28 Times Cinema

 

28 Times Cinema 2013

 

Paula Laurinovica - Cinema Riga à Riga (Lettonie)

 

 

 

LV - Paula Laurinovica_226_299

J’ai 19 ans et cette année je vais étudier la théorie des arts audiovisuels et du théâtre à l’Académie de la Culture lettone.

Le cinéma depuis…

Le cinéma est une de mes passions depuis que je suis petite. Cette passion a bien sûr commencé avec les dessins animés: le premier dessin animé que j’ai vu était LE ROI LION que je considère encore aujourd’hui comme mon dessin animé préféré. Mes nombreuses cassettes VHS me rappellent encore le temps où mon plus grand plaisir était de voir des nouveautés. Enfant, aller au cinéma était un grand événement: juste l’idée de voir des films sur un immense écran!

Pourquoi le cinéma…

J’aime le cinéma car il permet de voir le monde depuis différents points de vue. Les films révèlent la diversité du monde. Ils nous font connaître différents personnages et leurs destins. Les films ne peuvent nous laisser indifférents. Ils éveillent en nous différentes émotions. Contrairement aux livres, les films se concentrent sur quelques scènes et personnages et le spectateur est porté par ce qui lui est montré.

Quel cinéma…

Mon genre préféré est le drame et j’aime aussi les documentaires. Le drame parce qu’il capte l’attention et éveille de nombreuses émotions. Le documentaire parce qu’il montre les destins d’individus et des événements de la vie. Il est important pour moi que le film ait une histoire et qu’un message soit transmis au spectateur. Il est important qu’un film marque, qu’il me fasse réfléchir à ce que j’ai vu et m’ouvre de nouveaux horizons. Je ne suis pas contre le fait de voir d’autres genres. J’essaye d’avoir une certaine diversité dans les films que je vois.

Mes films préférés…

C’est difficile de choisir 3 films préférés mais je peux en citer 3 qui sont vraiment différents des autres et qui valent le coup d’être vus : VOL AU-DESSUS D’UN NID DE COUCOU de Milos Forman, DOGVILLE de Lars von Trier et INTO THE WILD de Sean Penn.

2013_28TimesCinema_LV_Bandeau_610

Parler cinéma sur internet…

Je lis parfois des forums sur les films et des sites où les spectateurs racontent ce qu’ils ont pensé des films qu’ils ont vus, mais je trouve qu’il est beaucoup plus intéressant d’en discuter avec un groupe de personnes, afin de partager ses idées. Je n’accorde donc pas trop d’importance au forum sur les films. J’écris par contre des critiques sur les films que j’ai vus pour la page d’accueil d’un cinéma.

Europe et cinéma…

Le cinéma européen diffère des autres de par sa diversité et, selon moi surtout de par sa capacité à s’adresser à chacun de nous individuellement. Les films ont leur propre histoire et ne sont pas faits uniquement pour le plaisir du spectateur. Le cinéma européen nous montre le monde qui nous entoure, tout ce dont nous sommes témoins et peut-être même des choses auxquelles nous ne prêtons pas attention.

Se sentir européen…

Je me sens européenne, et j’aime connaître d’autres cultures et traditions lorsque je travaille. Passer du temps à l’étranger est une expérience sans prix.

Ma salle de cinéma et mes habitudes…

Je représente le Splendid Palace à Riga, en Lettonie. Il y a une bonne ambiance dans ce cinéma, grâce à la façade néo-baroque et son intérieur néo-rococo. Le Splendid Palace est un endroit parfait pour voir les films car il donne la chance aux spectateurs de voir des films de qualité qui ont rencontrés un certain succès dans les festivals internationaux. Je pense que l’ambiance que l’on trouve dans un cinéma est importante pour voir les films.

J’ai pour habitude d’aller au cinéma seule ou avec des amis. J’aime passer du temps dans le cinéma car chaque visite est comme une fête. Y aller permet de se relaxer, d’apprendre et de voir quelque chose de nouveau.

2013_28TimesCinema_LV_Salle_300

Isabella Preuer - Neues Volkskino à Klagenfurt (Autriche)

 

2013_AT - Isabella Preuer_226_299

Le cinéma depuis…

J’ai toujours été fasciné par les films et  j’ai toujours apprécié aller au cinéma. Quand j’étais plus jeune, mes parents m’emmenaient au cinéma. Je ne sais pas si c’est le premier film que j’ai vu au cinéma mais je me souviens avoir vu 1001 PATTES, assise au premier rang et réellement effrayée par la sauterelle qui arrivait.

Pourquoi le cinéma

Aller au cinéma, c’est en quelque sorte pénétrer un autre monde, plein d’inspiration et d’imagination. J’aime lire des livres car ils nous permettent d’utiliser notre propre imagination alors qu’en regardant un film, on pénètre l’imagination de quelqu’un d’autre. Mais je préfère tout de même les films car les images, impressionnantes, rendent l’expérience plus réaliste. Ils ne sont pas, comme les mots d’un livre, seulement dans notre esprit mais au contraire, bien en face de nos yeux.

Quel cinéma

Je n’ai pas de genre préféré mais je suis plus attirée par les films indépendants car ils créent des histoires qui ne sont pas destinés à faire exploser le box-office, ils privilégient les personnages. Par ailleurs, je suis également fan de STAR WARS, le film qui a le plus influencé l’industrie du cinéma. En général j’apprécie les films dans lesquels on ne peut pas deviner la fin de l’histoire.

La trilogie de STAR WARS  reste parmi les films préférés. C’est grâce à l’épisode 1, LA MENACE FANTOME, que j’ai eu envie de réaliser des films. J’aime également LE MONDE DE CHARLIE et SAFETY NOT GUARANTEED.

J’ai réalisé de nombreux courts métrages pour en apprendre plus sur les techniques de réalisation et je les ai publiés sur mon site internet (isabella.preuer.at). En ce moment, je travaille sur un court-métrage mais j’aimerais réaliser des longs à l’avenir.

Le cinéma européen

Pour moi, le mot qui convient pour décrire le cinéma européen est « étrange », mais au sens positif du terme. Il y a plus d’histoires compliquées, d’images fortes et de sujets plus critiques que ceux des grosses productions. MORT A VENISE de Visconti, LE BONHEUR de Varda, LA MAUVAISE EDUCATION d’Almodovar  ou LE RUBAN BLANC de Haneke sont des films pour moi représentatifs de l’Europe.

2013_28TimesCinema_AT_Bandeau_300_619

 

Être européen

Ayant grandi dans un très petit village, j’ai toujours voulu découvrir le monde et vivre à l’étranger. J’ai vécu et étudié à Lyon quelques mois, où j’ai passé beaucoup de temps à l’Institut Lumière, sorte de paradis du cinéma. En quittant mon pays natal  j’ai appris beaucoup de choses sur moi et sur la manière de percevoir les films. Je ne me sens pas spécialement européenne car je ne suis pas réellement sûre de la signification.

Il y a tellement de cultures différentes et de langues en Europe que je me considère plus comme un individu provenant d’un continent multiculturel : peut-être est-ce cela, être Européen.

Mon cinéma

Je représente le Volkskino à Klagenfurt, en Autriche. Il a tous les avantages d’un cinéma de répertoire. Il est petit, ce qui vous donne l’impression que vous avez votre propre cinéma à la maison lorsque vous y voyez des films entre amis. J’apprécie également la diffusion des films en version originale. Je préfère lire les sous-titres plutôt que de voir des versions doublées, cela change totalement la dynamique du film. Pendant l’été, des séances en plein air sont organisées dans l’impressionnante cour « Burghof » de Klagenfurt. Tant des films classiques que les films récents y sont projetés. J’aime y aller avec mes amis et pouvoir discuter des films ensuite.

2013_28TimesCinema_AT_Salle_200_280

Alfonso Caci - Plaza Art, Mons (Belgique)

 

2013_BE - Alfonso Caci_226_299

Je m’appelle Alfonso Caci, je termine actuellement mes études d’Architecture à la Faculté polytechnique de Mons. Depuis mon enfance, le cinéma et la salle de cinéma ont une place importante dans ma vie et me rendent heureux. J’ai eu l’opportunité de jouer dans plusieurs films et dans des pièces de théâtre avec des équipes talentueuses et cela a renforcé mon souhait de devenir acteur ou réalisateur. J’ai également étudié le théâtre au Conservatoire royal de Belgique.
 Je suis par ailleurs Ambassadeur culturel de la ville de Mons qui sera capitale européenne de la culture en 2015. C’est une occasion rêvée pour découvrir des films, des pièces de théâtre et rencontrer de nombreux professionnels. Pour plus d’informations, je vous invite à me suivre sur Facebook

Le cinéma depuis…

Je me souviens être allé voir avec mes parents OÙ EST LA LIBERTÉ ? de Roberto Rossellini avec l’acteur italien Totò. Après l’avoir vu, je demandais toujours à aller voir des films avec cet acteur qui me fascinait. Je pense que c’est à ce moment que j’ai pris conscience de ma passion et que je n’ai plus quitté les écrans de cinéma.

Pourquoi le cinéma…

Le cinéma est une fenêtre ouverte sur le monde qui me permet de le comprendre. Tout est possible et l’on peut tout aborder. Le cinéma permet d’explorer d’autres arts et c’est la raison pour laquelle je l’apprécie. Pour moi, le cinéma est un mélange entre tragédie et magie, amour et mort, réel et surréel - en un mot un mélange d’émotions. Le cinéma me touche beaucoup plus que les autres formes d’arts.

Quel cinéma…

Il y a autant de genres que de films selon moi, chacun des détails d’une création forment à eux seuls un imaginaire propre. LE DICTATEUR de Charles Chaplin est très important à mes yeux, il suggère que la liberté doit être dans la création et dans la vie des hommes. Dans le film, le message est exprimé avec une exactitude et une émotion sans pareil.

Mes films favoris…

Les 3 films qui m’ont le plus impressionnés sont - j’espère en découvrir d’autres qui me captiveront et me marqueront autant - :

PIERROT LE FOU (Jean-Luc Godard, 1965) pour sa liberté et son histoire d’amour ;

METROPOLIS (Fritz Lang, 1927) pour sa puissance et ses images ;

ALL ABOUT MY MOTHER (Pedro Almodóvar, 1999) pour son esthétique et sa poésie.

2013_28TimesCinema_BE_Bandeau_270_613

Le partage en ligne…

En tant qu’Ambassadeur culturel, je partage chaque rencontre et nouvelle expérience sur les réseaux sociaux (@AlfonsoCaci) et blogs (http://www.mons2015.eu ). C’est une occasion d’écrire sur les films, d’interviewer des artistes et d’interagir avec le monde. 

Mes propres réalisations

J’ai déjà réalisé quelques court-métrages, le dernier en date est celui pour la Mostra 2013. Chaque membre des 28 Times Cinema devait réaliser un court sur la base d’une citation de film. Les films seront projetés à l’occasion du Festival du film de Venise. J’ai choisi une citation de Charles Chaplin dans LE DICTATEUR, la vidéo est disponible sur ma page Facebook.

Europe & Cinéma…

Certains films sont réalisés par des équipes en provenance de toute l’Europe, et je trouve cela génial car les perceptions sont différentes et cela enrichit le film. Pendant un mois, j’ai eu l’occasion de jouer dans une pièce avec des acteurs de différents pays, cette expérience m’a considérablement enrichi en tant que personne et artiste.

Je me sens vraiment Européen car je suis d’origine sicilienne et je suis né en Belgique. Je voyage beaucoup et j’ai beaucoup d’amis en Europe. Je vais également  passer un semestre Erasmus à l’Université polytechnique de Milan.

Ma salle de cinéma et mes habitudes de spectateur…

Le Plaza Art de Mons est le cinéma où j’ai pu découvrir les meilleurs films de ma vie. C’est un lieu où l’on peut découvrir des films de qualité et rencontrer des personnes très intéressantes. C’est un cinéma vraiment humain et dynamique avec une équipe accueillante et passionnée.

Je vais au cinéma une fois par mois pour voir des films avec les membres d’un groupe de jeunes cinéphiles. Parfois, nous rencontrons les réalisateurs et nous discutons du film que nous avons vus. J’aime aussi aller au cinéma avec mes amis pour partager un bon moment et de temps en temps nous organisons des soirées restaurant-cinéma.

2013_28TimesCinema_BE_Salle_198_300

Milena Alexandrova, Dom Na Kinoto à Sofia (Bulgarie)

 

BG - Milena Alexandrova_226_299

En ce moment je travaille comme chef d’équipe dans une entreprise de vente sur internet. J’ai obtenu ma licence (Etudes culturelles) il y a trois ans et cette année, je retourne à l’université et j’en suis très heureuse. En septembre, je commence mon Master à Paris.

Le cinéma depuis…

Un de mes premiers souvenirs de salle de cinéma, c’est quand mes parents m’ont emmenée voir ARMAGEDDON; j’avais 8 ans et j’avais trouvé le film très étrange. Après quelques années, j’ai pu commencer à aller au cinéma toute seule ou avec des amis. Mes professeurs à l’école avaient une préférence pour le théâtre, mais il nous arrivait de regarder des films en classe de temps en temps. J’adorais aller dans des festivals (j’ai commencé quand j’avais 15 ans). C’était une expérience que je trouvais vraiment spéciale et unique.

Pourquoi le cinéma ?

Les bons films ont un impact profond sur moi et ils peuvent me mettre dans tous mes états : je peux me sentir dérangée, exaltée, triste, inspirée ; alors que les livres ont une influence plus subtile, plus discrète.

Quel cinéma ?

Le cinéma indépendant. Je préfère les films dramatiques, mais j’apprécie une bonne comédie de temps en temps (les Monthy Python par exemple). Le plus important pour moi, c’est de toujours garder l’esprit ouvert aux autres genres et styles de cinéma. Par exemple, je n’avais pas beaucoup d’espoirs pour ELITE SQUAD, parce qu’il était présenté comme un film d’action, mais il s’est avéré être un des meilleurs films que j’ai jamais vus.

Les deux films qui m’ont énormément influencé, presque au point de façonner ma personnalité, sont IRREVERSIBLE et DOCTEUR FOLAMOUR – une combinaison bizarre, je le reconnais.

Mes 3 films préférés

THE FALL, DOGTOOTH (CANINE), et THE CLASS (ENTRE LES MURS).

