemment ouvert une 3ème salle. Le cinéma organise également des séminaires et projette des films historiques tirés d’archives européennes et slovaques. Ce que j’apprécie particulièrement dans le cinéma Lumière est sa programmation, la modernité de l’infrastructure, le grand nombre de séances et le prix des billets qui est abordable.

Mes habitudes de cinéphile

J’ai besoin d’aller au cinéma au moins deux fois par semaine. Le fait d’être accompagné n’a pas d’importance, même si j’apprécie être en bonne compagnie et discuter du film autour d’un verre à la sortie de la séance. Comme je suis un peu pessimiste, j’ai trop d’attente de la qualité technique des projections. Le plus important pour moi est d’être assis au centre du dernier rang du premier tiers de la salle. C’est un peu obsessif et personne ne pourra me persuader qu’il y a une meilleure place pour voir un film.

SK_Bratislava_Kino-Lumiere

Archives 27 Times Cinema

News

Europa Cinemas à Cannes 2017

Conférences, tables rondes et films européens au menu! Europa Cinemas sera comme chaque année présent à Cannes, notamment pour sa traditionnelle Réunion des exploitants à l’InterContinental Carlton,...

Lire la suite Actualités - 10/05/2017

 

Prix Europa Cinemas