2013_28TimesCinema_BG_Bandeau

Le cinéma européen

Depuis que j’ai « découvert » le cinéma européen, il a toujours été très spécial pour moi. Il fait partie d’un vaste héritage culturel et pour cela il est très difficile de le définir. Pour moi, il représente une grande diversité et une grande complexité, tout en gardant sa propre sensibilité.

Se sentir européen…

Oui, oui et oui ; j’adore explorer l’Europe ! Je suis déjà allée dans la moitié de pays européens et j’ai vécu en Allemagne et en France. Je me sens européenne à de nombreux égards et j’ai un grand respect pour mon héritage culturel.

Ma salle Europa Cinemas

Je représente le cinéma bulgare, qui vit en ce moment un grand bouleversement – après une long période de stagnation, il est finalement en train de se relever et c’est incroyable.

2013_28TimesCinema_BG_Salle

Mes habitudes de spectatrice

J’adore aller au cinéma tard le soir (autour de 22h-23h). Je ne lis jamais rien avant d’y aller (ou alors un synopsis d’une ou deux phrases maximum). J’aime approcher un film sans le moindre préjugé.

J’aime aller au cinéma avec des amis, mais parfois, y aller seule me convient mieux. J’aime passer du temps à proximité des cinémas, mais comme je n’aime pas la foule, je ne passe pas beaucoup de temps à l’intérieur même du cinéma.

Damien Heraclides - Cinestudio, Nicosia (Chypre)

 

CY - Damien Heraclides_226_299_2

Je m’appelle Damien Heraclides et il y a 24 ans, j’étais une amibe. Je me plais à croire que j’ai quand même un peu évolué. Je suis né à Sydney en Australie, mais j’ai emménagé à Chypre à 4 ans. Je suis le genre de personnes qui cite tout le temps des films et qui prend ce petit sourire en attendant que quelqu’un le remarque. Je saute sur toutes les occasions pour employer une référence de cinéma, même si elle n’a rien à voir avec la conversation.

Le cinéma depuis…

Je m’intéresse au cinéma depuis que je suis très jeune, mais mon intérêt pour le montage ne s’est développé que depuis 3 ans. Mon plus grand rêve est de devenir éditeur dans les médias, que ce soit pour le cinéma, la publicité ou pour des clips musicaux. J’ai été stagiaire à MTV Chypre mais je me suis rendu compte que je préférais faire les choses moi-même. J’ai donc lancé ma propre société de production vidéo qui s’appelle « PixelGrid Productions ».  Je tourne et je monte principalement des vidéos professionnelles pour des clubs, mais j’ai aussi travaillé pour des DJs de renommée internationale comme Armin Van Buuren, Above & Beyond et Gareth Emery. La plupart de mes vidéos sont disponibles sur YouTube et certaines passent à la télévision.

Pourquoi le cinéma

Aller au cinéma, c’est la sortie idéale pour moi. Anticiper le fait d’aller voir un film que j’attends impatiemment fait partie de l’excitation. Puis j’entre dans la salle, je m’installe dans le fauteuil bien confortable, je me penche en arrière une ou deux fois pour m’assurer que je suis suffisamment à l’aise pour apprécier ce moment glorieux. Puis, juste avant que le film ne commence, il faut que je regarde les trailers. J’adore leur manière d’essayer de nous donner envie. C’est alors que le film commence, et pendant une heure et demie, je consens à suspendre mon incrédulité et je sombre dans un état de transe. En compagnie des autres spectateurs, je m’immerge dans une atmosphère plus grande que la vie elle-même et j’oublie tous les problèmes que je peux avoir. A travers le film, je vis par procuration une vie différente. Je développe un rapport émotionnel et, par les réactions des autres spectateurs, je réalise que d’une manière ou d’une autre, nous avons tous fait le lien entre le film et nos vies personnelles respectives. Au bout du compte, j’ai vécu une forme de catharsis.

Le cinéma a quelque chose que les autres médias n’ont pas. C’est peut-être dû à la concentration et l’engagement qu’il exige, et ce alors qu’on se trouve au milieu de centaines d’autres personnes. Personnellement, je suis incapable de lire un livre quand des gens sont à côté de moi. Je n’arrive pas à me concentrer. Le cinéma au contraire me captive et me permet de m’échapper.

Enfant et adolescent, aller au cinéma avec des amis, c’était ce que je préférais faire. En moyenne, j’y allais environ 6-7 fois par mois. Aujourd’hui, je vais plutôt au cinéma 3-4 fois par mois. Mais j’espère que ce chiffre va augmenter.

Quel cinéma

J’aime tous les genres de film, du moment que l’histoire est intéressante. Mes trois genres préférés sont néanmoins les thrillers, les comédies et les psychodrames ou les films sur la drogue. Je regarde en majorité des films hollywoodiens parce que peu de films indépendants sont projetés à Chypre. Mais dès que je repère un film indépendant qui m’intrigue, je fonce.

Mes trois films préférés

Personnellement, je suis fasciné par les films qui ont une vision profonde de la société et de la culture moderne. Des films comme FIGHT CLUB, REQUIEM FOR A DREAM et PULP FICTION font partie de mes films préférés.

2013_28TimesCinema_CY_Bandeau_614

Le cinéma européen

Le cinéma européen est vraiment intéressant tellement il varie d’un pays à l’autre. Il est fascinant de voir ce que chaque pays considère comme de l’art et comment il met les histoires en images. Les Français par exemple, qui sont censés être romantique et passionnés, font des films d’horreur extrêmement gores et des thrillers vraiment intenses.

Être européen
Je me sens européen, mais pas à 100%. J’ai grandi en regardant des films américains et je crois que certaines des idées et des conceptions américaines ont déteint sur moi. L’Europe aura néanmoins toujours une place particulière dans mon cœur. J’ai étudié à l’étranger à Kingston au Royaume-Uni pendant un an, et cela m’a ouvert les yeux sur un tout nouveau monde. Ce fut une expérience incroyable, cela m’a permis de voyager en Europe et de faire de nombreuses rencontres fascinantes. Aussi cliché que cela puisse paraître, cela m’a inspiré d’une manière que je ne peux même pas décrire.

 

Lenka Rejzkova, Bio Central à Hradec Kralove (République Tchèque)

 

 

CZ - Lenka Rejzkova_226_299

Je m’appelle Lenka Rejzková et je suis une étudiante tchèque. Je suis venue à Venise pour représenter le cinéma d’art Bio Central

 Mes habitudes de spectatrice  

Je vais généralement au cinéma avec mes amis et nous passons des soirées entières au café du cinéma à discuter du film entre autres. Néanmoins, même quand je vais seule au cinéma, il m’arrive souvent d’y croiser des gens que je connais et après le film, on finit aussi au café. JCela fait des années que je suis vraiment cinéphile, surtout quand l’hiver est très froid !

Etre européenne / le cinéma européen

Je suis heureuse d’être européenne. J’ai eu la chance de travailler avec des gens venant de toute l’Europe et j’ai visité beaucoup d’endroits. Cependant, je n’ai jamais vécu à l’étranger pour des longues périodes, pour le moment du moins. J’apprécie la culture européenne et je suis sûre qu’il y a énormément à découvrir. Je suis très reconnaissante envers Europa Cinemas, qui permet aux films européens de circuler et qui rend ces films accessibles jusque dans ma ville, Hradec Králové.

 

Mes trois films préférés

C’est très difficile de ne retenir que trois films, mais les premiers qui me viennent à l’esprit sont :

THE CREMATOR (L'INCINERATEUR DE CADAVRES) de Jurai Herz

MATRIX de les frères  Wachowski

FOUR MURDERS ARE ENOUGH ? DARLING de Oldrich Lipský

 

2013_28TimesCinema_CZ_Bandeau

Ma salle de Cinéma

Bio Central n’est pas seulement un cinéma, c’est LE cinéma. C’est l’endroit idéal pour les films d’étudiants, pour les soirées à thème, pour des évènements culturels alternatifs, etc. Son atmosphère particulière me plaît beaucoup.

2013_28TimesCinema_CZ_Salle_BioCentral

Lola Klamroth, Abaton à Hambourg (Allemagne)

 

DE - Lola Klamroth

Je m’appelle Lola, je viens de Hambourg en Allemagne. Je fêterai mes 22 ans juste après le Festival de Venise. Bien que j’aime Hambourg à la folie, je suis partie en France après avoir terminé le lycée. En France j’ai travaillé pour une organisation caritative dans une région très reculée. La nuit, une fois les enfant dont je m’occupais endormis, je prenais mon vélo de montagne et pédalais pendant quasiment 7 km pour me rendre dans les villages voisins et assister à leurs soirées cinéma. Chaque mardi, les habitants du village projetaient des films de différents pays dans la salle municipale. J’ai pu voir des films dont je n’avais jamais entendu parler auparavant, des films japonais, français, espagnols, suédois, américains, etc. Le débat qui suivait chaque séance m’a permis d’apprendre énormément sur le cinéma. J’étais devenue tellement accro à cette séance hebdomadaire que parfois, quand la soirée cinéma était annulée, je décidais d’aller me louer un film à la boutique de location vidéo du coin, et je m’organisais ma propre séance. Jusqu’à présent, j’ai conservé cette tradition et j’essaie d’organiser de telles soirées avec des débats de temps en temps.

En ce moment, j’étudie la comédie à l’Université des Arts de Berlin. C’est très lié à ma passion pour le cinéma. Je crois que les films sont une superbe façon de raconter des histoires. Les films touchent les gens et sont ainsi le moyen parfait pour transmettre un message.

Le cinéma depuis…

C’est avec ma mère que j’aime aller au cinéma. C’est elle qui m’a emmenée au cinéma pour la première fois et c’est elle qui m’emmène voir les bons films. Mais je dois être disponible rapidement, parce que si je n’ai pas le temps, elle y va seule. Elle refuse de rater un bon film au cinéma. C’est comme ça que j’ai appris que l’on peut aller au cinéma seul, et que cela peut être une expérience très particulière. Mais même quand je vais au cinéma seule, j’ai besoin d’appeler ma mère après. J’ai besoin de lui dire ce que j’ai ressenti, l’effet que le film a eu sur moi. Elle comprend toujours et lui parler m’amène à réfléchir au film et mieux le comprendre.

Pourquoi le cinéma…

Les raisons pour lesquelles ma mère et moi ne ratons jamais un bon film au cinéma sont le grand écran et le son. Cela me captive immédiatement. C’est une expérience complètement différente de regarder un film sur un petit écran avec un son de mauvaise qualité. Je ne comprendrai jamais pourquoi les gens téléchargent parfois des films en mauvaise qualité. C’est un luxe de s’asseoir juste là. Parfois les fauteuils ne sont pas très confortables, parfois le voisin fait du bruit en mangeant son popcorn ou en parlant à ses amis, embrasse sa petite amie, mais je ne m’en rends même pas compte quand je suis dans une salle de cinéma. C’est assez mystérieux, mais le grand écran et le son s’emparent de moi.

La différence entre les films et les livres, c’est que l’on peut lire un livre et avoir sa propre représentation mentale de ce que l’auteur essaye de créer avec des mots. Selon moi cependant, un écrivain ne peut jamais atteindre le niveau d’un film dans la précision de la description. Je pense que le cinéma relie entre eux plusieurs formes d’art, comme la musique, la danse, l’écriture etc. C’est pourquoi je trouve que c’est le média le plus riche de tous.

 Faire des films…

Quand j’étais enfant, on tournait des petits films avec mes frères et sœurs et nos amis. Mon grand frère était toujours réalisateur et directeur de la photographie et nous autres étions les acteurs. On s’amusait énormément et on trouvait nos films vraiment bons. Depuis, j’ai participé à des courts métrages et j’ai joué dans un long. Le film a été sélectionné dans de nombreux festivals comme Locarno, la Berlinale, et des plus petits en France, en Italie et en Allemagne. Ce fut une expérience incroyable, j’ai rencontré des gens merveilleux et vus de très bons films.

 Le cinéma que j’aime / Mes films préférés…

J’aime les films qui racontent des histoires en prenant leur temps. Je n’aime ni les films d’horreur, ni les films d’action. C’est plus l’esthétique des couleurs et des images qui me plaît. VIRGIN SUICIDES de Sofia Coppola en est un exemple, comme LA BALLADE DE L’IMPOSSIBLE de Tran Anh Hung, d’après le roman de Haruki Murakami. A SINGLE MAN de Tom Ford est aussi un de mes films préférés. Ces trois films ont tous une esthétique très spéciale. Ils s’appuient sur les couleurs et la lumière, et ils sont tous assez lents dans leur déroulement. J’aime ce genre de films parce qu’ils combinent une histoire et l’art de la cinématographie.

PAR EFFRACTION d’Anthony Minghella, DE ROUILLE ET D’OS de Jacques Audiard et BLUE VALENTINE de Derek Cianfrance font aussi partie de mes films préférés. J’adore aussi les films français, qui ont un humour que n’ont pas les films allemands. Mon film français récent préféré est de Rémi Besançon.

2013_28TimesCinema_DE_Bandeau_290_620

L’Europe…

 J’ai beaucoup voyagé en Europe. Ces voyages m’ont permis de rencontrer des gens formidables. J’aime faire du couchsurfing. C’est pour moi la meilleure façon de connaître les lieux et la culture locale en visitant avec des habitants du coin. Au-delà des réussites politiques, je suis très fière de notre culture. Malgré les coupes budgétaires dans ce domaine, la culture en Europe est toujours florissante et elle inspire toujours autant les gens.  Ce qui me fascine sur ce continent, c’est que nous partageons une même identité, nous nous sentons tous européens, sans que cela n’empêche les citoyens des différents pays de tirer une grande fierté de leur propre culture. La diversité y est grande, et cela se ressent dans le cinéma européen qui met en valeur les différentes cultures européennes et parvient à serrer les rangs entre les pays européens sans brouiller les différences culturelles. Et je trouve qu’Europa Cinemas contribue fortement à cela. Sans Europa Cinemas, nous n’aurions pas eu cette chance de nous retrouver avec 27 autres jeunes de tous les pays européens, à regarder et débattre de films, à participer à des ateliers et apprendre à connaître encore mieux le cinéma construit en Europe.

Ma salle de cinéma…

 Le cinéma que je représente est le Abaton-Kino à Hambourg. C’est un beau cinéma près de l’université de Hambourg où beaucoup d’étudiants habitent. Des réalisateurs  viennent souvent pour parler de leur film à l’issue d’une projection. Le cinéma a un très bon programme et l’atmosphère y est très spéciale, très personnelle.

Pour mon 18ème anniversaire, j’ai reçu un pass annuel pour ce cinéma. Ce fut véritablement mon meilleur cadeau d’anniversaire. Quand j’y vais, je rencontre souvent des gens que je connais, je vais prendre un verre avant ou après dans un petit bar sympa et on y croise souvent Matthias Elwardt qui dirige le cinéma.

C’est aussi le centre du Festival du Film de Hambourg, pendant lequel de nombreux cinéastes en provenance du monde entier se mêlent aux habitants de la ville. La tente du festival devant le Abaton, est l’endroit où tous les débats, les événements et les soirées ont lieu. C’est un endroit formidable pour trouver l’inspiration.

2013_28TimesCinema_DE_Salle_300

Charlotte Uldall Baatrup - Grand Teatret à Copenhague (Danemark)

 

2013_DK _Charlotte Uldall Baatrup

Je m’appelle Charlotte Uldall Baatrup et j’habite à Copenhague où j’étudie le cinéma et les médias à l’Université de Copenhague.

Ma vie s’articule essentiellement autour du cinéma. Mes études à l’université me permettent de participer quotidiennement à des débats sur les aspects théoriques et historiques du cinéma, une activité qui fait appel à mon côté « nerd » ! En dehors de l’école, je passe beaucoup de temps à participer à des projets de films : je suis passionnée par le jeu d’acteur et la réalisation de films, et j’aime tous les défis qui en découlent.

Le cinéma depuis

Pour autant que je me souvienne, je suis toujours allée au cinéma. La première fois que je me suis rendue dans une salle de cinéma, c’était avec mes parents pour aller voir le dessin animé de Walt Disney LA PETITE SIRENE. J’étais tellement petite que je ne pouvais pas maintenir le siège déplié, il remontait toujours et j’étais coincée contre le dossier du siège. Ma mère a dû le tenir pendant toute la durée du film.

Pourquoi le cinéma ?

En tant que média audiovisuel, le cinéma combine différentes formes d’art. Par exemple l’esthétique d’une composition photographique sera mise en valeur par de la musique et un texte en prose, écrit il y a des centaines d’années, et sera recréé dans un décor en trois dimensions. Le cinéma permet une exploration créative unique et ludique, et c’est grâce à toutes ces possibilités que j’aime autant le cinéma.

Le cinéma que je préfère

Je ne saurais dire quels types de cinéma je préfère. Pour moi, tout dépend du film lui-même. Si le film est bon en tant que tel, peu importe s’il s’agit d’une fiction ou d’un documentaire, d’un film d’horreur, d’une comédie ou d’un drame.

Fondamentalement, ce que je recherche, c’est ressentir quelque chose. Si un film compte pour moi, c’est qu’il a été capable de provoquer une émotion authentique.

Mes 3 films préférés

C’est quasiment impossible de choisir trois films, mais ces trois-là m’ont fait beaucoup d’effet : FANNY ET ALEXANDRE d’Ingmar Bergman, ORDET de Carl Th. Dreyer, TOUS LES AUTRES S’APPELLENT ALI de Rainer Werner Fassbinder.

2013_bandeauDK

Le cinéma européen

Le cinéma européen est extrêmement important pour moi. La plupart de mes cinéastes préférés sont européens, et je ressens ce lien spécial avec les films européens. Ils sont des représentations de la culture et de l’histoire européennes, passées et présentes, et d’une certaine manière, ils font partie de moi.

Etre européen

Dans ma vie quotidienne, je me sens plus scandinave qu’européenne, mais plus largement, je sens que je fais partie de la communauté européenne.

Je voyage souvent en Europe. Cet été, j’ai passé un mois à voyager en Allemagne, en France, au Pays basque, en Espagne, en Belgique et aux Pays-Bas, tout en tournant un road-movie.

Ma salle Europa Cinemas

Je représente le Grand Teatret, un petit cinéma au cœur de Copenhague, connu pour ses environs agréables et sa super sélection de films. J’aime ce lieu en particulier pour son ambiance. C’est un vieux cinéma simple avec peu de distractions, et quand vous entrez dedans, c’est comme si vous pénétriez un monde peuplé de grandes histoires qui ne demandent qu’à être racontées. Il y a quelque chose d’intemporel dans ce lieu.

2013_GrandTeatret

Mes habitudes de spectatrice

Ma routine tient en trois mots : café, cigarette et bonbons !

Je vais au cinéma aussi souvent que je le peux, mais pour être réaliste, je ne peux y aller que 2-3 fois par mois. Je préfère y aller avec des amis ou de la famille, et nous prenons toujours une bière ou un café avant et après le film. Parfois j’aime aller au cinéma seul, mais plutôt pour des documentaires ou des films calmes. Une fois je suis allée voir LOVE ACTUALLY seule et ce fut une expérience déprimante qui m’a laissée presque au bord du suicide.

Quoi qu’il en soit, que je sois seule ou en bonne compagnie, j’aime toujours aller au cinéma. C’est mon activité préférée.

Ave Taavet - Kino Soprus à Tallinn (Estonie)

 

 

2013_EE - Ave Taavet_226_299

Je suis actuellement en master d’animation à l’Académie estonienne des Arts. Quand je ne suis pas en train de faire des films, j’aime aller en voir.

 Le cinéma depuis…

Mes parents m’ont emmenée au cinéma dès mon plus jeune âge. Je me souviens avoir vu FORREST GUMP à l’âge de 7 ans. Je me suis plutôt ennuyée car je ne comprenais pas les sous-titres et je me sentais un peu triste pour cet homme assis seul sur un banc pendant une si belle journée. Mais la plupart de mes souvenirs cinématographiques sont bien sûr liés au cinéma d’animation. Regarder des longs métrages de Disney durant son âge d’or au début des années 90 me donnait des sensations fortes (en comparaison avec les dessins-animés soviétiques qui passaient à la télé à l’époque).

Pourquoi le cinéma

Aller au cinéma, c’est comme un rituel. C’est une expérience collective – s’asseoir dans une salle obscure avec plein d’inconnus, partager des émotions, se mettre dans la peau d’étrangers par écran interposé. Et, comme tout rituel, son début et sa fin sont écrits d’avance.

Les films, parce qu’ils reposent sur des effets visuels, du son et des mouvements, peuvent sembler laisser moins de place à l’interprétation qu’un livre (les mots n’étant que des symboles visuels,  donc des abstractions totales). Et pourtant, en nous donnant autant d’informations différentes, ils font appel simultanément à plusieurs sens, rendant ainsi la narration plus sensorielle et plus proche de la réalité, quand les livres se contentent de rester à un niveau textuel (c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je trouve que comparer un roman à son adaptation cinématographique n’a aucun sens). Les deux médias ont leurs propres mérites.

Le cinéma que j’aime

Ces dernières années,  j’ai commencé à m’intéresser au cinéma russe et de l’ancien bloc soviétique. Il y a beaucoup de trésors cachés dans cette région culturelle, et qui d’une certaine manière passent inaperçus. J’essaye également de garder un œil sur les cinémas européen et américain contemporains, et du fait mon activité professionnelle, je suis toujours intéressée par les films d’animation (plus particulièrement les travaux indépendants et d’auteur).

Mes films préférés

Parmi mes films préférés, il y a AU DIABLE STALINE, VIVE LES MARIES! (2008) de Horatiu Malaele, OXYGEN (2008), d’Ivan Vyrypaev et ALLEGRO NON TROPPO (1976), de Bruno Bozzetto.

2013_bandeaufilmsEE

 Parler des films sur internet

J’écris occasionnellement sur un blog (kinoglaza.blogspot.com ) mais pour le moment, seulement en estonien.

Le cinéma européen

Si je devais décrire la manière la plus facile de reconnaître un film européen, je dirais que

1) les films européens ne sont pas en anglais/américain

2) il sont plus sérieux

3) il ont un humour assez décalé.

Je crois que pour quand on parle de cinéma européen, pour beaucoup de gens, AMELIE POULAIN de Jean Pierre Jeunet est un des premiers films qui vient à l’esprit. Ou peut-être AMOUR de Michael Haeneke.

Être européen

Comme beaucoup de personnes de ma génération, j’adore voyager en Europe. Aller voir des amis qui étudient ou travaillent à l’étranger, faire du stop juste pour le plaisir, pratiquer des langues étrangères, faire du tourisme et si possible aller voir le cinéma local.

Cet automne j’ai pu assister à l’avant-première d’ANNA KARENINA à Göttingen en Allemagne. Au départ, j’ai trouvé ça étrange de regarder un film tiré d’un classique russe, fait par un Anglais et doublé en allemand mais quand j’y pense, c’est de ce genre de diversité culturelle qu’est né le cinéma européen.

Votre cinéma

Au sein de 28 Times Cinema, je représente le cinéma estonien Sõprus (littéralement « amitiéi). Il est situé dans le centre historique de Tallinn, entouré de petits cafés confortables et de bars où on peut aller traîner après la séance, boire un verre et discuter avec ses amis. Sõprus est un de ces cinémas « old-school » avec du parquet grinçant, des rideaux rouges devant l’écran et un petit guichet avec une vieille dame qui vous sourit quand elle vous tend votre billet.

2013_KinoSoprusEE_300

Vos habitudes en tant que spectatrice

J’essaye d’aller au cinéma autant que possible, avec mes amis si je me sens d’humeur sociale, ou toute seule si je veux juste me détendre après une grosse journée. Quand j’aime vraiment un film, je peux aller le voir plusieurs fois. Comme au théâtre, chaque séance est un peu différente en fonction de son humeur, car on peut distinguer de nouveaux détails ou des nuances d’émotion différentes.

Ander Luque Garcia, Principes/Trueba à San Sebastian (Espagne)

 

ES - Ander Luque García_226_299

Je m’appelle Ander Luque Garcia, j’ai 24 ans et je viens de la belle ville de San Sebastian (Donostia comme on l’appelle en basque), située sur la côte basque. Actuellement, je travaille sur ma thèse de doctorat en Langue et Littérature comparée dans les langues romanes à l’Université de Barcelone, où j’ai obtenu mon master de Théorie littéraire et littérature comparée l’année dernière.

Le cinéma depuis…

Mon père étant projectionniste, je n’étais même pas né que le cinéma faisait partie de ma vie. J’ai grandi dans un cinéma, derrière la scène de l’auditorium, à regarder des films être projetés sur un gigantesque écran blanc comme un rayon de lumière vers d’autres univers. Ce n’est pas étonnant que l’un des films préférés de mon père soit CINEMA PARADISO de Tornatore.

Pourquoi le cinéma ?

Je ne peux pas choisir entre le cinéma et d’autres médias, en particulier les livres, car j’étudie la littérature. Mais j’adore le cinéma autant que j’adore les textes. Je peux apprécier les deux expressions comme formes d’art et comme des portes ouvertes sur l’imagination. A travers l’esprit des auteurs, nous pouvons créer, en tant que lecteurs ou spectateurs, un lien avec non seulement les histoires qui nous sont racontées mais aussi avec nos propres histoires et œuvres d’art, celles qui n’existent que dans nos esprits, comme les souvenirs permanents d’une sensation que seul peut nous transmettre un film ou un livre.

Quel genre de film je préfère

Comme dans la musique, je ne peux pas choisir un type de cinéma, un genre ou un film particulier. Tout dépend du moment où je les expérimente. Je pense que presque tous les films peuvent être appréciés si l’on se trouve avec la bonne personne au bon moment. Cependant, si je devais choisir un style préféré, je dirais les films d’horreur, en particulier ceux du genre comique. Je ne sais pas si c’est un manque de prétention de ma part (je déteste les films prétentieux) ou si c’est lié à la facilité qu’ont ces films à faire appel à ce qu’il y a de plus primitif en nous (aussi bien la peur que le rire, que ce soit intentionnel ou pas), mais je suis attiré par ce genre de cinéma. 

Mes 3 films préférés

Je ne sais pas ce que mes partenaires de 28 Times Cinema vont vous dire mais je suis sûr que beaucoup répondront qu’il est impossible de choisir. Néanmoins voici trois films que j’aime passionnément.

D’abord, comme je l’ai déjà dit, j’aime beaucoup les comédies d’horreur, et je trouve que le film le plus réussi dans le genre est EVIL DEAD 2 du maître Sam Raimi, avec une des meilleures performances de la  superstar culte Bruce Campbell (avec ARMY OF DARKNESS) : le film est terrifiant, hilarant, plein d’imagination et définitivement groovy !

Mon deuxième choix témoigne de ma grande passion pour Quentin Tarantino. Je ne choisirai pas PULP FICTION car tout le monde considère ce film comme un chef d’œuvre au point que cela est devenu cliché de le dire. Je choisirai donc INGLORIOUS BASTARDS. Christoph Waltz prend possession du film du début jusqu’à la fin. Chaque scène est parfaitement conçue, chaque réplique tombe parfaitement et Tarantino utilise la musique (cette musique !) comme seul lui sait le faire. Oui, ce film mérite notre admiration !

Enfin, je suis obligé de mentionner un des meilleurs (et peut-être un des plus oubliés) films d’horreur que j’ai jamais vus : KWAIDAN de Masaki Kobayashi. Avec ONIBABA de Kaneto Shindô, ce sont peut-être les meilleurs films d’horreur des années 60 (et oui, je sais que Hitchcock et Polanski se frottaient également à ce genre à cette époque) dans le sens où ils parvenaient à créer des images terrifiantes à partir d’éléments ordinaires. Même aujourd’hui, ces films peuvent vous faire frémir de peur et en même temps soupirer devant tant de beauté à l’écran.

2013_28TimesCinema_ES_Bandeau_620

Parler des films sur Internet

Je ne participe pas vraiment aux forums sur Internet mais j’ai mon propre blog sur les films d’horreur comiques (quelle surprise!), à savoir WTF ? of the Dead . Dans ce blog j’analyse les films d’horreur les plus mauvais, surtout ceux des années 70 et 80. J’ai récemment commencé une étude sur l’histoire du cinéma d’horreur. J’ai cependant été très occupé récemment et j’ai dû abandonner un peu le blog, mais je me rattraperai bientôt.

Le cinéma européen

Le cinéma européen, comme n’importe quel cinéma différent de celui d’Hollywood, représente un sanctuaire pour ce qui est la vraie raison d’être du cinéma. Je ne veux pas relancer l’éternel débat entre le cinéma commercial et le cinéma indépendant, et le fait qu’au bout du compte, tout réalisateur souhaite que son travail soit vu par le public le plus large possible (donc un objectif commercial). Cependant, quand je pense au cinéma européen, les mots qui me viennent à l’esprit  sont « différent » et « original ».

Se sentir européen

Je ne me considère européen (ou espagnol ou basque) que dans un sens géographique, et cela va de pair avec mon héritage, à commencer par ma langue maternelle. Je n’ai pas de sentiment particulier à l’égard de ma terre de naissance, rien de plus que ce que je ressens pour ma maison et ma famille (qui sont les seules choses qui comptent vraiment pour moi). J’ai moins voyagé que ce que j’aurais souhaité, et il y a une grande partie de l’Europe que je n’ai jamais visitée. Mais là j’ai la chance de venir à Venise !

Ma salle Europa Cinemas

Je représente le Príncipe, un des trois cinémas du groupe SADE, qui projette à San Sébastian beaucoup de films que nous n’aurions pas vu sans lui. C’est ce que j’aime le plus : c’est le seul lieu  où on peut voir des films européens et indépendants, parfois même sans doublage (avec le Trueba, la plus petite salle de SADE, qui passe aussi de nombreux documentaires et organise des événements autour du cinéma, dont des concerts et des petits festivals). Il y a tellement de choses que j’aime dans ces deux salles, et elles sont toutes les deux dans ma petite ville!

J’aime être accompagné quand je vais au cinéma, mais souvent, je préfère y aller seul. Cela me permet d’apprécier le silence complet quand je regarde un film qui me tient beaucoup à cœur. Cela me permet aussi de partager des impressions avec une salle remplie d’inconnus, de rire avec eux, de pleurer avec eux… Vous créez un lien avec des gens que vous ne regarderez même pas une fois le film terminé, et que vous ne reconnaîtrez pas quelques minutes après être sorti du cinéma. C’est une expérience incroyable à laquelle beaucoup de gens ne font même pas attention (ou n’ont jamais connu).

2013_28TimesCinema_ES_Salle_300

Marja Pihlaja original- Niagara, Tampere (Finlande)

 

 

2013_28TimesCinema_FI_Bandeau_283

Je m’appelle Marja, je suis finlandaise et j’ai 25 ans. Je suis étudiante en cinéma  à l’ELO Helsinki Film School de l'Aalto University

Le cinéma depuis…

Ma passion pour le cinéma a débuté quand j’étais au lycée. J’ai commencé à assister à des projections de films d’archive finlandais dans ma salle de cinéma locale, le Arthouse Cinema Niagara. Enfant, je regardais sans arrêt la trilogie originale STAR WARS.

Pourquoi le cinéma

J’aime le cinéma pour sa capacité à transmettre des ambiances et des sentiments. J’aime aussi les livres, mais ma véritable passion, c’est le cinéma.

Le cinéma que j’aime

Mes films préférés sont ceux qui finissent de façon explosive. Depuis quelques années, j’apprécie particulièrement la Nouvelle vague française, quelques films suédois et Wong Kar-Wai.

Mes 3 films préférés

En ce moment, mes trois films préférés sont PIERROT LE FOU (CRAZY PETE), FUCKING ÅMÅL (SHOW ME LOVE), et IN THE MOOD FOR LOVE.

Faire des films

J’ai étudié la production de films dans deux écoles, et j’ai aussi produit des courts-métrages. Vous pouvez voir le dernier au Festival du film de Varsovie notamment.

Le cinéma européen

Le cinéma européen est intéressant et divers.

Etre européen

J’ai toujours beaucoup voyagé, principalement en Europe. L’année dernière, je me suis rendue en Pologne, en Suède et en France.

Ma salle Europa Cinemas

Je représente le Arthouse Cinema Niagara (Tampere, Finlande). J’aime mon cinéma parce qu’il est petit et confortable, et qu’il propose les meilleurs films venant du monde entier.

Je vais au cinéma seule la plupart du temps et j’aime m’asseoir au dernier rang. Je vais voir un film dès que j’en ai le temps, ce qui m’arrive trop rarement en ce moment.

2013_28TimesCinema_FI_Salle_300

Pauline Bayard - Le Méliès à Saint-Étienne (France)

 

2013_FR_Pauline Bayard

Je m’appelle Pauline Bayard. Je suis française. Je suis très intéressée par le cinéma mais aussi par la danse, le théâtre et la photographie. J’ai 18 ans et viens de réussir mon baccalauréat cette année. L’année prochaine, je pars étudier le cinéma et les lettres modernes à l’Université de Lyon.

Le cinéma depuis…

J’allais souvent au cinéma avec mes parents étant enfant, puis, plus tard, j’ai commencé à en prendre moi-même l’initiative, par curiosité et par volonté d’être surprise et happée par d’autres perspectives du monde. Cette année, j’ai été ambassadrice du cinéma d’art et essai de ma ville, “Le Méliès”, j’ai donc pu aller au cinéma gratuitement toute l’année. J’ai pu en profiter pleinement et ma vision du cinéma a beaucoup changé. Tout à coup, ce n’était plus un simple outil de divertissement mais un moyen de m’enrichir constamment.

Pourquoi le cinéma ?

Le cinéma est un art riche et complet. L’histoire, l’aspect visuel et la musique sont autant d’éléments qui me permettent d’être profondément touchée. Je ne peux cependant pas émettre de comparaisons entre un film et un livre ou même à toute autre forme d’art car ce sont à mes yeux  différentes manières d’exprimer des émotions.

Ma passion pour la photographie m’a poussé à créer une page facebook où je publie mes photos régulièrement ainsi qu’un projet vidéo réalisé avec des amis.

 Quel cinéma ?

Je n’ai pas de genre préféré. J’aime lorsqu’un film me bouleverse, me fait réfléchir et évoluer. J’aime me sentir vivante et avoir l’impression que le temps s’arrête.

Il m’est très difficile de définir les trois films que je préfère. Voici ceux qui m’ont le plus marqué:

LES BETES DU SUD SAUVAGE de Benh Zeitlin, 2012

ELEFANT MAN de David Lynch, 1980

LE VOYAGE DE CHIHIRO de Hayao Miyazaki, 2001

2013_bandeauFR

Europe et cinéma

Je pense que le cinéma européen détient une réelle force. Les exemples les plus frappants sont pour moi les festivals de Cannes, de Berlin et de Venise, tous très influents dans le monde entier.

J’ai visité l’Italie, l’Espagne, l’Angleterre et l’Allemagne. J’aimerais voyager plus dans l’avenir et vivre dans un autre pays d’Europe pour un certain temps. J’ai hâte de rencontrer les 27 jeunes issus de ces différents pays et de vivre cette belle expérience avec eux.

Ma salle de cinéma et mes habitudes de spectatrice

Je représente le cinéma “Le Méliès” de Saint-Étienne. Ce cinéma est à la fois dynamique et innovant. Grâce aux séances Skype organisées, il est possible de poser des questions à un réalisateur chaque mois et de pouvoir ainsi s’enrichir de la vision de nombreux cinéastes.

Mes habitudes cinématographiques sont guidées par ma curiosité. J’aime beaucoup aller au cinéma sans ne rien savoir du film, y aller sans idées préconçues, afin de tout découvrir sur l’instant.

J’essaie d’aller au cinéma le plus souvent possible. Je pense qu’en moyenne j’y vais deux à trois fois par semaine. De temps en temps j’aime aussi y passer une journée entière. J’y vais seule ou accompagnée mais la présence d’autres personnes est souvent enrichissante, de par les discussions que nous partageons à la fin de la séance, pourquoi pas autour d’un verre au Méliès Café.

 

2013_Méliès

Amy Moore - QFT à Belfast (Grande-Bretagne)

 

GB - Amy Moore_226_299

Je m’appelle Amy Moore et je suis en troisième année d’études de cinéma à la Queens University de Belfast. Le cours associe le Département Cinéma et le cinéma culturel le plus important d’Irlande du Nord, le QFT, que j’ai l’honneur de représenter à Venise.

Le cinéma depuis…

Aller au cinéma a toujours représenté une part très importante de ma vie. Un de mes souvenirs d’enfance les plus lointains est une sortie en famille au cinéma local pour voir THE FLINTSTONES (LES PIERRAFEU) (1994). J’ai toujours adoré le rituel de la sortie au cinéma et je vais au cinéma chaque fois que j’en ai l’occasion. Il m’arrive souvent de voir entre 8 et 10 films en une semaine.

L’art a toujours été une grande passion, et c’est grâce à un professeur du secondaire particulièrement stimulant que j’ai commencé à considérer le cinéma comme une forme d’art. Bien sûr, je ne regarde plus les films de la même façon désormais. Au-delà du pur divertissement, j’essaie de les regarder en faisant attention à la manière dont ils ont été faits, grâce à une certaine connaissance cinématographique. J’étais particulièrement heureuse de lire que l’un des plus grands réalisateurs de tous les temps, Orson WelIes, a vu STAGECOACH (LA CHEVAUCHEE FANTASTIQUE) (1939) de John Ford plus de 40 fois pendant la production de Citizen Kane (1941). Ce jour-là, je suis allée acheter le coffret Welles et depuis, j’ai regardé Citizen Kane si souvent que j’ai arrêté de compter.

Pourquoi le cinéma…

Le cinéma est particulièrement intéressant parce que c’est un art encore relativement récent en comparaison avec le théâtre, la littérature, la peinture, etc. qui existent depuis des centaines d’années.  Depuis son apparition, le cinéma a connu de nombreuses évolutions technologiques et artistiques. Il m’attire parce qu’il ne cesse de changer, et ce à un rythme soutenu, et c’est un media tellement divers et tellement répandu que tous les goûts et toutes les opinions peuvent s’y retrouver.

Le cinéma que j’aime…

Quand j’étais plus jeune, les documentaires ne m’attiraient pas du tout. Je trouvais qu’ils avaient toujours un côté « c’est bon pour toi » qui ne m’intéressait pas du tout. Maintenant au contraire, le documentaire est mon genre de film préféré car je le vois sous une lumière différente. Plus particulièrement, je suis passionnée par les débats autour du mot « documentaire » et du lien entre la réalité et l’artifice.

Mes 3 films préférés…

Parmi mes films préférés, il y a GREY GARDENS (1975) d’Albert and David Maysles, TRAINSPOTTING (1996) de Danny Boyle et WUTHERING HEIGHTS (LES HAUTS DE HURLEVENT) (1939) de William Wyler. WUTHERING HEIGHTS est particulièrement important pour moi parce que c’était le film préféré de ma grand-mère. Mon amour pour ce film a succédé au sien (nous le regardions souvent ensemble le matin avec une boîte de chocolats) mais comme vous pouvez le voir, j’aime tous types de films.

2013_28TimesCinema_GB_Bandeau_620

Faire des films…

Je suis tutrice pour le panel du Takeover Film Festival panel de Belfast. Le festival est conçu, programmé et dirigé par une équipe de jeunes Nord-irlandais. Le prochain festival aura lieu les vendredi 7 et samedi 8 février 2014. Vous trouverez un lien vers notre Tumblr, Facebook, Twitter, Vimeo et Flickr ici : http://takeoverfilmfestival.tumblr.com/

Je crois que pour un jeune réalisateur en herbe, les documentaires sont un très bon point de départ. J’ai fait quelques documentaires moi-même, dont un sur les sans-abris de Belfast. Cela m’a permis de progresser et m’a amené à faire un documentaire intitulé WHY I AM AFRAID TO TELL YOU WHO I AM qui parle des difficultés à être gay dans la société d’aujourd’hui.

Le cinéma européen…

Etudier le cinéma à la Queens University m’a ouvert les yeux sur le cinéma européen. Il est innovant, créatif et plus audacieux que le cinéma hollywoodien, avec une sensibilité très différente.

Ma ville préférée en Europe est Paris. J’aime être entourée de créativité et cette ville m’inspire à chaque fois. J’ai hâte de faire l’expérience de Venise !

Ma salle Europa Cinemas…

J’ai le privilège de représenter le QFT, qui est mon cinéma préféré. Il a cette ambiance spéciale qui fait de chaque sortie au cinéma une expérience unique (à des années-lumière du Cineplex local). Grâce aux projections de films classiques et récents, longs et courts, connus ou obscurs, le QFT est le lieu où j’aime le plus passer du temps!

Je vais essayer de profiter le plus possible de cette expérience unique à Venise et j’espère en retirer beaucoup. Je ne trouve pas les mots tellement je suis excitée, parce que le cinéma, c’est ma vie !

2013_28TimesCinema_GB_Salle_300

Danai-Fani Georgoula, Danaos à Athènes (Grèce)

 

GR - Georgoula Danai-Fani_226_299

Quand je me présente, je dis toujours que je m’appelle Danae et que j’étudie le droit, mais ce n’est pas complètement vrai. Je suis effectivement étudiante en droit mais ma passion, c’est le cinéma. Parallèlement j’étudie la réalisation de film donc j’aime penser que c’est au cinéma que je suis vraiment chez moi.

Le cinéma depuis…

Je me souviens qu’au début, c’est mon grand-père qui m’a transmis son amour des films. Nous allions voir ensemble tous les films de science-fiction et nous en parlions pendant des jours. Je me souviens à quel point la manière dont chaque monde fantastique représenté me fascinait. Je ne faisais pas que regarder le film, je le vivais. Chaque film était une nouvelle expérience, une nouvelle aventure. C’est pour cela qu’en grandissant, j’ai voulu faire de cette aventure mon quotidien, et c’est ainsi que mon voyage au pays du cinéma a commencé.

Quel cinéma…

Ce sont les films de science-fiction qui m’ont introduit au monde du cinéma, mais rapidement j’ai été attirée par des films plus simples, dans lesquels il n’y avait pas besoin de vaisseaux spatiaux ou d’aliens pour avoir le soufflé coupé.

Mes films préférés…

J’ai découvert des réalisateurs comme Truffaut, Godard, Kiarostami, Kieslowski. Mon top 3 serait : THE MIRROR de Tarkovsky, LA DOUBLE VIE DE VÉRONIQUE de Kieslowski et PIERROT LE FOU de Godard,

Comme le disait Rob Gordon dans HAUTE FIDÉLITÉ (2000) « I simply point to where I have my soul ».

2013_28TimesCinema_GR_Bandeau_620

Le cinéma européen…

Je n’ai jamais aimé mettre des étiquettes, mais j’ai réalisé que la seule caractéristique que partagent mes films préférés est qu’ils ont été faits à l’intérieur des frontières de l’Europe.

Est-ce que l’origine a un effet sur son contenu? Je ne sais pas. Mais ce que je sais, c’est que personnellement, j’ai le sentiment d’appartenir à une plus grande communauté : celle de l’Europe.

Ce sentiment d’appartenance m’a amené à voyager dans d’autres pays européens et à rencontrer de nouvelles personnes. C’est peut-être ce qui m’a fait aimer le cinéma européen et ceux qui le font.

Ma salle de cinéma…

Chez moi, ce sont les salles de cinéma voisines, comme le Danaos, qui m’ont permis de cultiver un intérêt pour le cinéma. Je me souviens avoir manqué le soutien scolaire pour aller voir DIE FETTEN JAHRE SIND VORBEI (The Edukators) un mercredi après-midi. Aujourd’hui encore, de temps en temps, je vais au cinéma en douce l’après-midi pour aller voir la dernière version restaurée d’un film de Fritz Lang.

2013_28TimesCinema_GR_Salle_300

Mes habitudes de spectatrice…

Bizarrement, j’ai toujours les mêmes habitudes aujourd’hui : je vais dans les mêmes cinémas, je vais boire un verre dans les même bars, je suis la même routine. La seule chose qui a changée, c’est que je suis devenue adulte. J’ai grandi dans ces cinémas qui m’ont permis de rencontrer des gens avec les mêmes goûts et les mêmes habitudes, des personnes qui sont désormais mes compagnons de salle obscure, mes camarades dans chaque aventure cinématographique.

Ferenc Kiss, Tisza Mozi à Szolnok (Hongrie)

 

HU - Ferenc Kiss2_226_299

 

 

Je suis étudiant en anglais dans un lycée à Szolnok.

 Le cinéma depuis…

La première fois que je suis allé au cinéma, c’était pour voir STAR WARS. Je vais voir des films depuis mon enfance. En général, je vais au cinéma avec des amis, mais il m’arrive d’emmener mon petit frère.

 Pourquoi le cinéma

J’aime les histoires que les films racontent, l’atmosphère qui se dégage des films, et j’aime sortir avec des amis et parler de cinéma. Un film en lui porte l’âme de son réalisateur, de son auteur, de ses acteurs et de tous ceux qui ont participé à son élaboration.

Le cinéma que j’aime

Je pense que les films indépendants sont les plus importants. Peu importe que le film soit européen, asiatique ou américain, la seule chose que je recherche, c’est de ressentir quelque chose. Les westerns par exemple me font vivre l’Ouest américain, les drames me font réfléchir ou parfois pleurer.

Mes 3 films préférés

A CLOCKWORK ORANGE (ORANGE MECANIQUE), PULP FICTION, et BLACK CAT, WHITE CAT (CHAT NOIR, CHAT BLANC).

 

2013_28TimesCinema_HU_Bandeau

 

 

Parler des films sur internet

J’ai commencé un blog récemment et je lis des magazines, je regarde des blogs vidéo sur le cinéma.

Faire des films

Je ne fais des films que pour les événements familiaux. Récemment, nous avons fait un court métrage avec un groupe de fans de cinéma.

Le cinéma européen

Le cinéma européen est tout ce que les Américains détestent et essayent d’imiter. Hollywood est en train de mourir pour deux raisons : les jeux vidéo, et le cinéma européen. Les films européens nous parlent de choses importantes. INTOUCHABLES par exemple : fuyez les stéréotypes et vous et vos amis vivrez des moments mémorables.

Etre européen

Bien sûr ! J’aime voyager, mais cela revient cher. Donc dès que j’en ai l’occasion, je la saisis ! 

Ma salle Europa Cinemas

Je représente le “TiszapART”, un cinéma de Szolnok. 

J’aime aller au cinéma avec mes amis, et prendre un verre après le film pour partager nos impressions.  

 

2013_28TimesCinema_HU_Salle

Mihaela Cenkovcan, Kino Vali à Pula (Croatie)

 

 

 

HR - Mihaela Cenkovcan_Capture_226_299

J’ai 23 ans, j’habite à Pula, où j’étudie l’économie du tourisme à l’Université de Jurja Dobrile. Je suis en train de terminer mon rapport final afin d’obtenir ma licence, et j’espère pouvoir commencer mes deux dernières années de Master cet automne.

En ce moment, j’essaie de profiter de l’été du mieux possible, entre les petits boulots, le bénévolat au cinéma, les films, les livres, les bons moments avec mes amis, et bien sûr la préparation de Venise. 

 Le cinéma depuis…

Je vais au cinéma depuis mon enfance. A l’époque, j’allais généralement au cinéma local avec mes frères. Par la suite, j’y suis allée avec des groupes scolaires en excursions. Maintenant que je vis seule à Pula, le cinéma est ma deuxième maison et l’un de mes endroits préférés dans la ville.

Pourquoi le cinéma

Chaque média a ses propres avantages et inconvénients. J’aime le cinéma parce qu’il combine les images et le son. Les films sont abordables et compréhensibles par tous car en général, ils nous ramènent à des expériences de vie.

Actuellement, tout passe par Internet : les nouveaux médias sont interactifs, mais ils nous font aussi rester chez nous seuls devant un écran d’ordinateur ou de télévision. J’apprécie les livres, mais ce que j’aime surtout, c’est de comparer les différents médias et de voir comment une même histoire peut donner lieu à différents points de vue.

Le cinéma que j’aime

Avant, je regardais toutes sortes de films avec le même enthousiasme. Maintenant que je m’y connais un peu plus, je préfère les films indépendants aux blockbusters, qui ne doivent leur popularité qu’aux effets spéciaux. Je ne veux pas paraître trop critique, c’est simplement que j’aime les films avec une image véritablement de qualité.

J’aime par-dessus tout les drames et les films qui ont marqué l’histoire du cinéma. Je ne les ai pas tous vus parce qu’il y en a beaucoup, mais j’essaie de rattraper mon retard.

Mes 3 films préférés

C’est difficile de faire une liste de mes films préférés tellement il y en a.

Voici trois des films qui en font partie : la trilogie légendaire de Francis Ford Coppola LE PARRAIN, le très beau film WADJDA de Haifaa Al-Mansour, et JUSQU’A CE QUE LA FIN DU MONDE NOUS SEPARE de Lorene Scafaria.

2013_28TimesCinema_HR_Bandeau610

 

Parler des films sur Internet

Malheureusement, je n’ai pas mon propre blog mais je participe à un forum sur le cinéma qui s’appelle “Good-talking.” Les cinéphiles viennent y publier leurs commentaires et leurs critiques. On peut aussi y lire des critiques professionnelles récentes sur les derniers films.

En plus des forums, j’aime suivre l’actualité récente des films sur Moj-Film.hr . De temps en temps, quand je vais voir un film dans le cinéma que je représente, j’écris une critique et ils la publient sur leur site internet. Je lis aussi le magazine de cinéma « Filmonaut », que mon cinéma vend.

Le cinéma européen

Comme je le disais plus tôt, avant de m’intéresser réellement au cinéma, tous les films me semblaient bons. Maintenant, et bien que je sois toujours amateure, je trouve que le cinéma européen est l’un des plus intéressants.

Hollywood, c’est sympa et j’aime voir un film hollywoodien de temps en temps, mais il y a et il y aura toujours une grande différence avec les films européens. Le cinéma de Bollywood est très mystique et mériterait d’être mieux connu. Ceux qui disent que ces films ne valent pas la peine se trompent.

Se sentir européen

J’adore rencontrer des gens de partout dans le monde et j’essaie de rester en contact avec eux. Malheureusement, je n’ai toujours pas eu l’occasion de vivre ou de voyager à l’étranger. Mon voyage à Venise sera ma seconde expérience hors de Croatie (en plus des excursions scolaires). C’est pourquoi je suis aussi excitée et j’ai hâte.

Ma salle de cinéma

En tant que participante à 28 Times Cinema, je représente le cinéma Alida Valli de Pula. Je vais au Valli depuis que j’ai emménagé à Pula pour étudier, et très rapidement j’ai commencé à y faire du bénévolat. Pendant le Pula Film Festival, l’un des plus grands événements dans le pays, la ville entière devient un gigantesque cinéma sous les étoiles avec plusieurs lieux, dont le Valli. A la différence d’autres multiplexes qui proposent trop de films commerciaux aux spectateurs, le Valli a une programmation très diverse, depuis les films indépendants européens jusqu’aux blockbusters et aux gros succès commerciaux, en passant par les films en 3D, les dessins animés pour les plus jeunes, et des retransmissions en live du Metropolitan Opera de New York.

Je traîne au cinéma autant que je peux, j’aime les gens qui y travaillent, et surtout j’adore être assise devant l’écran et me détendre. En tant que spectatrice, j’aime voir des films seule, je ne suis pas adepte des snacks, et je n’aime pas le bruit et les commentaires des autres spectateurs pendant la séance.

2013_28TimesCinema_HR_Salle

 

Mattia Micucci - Irish Film Institute à Dublin (Irlande)

 

 

IE - Matt Micucci_226_299

Avez-vous déjà admiré un ciel étoilé et été incapable d’en détourner le regard du fait de son incroyable beauté? Au risque de paraître pompeux ou prétentieux, je ressens les films de cette façon. Chaque film est une étoile, chaque projecteur un télescope et chaque écran une chance d’explorer un nouveau monde.

Permettez-moi de me présenter. Je m’appelle Matt Minucci, et je suis cette année le représentant irlandais aux Venice Days. Conformément à l’esprit résolument européen de cette compétition, et comme le suggère mon nom, je ne suis pas né en Irlande, mais  j’y vis depuis que j’ai quitté l’Italie à l’âge de neuf ans.

Le cinéma depuis…

Le cinéma est pour moi l’aboutissement de plusieurs formes d’art. Ce qui me fascine le plus, c’est la manière dont le cinéma lie plusieurs de mes passions entre elles, depuis la musique, la littérature et le théâtre jusqu’aux Beaux-Arts comme la peinture et la sculpture. Comme, je le dis souvent, le cinéma est une obsession magnifique.

Je suppose que si je suis aussi passionné de cinéma, c’est déjà que j’ai toujours été passionné par l’art en général. Cependant, c’est mon départ de l’Italie et mon arrivée brutale en Irlande qui m’ont conduit à développer une passion dans laquelle je me reconnaissais et qui en récompense, me permettait de m’évader. Les films m’ont beaucoup aidé à surmonter ce changement soudain dans ma vie. Ils m’ont offert un refuge. Ils m’ont même probablement appris l’anglais – je me revois devant le miroir en train de réciter des répliques du film POUR UNE POIGNÉE DE DOLLARS (Sergio Leone) avant même d’en saisir le sens.

Ma passion pour le cinéma et la musique a pratiquement dicté ma vie. Le cinéma et les films en général représentent pour moi une sorte de repaire. Ma passion est une force motrice. Je me souviens encore qu’il pleuvait, comme c’est souvent le cas en Irlande, l’après-midi quand j’ai annoncé à ma famille que je souhaitais devenir réalisateur. Malgré le choc, ils m’ont envoyé dans une école de cinéma et cela a été une expérience épanouissante et un chemin vers la découverte de soi.

Le partage de ma passion …

Tout en conservant mes aspirations de cinéaste,  j’ai réalisé ces dernières années que j’aimais parler des films. J’ai donc mis ma passion à profit et j’ai suivi le chemin du journalisme. L’année dernière, j’ai commencé à travailler pour me faire une réputation en tant que critique de film, journaliste et reporter. J’ai un site internet, howcinema.webnode.com , qui propose une vision à 360 degrés du cinéma depuis mon point de vue. J’ai aussi contribué à d’autres sites et revues et notamment au magazine irlandais de cinéma, Film Ireland.

Mes films favoris…

Ces dernières années, j’ai pris l’habitude de répondre IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST de Sergio Leone, LA DOLCE VITA de Fellini, LE PORT DE L’ANGOISSE d’Howard Hawks, ORANGE MÉCANIQUE de Kubrick et LE MÉPRIS de Godard. La vérité, c’est qu’il y en a beaucoup d’autres à choisir !

2013_28TimesCinema_IE_Bandeau610

Quel cinéma…

J’aime les films, donc tous les genres de films, quelle que soit leur origine. Le cinéma européen, bien sûr me fascine, et je le trouve souvent plus inspiré et plus intelligent et ambitieux que le cinéma américain. Je trouve la monopolisation du cinéma par les grandes productions américaines quelque peu frustrante. C’est un concept qui ignore l’effervescence et l’évolution constante de la production cinématographique européenne.

Mon cinéma et mes habitudes…

Quand je n’écris pas sur un film ou un festival, je vais au cinéma au moins une fois par semaine. C’est à l’Irish Film Institute que j’apprécie le plus d’aller au cinéma. De cet endroit se dégage une sorte de magie et d’élégance. Je suis toujours étonné par ce lieu, avec ses murs de pierres rappelant un village intemporel, son café design et la solennité de ses salles de projection - sans parler de la programmation passionnante et de la grande diversité des films présentés.

Malgré toutes ces années de fervent cinéphile, je suis toujours aussi fier de dire que j’aime le cinéma. Il m’a formé et joue un rôle clé dans ma vie. Il est également une source constante d’inspiration et j’espère n’en avoir jamais assez de son rayonnement, tout comme j’espère ne jamais voir le ciel nous tomber sur la tête.

2013_28TimesCinema_IE_Salle

Lorenzo Benedetti, Zenith à Pérouse (Italie)

 

 

IT - Lorenzo Benedetti2_226_299

Je m’appelle Lorenzo Benedetti, je suis italien et je suis étudiant à l’Université pour étrangers de Pérouse. J’étudie la publicité et la communication. J’ai également pris des cours de japonais et actuellement je fais un stage à Gusto IDS, une agence de pub italienne. L’année dernière j’étais en Erasmus à Madrid, ce qui m’a permis d’apprendre l’espagnol et de suivre des cours de cinéma et société contemporaine, entre autres sujets très intéressants. Mais par-dessus tout, j’ai pu rencontrer des personnes que je considère maintenant comme des amis très proches. 

Le Cinéma depuis…

Je vais souvent au cinéma depuis que je suis petit parce que mes parents aimaient beaucoup me montrer des films, ma mère en particulier. Mais je n’ai commencé à m’intéresser vraiment au cinéma qu’au lycée: j’ai participé à un programme extra-scolaire intitulé Cineforum au cinéma Zenith qui me donnait la possibilité de voir des films cultes et indépendants gratuitement ainsi que d’en discuter avec les autres étudiants et avec Giacomo Caldarelli et Anna Melissa Cagiotti. C’est également dans ce programme qu’on m’a appris à écrire des critiques de films.

Pourquoi le Cinéma?

Ce que j’adore avec cinéma, c’est que c’est un art qui peut convenir à tout le monde : les films nous atteignent plus rapidement que les livres, et ils vous permettent de donner libre court à votre imagination.

Quel genre de film je préfère

J’adore être stupéfait par un film. Depuis que je suis petit, chaque fois que je regarde un film, j’essaie d’en deviner la fin. C’est pourquoi les films qui me marquent vraiment sont ceux qui parviennent à me surprendre. Si je dois choisir un genre de cinéma, je choisis les films dramatiques, je ne suis pas très fan de films avec des happy endings.

Mes 3 films préférés

Je ne sais pas trop quels sont mes trois films préférés parce que ça change constamment, mais à l’heure actuelle, je dirais : DOGVILLE de Lars Von Trier, WINTER’S BONE de Debra Granik et LE LES CONSEQUENCES DE L’AMOUR de Paolo Sorrentino.

2013_28TimesCinema_IT_Bandeau_300

Parler des films sur Internet/ Faire du cinéma

Je n’ai jamais participé à un forum ni écrit sur le cinéma parce que j’ai toujours considéré le cinéma comme une chose très intime et privée. Je n’ai jamais vraiment eu envie de partager mon opinion jusqu’à ce que je commence à le faire avec le programme Cineforum du Cinéma Zenith. J’ai alors réalisé que c’était génial d’écouter et de parler cinéma.

J’ai participé à un court métrage avec des amis pour soutenir la lutte contre l’homophobie et à l’école (en Italie c’est toujours un fléau). J’ai joué le rôle de la brute homophobe et j’ai aussi fait le montage vidéo. C’était ma première expérience dans le montage donc il y a beaucoup de choses à améliorer, mais je suis heureux que nous ayons atteint notre objectif : aider une cause et non pas faire un film professionnel. On l’a mis sur YouTube en juin.

Le cinéma européen / Se sentir européen

Je pense que le cinéma européen est le meilleur car il est le fruit d’une combinaison de cultures très différentes, et cela n’existe nulle part ailleurs. En ce qui concerne ma nationalité, je me sens évidement italien, mais un italien en Europe. J’adore voyager, j’ai vécu à l’étranger et j’ai des amis du monde entier. Je ne peux pas envisager ma propre identité sans prendre en compte le fait que je suis européen car cela a affecté tous les aspects de ma vie.  

Mon cinéma…

Le cinéma que je représente est le Zenith Cinema, situé dans la ville de Pérouse. C’est grâce à lui que je suis devenu cinéphile. J’adore l’intimité et l’atmosphère qui y règne, loin des multiplexes aseptisés et impersonnels. Et surtout, c’est le seul endroit dans ma ville où aller pour voir autre chose que les films grand public. Le Zenith fait une excellente sélection de films auxquels ne s’intéresserait jamais un Cineplex.

Mes habitudes en tant que spectateur… Le cinéma est toujours un bon endroit pour rester un peu et une bonne excuse pour sortir avec des amis, prendre une bière après le film et en discuter. En fait je fais ça assez souvent. Mais si je regarde un film à la maison, un vieux film ou un film qui n’a pas eu de distributeur, alors je préfère rester seul.

2013_28TimesCinema_IT_Salle_300

Eivinas Butkus - Skalvijos Kino Centras à Vilnius (Lituanie)

 

 

 

2013_LT _Eivinas Butkus

Je m‘appelle Eivinas Butkus et j‘étudie en Lituanie. Je vais passer mes examens de fin de lycée cette année. J‘adore le cinéma, et j‘étudie aussi à l‘Académie du Film Skalvija. Après avoir obtenu mon diplôme, je voudrais m‘orienter vers le cinéma, mais je n‘ai pas encore décidé quoi faire exactement.

Depuis combien de temps vous rendez-vous au cinéma ?

Je ne peux vraiment pas dire quand je suis allé au cinéma la première fois, mais je me souviens avoir vu HARRY POTTER (la première partie) sur grand écran. J‘avais alors 6 ans et ce fût pour moi un pur moment de magie. Ma mère me lisait les sous-titres étant donné que je ne lisais pas bien à l‘époque. Je me souviens aussi avoir vu le 2d épisode de LA GUERRE DES ETOILES avec mes parents.

Je ne me rappelle rien de particulier concernant des programmes éducatifs, je suis allé au cinéma surtout avec mes parents, puis, plus tard, avec des amis.

Pourquoi aimez-vous le cinéma?

J‘aime le cinéma car il combine différents arts. L‘aspect visuel est bien sûr le plus évident, mais il y a aussi la partie son. Images et son ensemble donnent énormément de liberté artistique, les sens en sont exacerbés. La complexité qu‘atteint le cinéma avec toutes ces possibilités est incroyable.

Dites-nous quel type de cinéma vous appréciez et quels sont les films les plus importants pour vous?

Je préfère le cinéma d‘auteur dans la mesure où je cherche des films stimulants. Je peux aussi voir des films faciles américains quand je veux me détendre. Je ne supporte cependant pas les scènes de course poursuite en voiture. En fait, je regarde tout type de films sauf les grosses productions les plus stupides et ennuyeuses.

Je dois avouer que je n‘ai pas toujours été comme ça. Quand j‘avais 14 ans je regardais principalement des comédies stupides et des films d‘horreur. Puis je suis tombé sur un film très important dans ma vie: DONNIE DARKO. Ce n‘est pas un film extraordinaire, mais c‘est le film qui a totalement changé mon regard sur le cinéma. C‘était tellement intéressant et mystérieux que ça m‘a donné envie d‘aller au-delà du film pour mieux comprendre. Peu de temps après, j‘ai découvert Stanley Kubrick qui a été un autre moment fort dans ma découverte du cinéma et des arts en général. Depuis, j‘ai vu des centaines de films et je suis devenu peu à peu totalement accro au cinéma!

Quels sont vos 3 films préférés?

Les films qui me viennent immédiatement à l‘esprit sont:

DONNIE DARKO de Richard Kelly – pour m’avoir dirigé vers un cinéma vrai et profond.

EYES WIDE SHUT de Stanley Kubrick – parce que je dois citer un film de Kubrick et que je pense que celui-ci est particulièrement sous-estimé. Je trouve qu’énormément de choses n’ont pas été dites au sujet de ce film contrairement à ses autres films qui ont été longuement analysés.

BROKEN FLOWERS de Jim Jarmusch – je ne peux pas vraiment dire pourquoi, mais c’était tellement drôle. On y retrouve cette absurdité des films des frères Coen que j’adore.

2013_bandeauLT

Je prévois de lancer mon propre blog cinéma. Ça s‘appellera TRUTH 24 et consistera certainement en des critiques et analyses de films.

Réalisez-vous des films vous-même?

Je suis inscrit dans une école de cinéma où j‘ai déjà réalisé deux courts-métrages. Les deux sont en ligne sur YouTube. J‘ai aussi repris quelques musiques pour des films et réalisé mes propres clips pour rigoler. Ils sont aussi en ligne.

Que pensez-vous du cinéma européen? Que représente-t-il pour vous?

Pour moi le cinéma européen a plus à voir avec l‘art et la culture qu‘avec l‘argent et le divertissement. Il est par exemple plus indépendant et varié que les productions américaines. Tous les festivals les plus prestigieux ont lieu en Europe, ce qui en dit long sur la position de l‘Europe en termes de cinéma. Je trouve que c‘est surtout un cinéma plus sérieux et c‘est pourquoi je visionne beaucoup de films européens.

Vous sentez-vous européen?

Je me sens réellement européen, et selon moi, la Lituanie devient européenne assez rapidement. Je voyage aussi souvent en Europe, mais je n‘ai pas encore vécu à l’étranger. Il se pourrait que j‘aille étudier à l‘étranger une fois que j‘ai terminé le lycée.

Quel cinéma représentez-vous au sein de 28 Times Cinema?

Je représente SKALVIJA Cinema Center. Ce que je préfère dans ce cinéma, ce sont bien sûr les films qui y sont montrés. La programmation consiste principalement en des films non commerciaux, intelligents et fins. Ce que j’aime aussi est l’atmosphère – c’est un endroit vraiment agréable. Si vous allez à Vilnius, il faut vraiment que vous y passiez.

2013_Skalvijos Kino Centras

A quelle fréquence allez-vous au cinéma? Quelles sont vos préférences pour voir un film ?

Quand je vais au cinéma, je préfère m’assoir devant car j’aime me sentir proche du grand écran. En moyenne, je vais au cinéma 1 à 2 fois par semaine. J’y vais généralement seul ou avec une personne, mais pas en groupe.

Je me rappelle avoir déjà attendu 2 heures seul dans le cinéma pour voir un film. C’était en hiver, et c’était tellement agréable et chaleureux à l’intérieur. Il y avait aussi une douce musique jazz en fond sonore et je me suis presque endormi sur un de ces gros poufs qui était super confortables.

Charel Muller, Utopia/Utopolis, Luxembourg (Luxembourg)

 

LU - Charel Muller_2_226_299

J’ai 20 ans. J’aime le cinéma (de toute évidence). J’ai dû voir près de 1700 films jusqu’à présent. En septembre, je vais commencer ma deuxième à l’université, où j’étudie pour un double diplôme en histoire et cinéma à l’Université du Sussex à Brighton au Royaume-Uni. Je ne sais pas encore ce que je ferai une fois diplômé, mais j’espère travailler dans un domaine lié au cinéma, comme le journalisme, ou la réalisation.

 Le cinéma depuis…

Le premier film que je me souviens avoir vu au cinéma est TOY STORY (pas si mal pour un début, n’est-ce pas?) quand j’avais 6 ans. Mais je ne me suis passionné pour le cinéma que 8 ans plus tard, au Festival du Cinéma Américain de Deauville, France. Comme ce festival est ouvert au public, j’ai vu de nombreux films que je n’aurais pas pu voir autrement (GONE BABY GONE ou IN THE VALLEY OF ELAH (DANS LA VALLEE D’ELAH) et qui m’ont vraiment ouvert les yeux. Après ça, j’ai commencé à voir de plus en plus de films, et à lire sur le cinéma.

Pourquoi le cinéma

J’aime le cinéma pour sa diversité et son potentiel infini. Il n’y a quasiment aucune limite à ce qu’un cinéaste peut mettre à l’écran pour s’exprimer, pour raconter son histoire. Comme je suis quelqu’un de très visuel, j’apprécie particulièrement les films avec une belle photographie. De plus le cinéma me touche comme aucun autre média. Souvent, il me fait pleurer, rire ou me ramène à l’enfance.

Le cinéma que je préfère

J’aime tous types de films, d’où qu’ils viennent dans le monde. J’aime particulièrement les films un peu différents et visuellement intéressants.

Mes 3 films préférés

Il est impossible de répondre à cette question, il y a tellement de bons films à départager. Sans réfléchir, voilà trois films que j’ai vus et revus et que j’aime toujours autant : THE BIG LEBOWSKI (frères Coen), IT’S A WONDERFUL LIFE (LA VIE EST BELLE) (Frank Capra) et THE DEPARTED (LES INFILTRES) (Martin Scorsese).

2013_bandeaufilmsLU

Parler des films sur internet

En général, les forums me fatiguent : trop de gens se disputent sur trop de choses en même temps. C’est pourquoi j’essaie de rester à l’écart. Je préfère lire des magazines sur le cinéma ou écouter des podcasts (comme Wittertainment). Néanmoins j’aime l’idée de participer à un blog, mais je n’ai jamais réussi à m’imposer d’écrire régulièrement. Pour commenter les films et pour en rire notamment, j’utilise mon compte Twitter (@luxemburgerC).

Faire des films

Jusqu’à présent Je n’ai pas  eu suffisamment d’idées pour réaliser mes propres films (excepté un court de 2 minutes que j’ai réalisé pour un projet scolaire), mais c’est quelque chose que j’aimerais vraiment faire à l’avenir.

Le cinéma européen

Le cinéma européen est un aspect important de notre culture. Il regroupe une multitude de cinémas différents (français, britannique, italien, pour ne citer que les plus célèbres), et offre de nombreux films exceptionnels. A plusieurs titres, le cinéma européen est celui qui me correspond le mieux.

Etre européen

Quand on vit dans un petit pays comme le Luxembourg, on est presque obligé de se sentir européen. De plus, j’ai eu la chance de voyager un peu partout en Europe, et j’ai emménagé au Royaume-Uni il y a un an pour étudier, j’ai donc des amis qui viennent du monde entier.

Ma salle Europa Cinemas

Je représente l’Utopolis, la plus grande chaîne de cinémas au Luxembourg. A Luxembourg (ville), ils ont un multiplexe moderne de 10 écrans, où passent essentiellement des productions hollywoodiennes, et un cinéma plus orienté art et essai de 5 écrans. Je passe autant de temps dans l’un que dans l’autre. Ils ont les équipements de projection les plus modernes et sont très confortables. Le plus grand atout de l’Utopolis reste cependant sa programmation très diversifiée, ce qui n’est pas toujours le cas dans les villes de la taille de Luxembourg.

Je suis accro au cinéma. Je déteste l’idée de rater un film qui m’intéresse, c’est pourquoi je me rends au cinéma 3-4 fois par semaine. Comme j’habite assez près de la salle, j’y vais généralement seul, et c’est souvent à la dernière minute que je décide d’aller au cinéma, dès que j’ai un moment de libre. J’aime aussi y aller avec des amis et discuter du film autour d’un verre ou d’un repas après la séance.

2013_UtopiaLU

Andrew Ricca, St James Cavalier in La Vallette (Malte)

 

MT_226-299_2

Je m’appelle Andrew Ricca, j’ai 24 ans et je suis sur le pont de commencer mon dernier semestre de Master de recherche en littérature à l’Université de Leiden, dans les Pays-Bas. 

Le cinéma depuis…

Je vais au cinéma depuis que j’ai cinq ans, quoique pas toujours régulièrement. Je ne me rappelle pas avoir été au cinéma avec l’école, exception faite d’un film court en 3D sur le système digestif humain en cours de biologie.

Pourquoi le cinéma

Je ne dirais pas que je préfère véritablement le cinéma à la littérature – un des aspects que j’aime le plus dans le cinéma, c’est justement le récit, ce qui revient à de la bonne littérature. Je me sens proche des deux, du cinéma et de la littérature, mais pour des raisons différentes. Pour moi, la littérature se prête à une étude rigoureuse alors que je considère le cinéma comme une expérience esthétique et parfois éducative.

Le cinéma que j’aime

J’aime particulièrement les qualités épurées du Kitchen sink realism britannique et le minimalisme de la Nouvelle Vague roumaine et du Dogme 95. Les documentaires stylisés, les films sud-coréens avec du mystère et des meurtres, les films avec une bonne dose d’humour noire et les films avec des ambitions poétiques et un peu universalistes (PAS Terrence Malick).

La majorité des films de Nanni Morretti, Antonioni, Kiarostami, Werner Herzog, Errol Morris, Mike Leigh, Aki Kaurismaki, Anders Thomas Jensen, et des frères Coen sont très importants pour moi.

Mes 3 films préférés 

En ne vous donnant que trois films, je vous mens, et je me mens à moi-même, mais les voilà : LE VENT NOUS EMPORTERA de Abbas Kiarostami, RENCONTRES AU BUT DU MONDE de Werner Herzog, et JOURNAL INTIME de Nanni Morretti.

2013_28TimeCinema_MT_Bandeau_610

Le cinéma européen

Au-delà des lieux de tournages, des entreprises de production et des lieux de naissance des réalisateurs et acteurs, je ne suis pas sûr que l’on puisse parler de cinéma européen. Le cinéma est l’expression d’une humanité qui va bien au-delà de l’Océan Atlantique, de la frontière avec la Turquie ou du Sud de la Méditerranée. Pour moi c’est de la taxinomie : le cinéma européen représente une branche du cinéma mondial, celle qui vient du continent européen.

Se sentir européen

Alors que de plus en plus de gens en Europe se sentent de moins en moins à l’aise avec l’identité européenne, les Maltais n’ont pas ce problème. Je me sens européen parce que mon passeport et celui de mes parents le disent. Il serait plus agréable de dire que j’appartiens à un continent des valeurs humaines partagées mais j’ai peur que ce ne soit pas encore le cas. J’ai vécu hors de mon pays de naissance pendant un an et demi.

Votre salle de cinéma

Je représente le cinéma St. James Cavalier à La Valette. Le cinéma est particulièrement confortable et j’aime beaucoup le bâtiment qui l’abrite. C’est une fortification du 16ème siècle.

2013_28TimeCinema_MT_Salle_300

Mes habitudes de spectateur

Je vais au cinéma au moins une fois par mois sauf quand il y a un festival près de là où j’habite, auquel cas je vais voir plusieurs films dans la semaine. J’y vais seul ou accompagné, tout dépend du film que j’ai envie de voir. Je l’habitude de rentrer et de sortir dès que le film se termine.

 

Simone Vos - Chassé Cinéma à Breda (Pays-Bas)

 

NL - Simone Vos_226_299

Je m’appelle Simone Vos, j’ai 24 ans. Je suis actuellement des études d’Art et Culture. Auparavant, j’ai étudié le journalisme audiovisuel. Je suis rédactrice pour le site internet www.CultuurBewust.nl , j’y écris sur les activités culturelles et artistiques aux Pays-Bas et parallèlement, je travaille dans un café.

 Le cinéma depuis…

 Quand j’étais enfant, j’allais au cinéma pour voir des films comme MR. BEAN avec ma famille. Maintenant j’y vais surtout avec mes amis et mon petit copain.

Pourquoi le cinéma…

 J’aime le cinéma car il permet de s’échapper de la réalité. J’aime aussi filmer et monter. Je trouve incroyable la manière dont les réalisateurs parviennent à raconter une histoire et fabriquer un film à partir des différentes scènes tournées. J’aime le cinéma car tout en étant une véritable sortie, il permet d’apprendre sur de nouveaux mondes.

Je préfère les drames, les films historiques, fantastiques (comme LE SEIGNEUR DES ANNEAUX), mais aussi les films tirés d’histoires vraies, et même les films romantiques.

 Mes films préférés…

 En ce moment, mes films préférés sont : LA VITA È BELLA, INTOUCHABLES et NIGHT TRAIN TO LISBON.

 

2013_bandeauNL

 

 Parler de cinéma sur internet et faire des films…

 Je ne participe pas aux forums de discussion en ligne. J’ai mon propre blog mais il est encore en construction.

Pendant mes études de journalisme, j’ai fait de nombreux court-métrages sur des sujets d’actualité. Ce n’étaient pas de la fiction, mais cela m’a permis d’apprendre à filmer et monter.

 Le cinéma européen…

 Je pense que 28 Times Cinema est un super projet d’Europa Cinemas. C’est un moyen parfait pour rapprocher les pays européens. C’est également très important pour le développement des activités culturelles entre pays européens.

 Être européen…

 Je me sens véritablement européenne. Je voyage souvent en Europe. J’aime découvrir d’autres villes européennes, des cultures et des langues nouvelles. J’ai vécu à Milan pendant sept mois quand j’avais 18 ans. L’année dernière, je suis allée au Surinam pour un stage de trois mois.

 Ma salle de cinéma…

Je représente le cinéma Chassé à Breda aux Pays-Bas. C’est une belle salle de cinéma dans une belle ville néerlandaise. Ce n’est pas qu’une salle de cinéma, c’est aussi un théâtre. J’aime le fait qu’il ne soit pas trop grand, juste assez pour donner l’impression d’une vraie sortie.

Je vais au cinéma au moins deux fois par mois. Je préfère m’y rendre avec de la famille ou entre amis. J’aime partager mes impressions avec quelqu’un, j’ai toujours envie de débattre de l’histoire et du film une fois la séance terminée.

2013_ChasséCinemaNL

Aleksandra Aleksander, Kino Amok à Gliwice (Pologne)

 

PL - Aleksandra Aleksander_226_299

Je suis une passionnée de cinéma polonais de 19 ans. En octobre, je vais commencer des études à l’Université de culture et médias. Mon rêve est d’étudier à l’Université d’organisation et  de production audiovisuelle, que j’essaierai d’intégrer l’année prochaine. Je me suis récemment rendu compte que le cinéma a toujours été important pour moi. Ma deuxième passion, c’est la musique. Je ne fais pas que l’écouter, je joue également de la guitare.

Le cinéma depuis…

Mon aventure avec le cinéma a commencé quand j’étais enfant. Mes parents ne sont pas les seuls à m’avoir introduit au cinéma, mes anciennes écoles organisaient des sorties au cinéma. J’ai aussi fait partie d’un programme éducatif du cinéma « Amok ». Je me rappelle encore certaines séances, principalement de films d’animation. J’allais aussi louer des vidéos avec ma mère. Je me souviens du bruit du magnétoscope.

Pourquoi le cinéma

Le cinéma est la preuve que nous ne sommes pas doués d’imagination pour rien. Il n’y a rien de tel que le cinéma pour combiner la musique, l’image, et parfois même la littérature. Tout le monde sait cela. Mais le mieux, c’est d’essayer de comprendre comment tout cela fonctionne et comment un film peut faire passer des émotions aux spectateurs durant une projection.

Le cinéma que j’aime

En premier lieu, je déteste les films d’horreur et je ne suis  pas particulièrement fan ni des films de science-fiction, ni des westerns. Les films que je considère importants sont ceux qui racontent des histoires sur les gens, qui parlent de leurs problèmes, de leurs émotions et des relations entre eux.

Mes 3 films préférés

C’est difficile de choisir 3 films, mais je vais vous donner 3 exemples de films qui m’ont impressionnée: KRÓTKI FILM O MIŁOŚCI (BREVE HISTOIRE D’AMOUR) (de Krzysztof Kieślowski), IMAGINE (de Andrzej Jakimowski), SKÓRA, W KTÓREJ ŻYJĘ (LA PIEL QUE HABITO) (de Pedro Almodóvar).

2013_bandeaufilmsPL

Parler des films sur internet

J’ai mon propre blog (http://www.kwestiajesttaka.blogspot.fr/ ). C’est une bonne occasion de développer ma connaissance du cinéma et cela me motive. Cela m’aide aussi à faire connaître le cinéma à mes amis. Indirectement, publier des revues critiques m’aide à améliorer mon style écrit.

Faire des films

Faire des films est une expérience enrichissante et amusante. Mes amis et moi avons créé un groupe de cinéastes débutants, avec pour but principal de nous créer un catalogue pour les examens d’entrées aux écoles de cinéma.

Le cinéma européen

Le cinéma européen m’intéresse beaucoup parce qu’il donne aux auteurs la possibilité d’exprimer leur individualité. Grâce à cela, au cinéma, nous pouvons prendre part à quelque chose de très original. Cependant certains réalisateurs vont trop loin artistiquement et perdent de vue le fait que les films doivent aussi trouver un public. Le cinéma européen représente pour moi un grand potentiel d’imagination et de créativité.

Se sentir européen

Je suis fasciné par la culture de notre continent et je me sens vraiment européenne. Malheureusement je n’ai pas assez de temps pour visiter les endroits que je souhaiterais voir. Peut-être qu’un jour j’essaierais de vivre à l’étranger. J’y ai pensé plusieurs fois, j’adorerais vivre cette aventure et j’envisage d’apprendre de nouvelles langues.

Votre salle de cinéma

Je représente le cinéma “Amok”. Il est situé dans ma ville natale, Gliwice, en Pologne. Ce que je préfère dans cette salle, c’est son atmosphère, qui aide les films à toucher leurs spectateurs.

J’ai toujours besoin de savoir quelque chose du film que je suis sur le point de voir. Je choisis rarement un film dont je n’ai jamais entendu parler. Quand j’étais plus jeune, je m’intéressais principalement aux films populaires qui n’exigeaient pas beaucoup de réflexion. Maintenant que je suis plus âgée et que j’ai mûri (enfin je l’espère), j’aime faire travailler ma tête quand je regarde ou traduis un film.

J’adore parler d’art! C’est pourquoi c’est très important pour moi de partager ce moment particulier avec des amis. C’est aussi un bon moyen de rencontrer des gens. Je vais au cinéma chaque fois qu’un film qui m’intéresse sort, ou qu’il y a un film que j’ai envie d’apprécier dans de bonnes conditions. Le problème, c’est simplement de trouver le temps.

2013_Amok_300

Gonçalo Grazina Malaquias, Cinema City à Lisbonne (Portugal)

 

PT - Gonçalo Malaquias_226_299

Je m’appelle Gonçalo Malaquias, j’ai 21 ans et je viens de finir ma licence de Cinéma à l’Université Lusófona de Lisbonne.

Le cinéma depuis…

J’ai découvert le cinéma au lycée. Malheureusement, mon école n’offrait pas de programme de cinéma, j’ai donc découvert le cinéma par moi-même. Quand je dis « découvert » je veux dire ne pas simplement aller voir un film en tant qu’activité, comme je le faisais avec mes parents pour voir des films d’animation.

Cela a commencé avec Hitchcock. Je me souviens de la première fois où j’ai vu PSYCHO. Un ami m’a complétement gâché la fin du film (je ne le croyais pas de toute façon, j’étais persuadé que Janet Leigh réapparaitrait d’une manière ou d’une autre avant la fin). Mais, elle ne l’a pas fait. Et c’est là que tout s’est déclenché. Pour moi, le cinéma c’était Hitchcock.

 Pourquoi le cinéma…

He wanted to meet in the real world the unsubstantial image which his soul so constantly beheld.”

Voilà, pourquoi. James Joyce a peut-être tout dit.

 Quel cinéma…

Le cinéma qui détient une vérité. J’aime les films qui surpassent  la fiction et qui embrassent le spectateur de manière puissante. Il y a des films fortement connectés à la vie réelle  qui infligent au spectateur une réalité. Mais pour répondre plus précisément à la question, je dirais que j’aime les films muets. Ils sont à part. 

Mes films préférés…

LE TESTAMENT DU DOCTEUR MABUSE (1933), Fritz Lang.

LE PLAISIR (1952), Max Ophuls

TROIS SOEURS (2012), Wang Bing

2013_28TimesCinema_PT_Bandeau

Parler des films sur Internet…

J’utilise les réseaux sociaux où je peux parler cinéma comme MUBI et IMDB, car de nos jours, les films ont besoin de dépasser les frontières, et Internet est l’endroit idéal pour cela. Je n’ai pas de blog personnel mais je lis beaucoup en ligne, on peut y trouver des ressources incroyables sur le cinéma.

En dehors d’Internet, je parle également beaucoup cinéma avec mes amis.

J’ai réalisé et participé à la création de plusieurs court-métrages soit dans mon école soit dans le cadre de projets indépendants et à différents niveaux : production, post-production, promotion. L’apprentissage est difficile mais cela en vaut la peine. Je commence à aller sur le terrain pour comprendre cet environnement. Je n’ai pas l’habitude de poster mes réalisations sur Internet, mais j’ai tout de même un portfolio en ligne : http://www.youtube.com/watch?v=cqgfeCcsx1s

Le cinéma Européen…

L’engagement du cinéma européen est différent des autres. Pas seulement du fait de son histoire mais aussi pour l’intégrité que montre ce cinéma, à la fois dans le film lui-même et dans la façon dont il est fait. Il est rigoureux, respectueux et directement connecté à la réalité qu’il représente, aux personnes et aux idées.

Je pense que le cinéma européen est franc, qu’il cherche en profondeur sans distractions ni peurs.

C’est un héritage que les réalisateurs perpétuent aujourd’hui dans toute sa richesse et sa liberté.

Se sentir européen….

J’ai eu l’occasion de voyager plusieurs fois en Europe et certains voyages étaient en lien avec la réalisation. Le cinéma est une zone unique dans laquelle nous pouvons communiquer au-delà des frontières. Je me suis engagé dans ce sens car le cinéma lie ma façon de voir le monde et mes valeurs.

C’est un sentiment avec lequel j’ai grandi et qui perdure.

Ma salle de cinéma…

Je représente le Cinéma City Classic Alvalade. Le cinéma se trouve près de mon Université, et c’est ici que je peux voir des films européens marquants que je ne trouverais pas ailleurs. Il n’y a pas  seulement la qualité de projection, c’est aussi une très bonne programmation et surtout un bâtiment exceptionnel : à l’intérieur du cinéma, le plafond arbore une gigantesque peinture de la Renaissance, qui te fait sentir vraiment spécial. Avant le début des projections, quand le projecteur est éteint, on peut entendre de la bonne musique, ils ont de superbes bandes originales et c’est amusant quand on est accompagné d’essayer de deviner les titres.

2013_28TimesCinema_PT_Salle

Mes habitudes de cinéphile…

Je ne sais pas à quelle fréquence je vais au cinéma, mais quand j’ai envie d’aller voir un film, je le fais. Le problème, c’est que je veux voir la plupart des films qui sortent, je vais donc souvent au cinéma, mais je ne peux pas toujours trouver quelqu’un pour m’accompagner. J’aime voir les films à plusieurs car cela a du sens, c’est puissant de partager un film avec quelqu’un. Peut-être que finalement la beauté du cinéma ne se trouve pas seulement sur l’écran.

 

 

Stefan Aganencei - Victoria à Cluj-Napoca (Roumanie)

 

 

 

RO - Stefan Aganencei3_226-299

Je suis encore une autre version de ce qu’on appelle un critique de film, un spectateur anonyme du nom de Stefan Agănencei, né le 27 février 1992 dans ce no man’s land qu’on appelle la Roumanie. J’étudie la théorie du cinéma à Cluj-Napoca. J’écris pour Eliberart, une nouvelle publication sur le cinéma et le théâtre. J’aime écrire des critiques de film du point de vue d’un ancien étudiant en philosophie qui a abandonné après sa première année pour rejoindre une école de cinéma, et aussi, dans l’idéal, essayer de réorienter les tendances du cinéma roumain vers une expérience plus européenne dans laquelle je pourrais me plonger sans culpabiliser.

Le cinéma depuis…

Il y a un cinéma dans ma ville natale de Pascani depuis 1989 pour diffuser des films de propagande nationaliste. Après la chute du régime de Ceausescu, de nombreuses industries, ont été dépouillées, abandonnées, ou comme dans le cas du cinéma, transformées en des centres culturels scolaires. Je devais donc aller dans la grande ville la plus proche (Iasi par exemple) pour voir des films dans un vrai cinéma.

Néanmoins durant mon enfance, il me suffisait d’avoir TCM. Je me souviens de cette vieille télévision en noir et blanc et des films expressionnistes et des films noirs que je regardais la nuit.

Pourquoi le cinéma

Je crois qu’à partir d’un certain moment, je ne suis plus parvenu à faire marcher mon imagination quand je lisais un livre. Chaque fois que je regarde un film d’art, je me dévore moi-même comme dans le tableau de Goya avec Saturne. J’ai toujours pensé que le cinéma était bien le septième art et qu’à la différence d’autres médias qui ne proposent que des vérités relatives, subjectives ou incomplètes, le cinéma a l’intuition ultime de devenir quelque chose de transcendantal.

Mes 3 films préférés

J’aime beaucoup le cinéma expressionniste allemand et ses contre-utopies.

Sinon il y a trois œuvres particulièrement importantes dans ma liste de films préférés : VAMPYR (Carl Theodor Dreyer, 1932) pour son absurdité inspirée par la danse des ombres.

Mon deuxième film préféré, c’est FANDO Y LIS (Jodorowsky, 1968). Et le troisième film que je choisis de partager avec vous, c’est mon film roumain préféré de ces 7 dernières années. Je parle de SOMEWHERE IN PALILULA, un film surréaliste qui décrit parfaitement l’histoire roumaine presque à la manière d’un Lynch. Je vous le recommande fortement.

2013_28TimesCinema_RO_Bandeau

 Le cinéma européen

Je pense que le cinéma européen est le cinéma le plus mature puisque mon héro, Baron Münchhausen, réussit à sortir d’un marécage en tirant sur ses propres cheveux. Je pense que la culture du film continental est basée sur les mensonges de l’âme, conçus pour être des idéaux suprêmes tant pour le réalisateur que pour les spectateurs, et que c’est en ça que les films européens se démarquent : extirper de l’histoire un reflet irréel de l’histoire elle-même, faire en sorte que ce mensonge devienne réalité. Pourquoi? Je ne sais pas ! Peut-être que dans le miroir de l’histoire cinématographique, le bourbier était en fait une tornade et le cheval, un avion, et que le baron a réussi à sortir de l’avion et à se jeter dans le ciel.

Mon cinéma

Je représente le Cinema Victoria, un cinéma d’art et d’essai à Cluj-Napoca, qui est aussi au cœur du Transilvania International Film Festival (TIFF) et du Comedy Cluj International Film Festival. Le cinéma a une histoire tumultueuse. Il est situé dans un bâtiment datant de 1927. Quand le management a changé en 2011, Gabriela Bodea, la nouvelle directrice du cinéma a dû affronter un grand défi : la présence de 2 multiplexes avec 24 écrans situés aux deux extrémités de la ville, et qui attiraient une grande partie du public jeune.

Ce sera la première fois que je vais à Venise, j’ai hâte de vivre pendant 10 jours au bord de la lagune dans le plus vieux festival de film au monde, et constater les effets que peut avoir le cinéma du monde sur 28 personnes différentes.

En tant que spectateur, j’aime m’installer seul dans le dernier fauteuil du dernier rang sur le côté droit du balcon du cinéma. ALors que les cinéphiles s’assoient généralement au premier rang, il est important pour un jeune critique de cinéma d’avoir une vision globale : les rois, les miroirs et les bouffons.

Pour moi le cinéma est l’endroit où je peux imaginer des choses étranges et terribles.

2013_28TimesCinema_RO_Salle

Erik Petterson, Reflexen à Karrtorp (Suède)

 

 

 

SE - Erik Pettersson_226_299

Je m’appelle Erik Pettersson, j’ai vingt ans et actuellement j’étudie l’histoire à l’Université.

Le cinéma depuis…

J’ai toujours été fasciné par la narration, en particulier la manière dont les gens choisissent de parler de la vie. Le cinéma, qui est selon moi le meilleur moyen de raconter une histoire humaine, a toujours fait partie de ma vie. Mes parents, qui sont eux-mêmes cinéphiles, m’emmenaient souvent au cinéma local pour me montrer des films de différents genres dès mon plus jeune âge. Cela m’a permis d’apprécier des films du monde entier, la seule condition étant qu’ils soient divertissants. Cela m’a aussi ouvert les yeux sur les films plus anciens, que j’ai vus par centaines.

Mes 3 films préférés…

THE THIRD MAN (LE TROISIÈME HOMME) et THE BATTLE OF ALGIERS (LA BATAILLE D’ALGERS) sont des films que j’ai vus quand j’étais plus jeune et ils restent deux de mes films préférés. Avec le temps, j’ai découvert et commencé à apprécier la puissance brute du documentaire, et aujourd’hui mon film préféré est THE ACT OF KILLING, un documentaire stupéfiant sur la vie d’un meutrier de masse repenti et la société en ruines dans laquelle il vit.

2013_28TimesCinema_SE_Bandeau

Le cinéma européen…

Pour moi, la plus grande force du cinéma est de donner aux spectateurs la possibilité de voir le monde à travers le point de vue de quelqu’un d’autre. C’est précisément pourquoi le cinéma européen est si important : il nous offre des films différents de ceux auxquels la plupart des gens sont habitués, c’est-à-dire les blockbusters gargantuesques. Des films comme AMOUR, HOLY MOTORS and ÄTA SOVA DÖ (EAT SLEEP DIE)  remettent en cause notre perception du cinéma moderne et font preuve d’audace.

Etre européen…

Je me sens vraiment européen et j’ai voyagé en Europe plusieurs fois. Aujourd’hui le monde est plus ouvert qu’avant, et cela permet de rencontrer des gens d’autres cultures et d’enrichir sa vision du monde plus facilement. Je n’ai jamais vécu dans un autre pays européen, mais j’ai brièvement habité en Chine, où je travaillais comme professeur d’anglais bénévole auprès d’enfants.

Votre salle Europa Cinemas…

Je représente le cinéma suédois Reflexen, qui a récemment été reconnu Cinéma de l’année. Reflexen est bien plus qu’une simple salle de cinéma, c’est un symbole de culture. Il encourage les spectateurs à débattre des films et transforme le simple fait de regarder un film en une expérience enrichissante pour tout le monde. Je suis très fier de représenter Reflexen. Voir des films au Reflexen m’a rendu plus enclin à parler de cinéma avec de nouvelles personnes, ce qui m’a préparé au festival de Venise.

2013_28TimesCinema_SE_Salle

Urska Fister - Kinodvor à Ljubljana (Slovénie)

 

SI - Urska Fister_2_226_299

Je suis une jeune cinéphile slovène de 22 ans. Je suis étudiante au département d’études anglo-saxonnes et américaines ainsi qu’à la Faculté d’Arts de Ljubljana. Je suis actuellement en dernière année de mon Bachelor mais j’envisage de poursuivre mes études en niveau Master. J’ai toujours aimé la nature et l’art et cela résume en grande partie mon enfance. Quand j’étais petite, passer du temps avec les autres enfants ne m’intéressait pas, je préférais explorer la nature, lire des livres, écouter de la musique et regarder des films.

Le cinéma depuis…

Enfant, j’allais rarement au cinéma. Je me souviens encore de ma première fois, le film était projeté dans un petit cinéma local qui a fermé quelques années plus tard. Ma mère et son ami m’ont emmené voir MR BEAN. Je m’en souviens très bien et j’ai beaucoup aimé : le grand écran, les sièges rouges confortables, tous ces gens qui riaient… C’est adolescente que j’ai commencé à aller au cinéma. Autrement, je regardais des films à la télévision, notre télévision publique ayant toujours diffusé de bons films étrangers. Voilà comment j’ai commencé à m’intéresser au cinéma européen.

Pourquoi le cinéma…

Pour moi, le cinéma a toujours été une façon d’expérimenter les différentes dimensions de la vie. Regarder un film permet de voyager à travers les différents lieux de tournage, de rencontrer de nouvelles personnes grâces aux personnages du film et de vivre la vie d’un autre l’espace d’un instant. Je ne dirais pas que je préfère le cinéma aux autres formes d’expression. Les livres et la musique sont aussi importants que le cinéma pour moi. Ce que j’aime le plus dans le cinéma, c’est qu’il combine plusieurs formes d’art à la fois : musique, théâtre, peinture, littérature…

Quel cinéma…

J’aime les drames. J’aime les films qui suscitent et captent l’émotion. J’aime pleurer en regardant un film. J’aime m’identifier aux personnages. D’un autre côté, je trouve les films dans lesquels on ne peut pas s’identifier aux personnages très intrigants, car l’on peut porter son attention sur d’autres aspects du film. J’aime aussi les films avec une cinématographie époustouflante comme IL ÉTAIT UNE FOIS EN ANATOLIE, LA LIGNE ROUGE, INCENDIES, pour ne mentionner que certains qui m’ont bouleversée.

Mes films préférés…

C’est impossible de ne choisir que 3 films. Je vais donc citer 3 films que j’ai vus dernièrement et qui m’ont marqués. A L’EST D’EDEN (1955), avec la performance impressionnante de James Dean ; le puissant HEAD-ON de Fath Akin et le film de Jacques Audiard UN PROPHЀTE, brut et en même temps hypnotisant.

2013_28TimesCinema_SI_Bandeau_610

Europe et cinéma…

J’aime le cinéma européen. Il traite des thèmes différents d’un point de vue original et il est beaucoup moins envahi de clichés que le cinéma hollywoodien. Le cinéma européen est aussi plus audacieux et moins conservateur. Je me suis intéressée au cinéma grâce aux films européens à vrai dire. Adolescente, je me souviens avoir vu INNOCENTS de Bertolucci. J’étais envoutée. Je n’avais jamais vu un film pareil.

Se sentir européen…

Je ne sais pas si je me sens européenne. Comment est-on supposé ressentir cela ? Je ne pense pas non plus me sentir slovène. Mais j’ai quand même ce sentiment d’appartenance à l’Europe / à la Slovénie. Je n’ai jamais vécu à l’étranger, mais j’ai prévu de partir en Erasmus l’année prochaine et de faire du volontariat en Europe après mes études. Plus tard, j’aimerais également trouver un travail à l’étranger, quelque part en Europe, mais je verrai bien où la vie me mènera !

Ma salle de cinéma et mes habitudes…

Je représente le cinéma Kinodvor, le cinéma de la ville de Ljubljana. Ce que j’aime le plus dans ce lieu, c’est la diversité de la programmation. Quand j’étais plus jeune, je ne connaissais pas Kinodvor car j’allais rarement au cinéma avec ma famille, et quand nous y allions c’était dans des multiplexes. Adolescente, je me suis lassée des films programmés dans ces salles, j’étais déçue à chaque fois. J’ai finalement découvert le Kinodvor, et j’ai tout de suite pensé que c’était le paradis. Et c’est à ce moment, que je suis devenue réellement passionnée. Merci, Kinodvor.

En plus le lieu est très beau, vraiment magnifique. C’est un des plus beaux cinémas que j’ai vus.  

Mes habitudes de cinéphile évoluent constamment. Il y des périodes où je me rends souvent au cinéma, car je ressens le besoin de partager avec d’autres personnes, et d’autres périodes où je préfère regarder les films seule confortablement installée dans ma chambre.

2013_28TimesCinema_SI_Salle

 

Silvia Feldmajerova - Cinemax à Banska Bystrica (Slovaquie)

 

SK - Silvia Feldmajerova_226_299

Je n’aime pas beaucoup parler de moi. J’ai toujours tendance à exagérer mes défauts. Je crois que tout est possible dans la vie grâce à notre imagination. Je me considère comme une introvertie sociable. Ma personnalité est un chaos bien équilibré. J’aime le sarcasme, je ne peux imaginer la vie sans cela. Je pense que le sarcasme rend la vie plus simple.

Je peux m’enthousiasmer très rapidement et quand je décide de faire quelque chose, je le fais de tout mon cœur.

J’ai commencé par étudier l’économie à Bratislava, la capitale. Mais j’ai réalisé que la vie était trop courte pour la gâcher à faire quelque chose que je n’aimais pas. J’ai abandonné et commencé des études de documentaire à l’Académie des Arts de Banská Bystrica. J’ai été diplômée en juin 2013 et j’ai décidé de remettre mes études à plus tard pour travailler à l’étranger.

Mon plus grand rêve est de ne jamais cesser de rêver, parce que j’estime que c’est ce qu’il y a de plus important dans la vie. Je souhaite devenir réalisatrice de films ou faire partie d’une équipe de film. Faire des films, c’est une mission pour moi, un style de vie.

Le cinéma depuis…

J’aime le cinéma pour l’atmosphère qui se dégage des films, pour l’image et la qualité du son. Je vais au cinéma depuis que ma grand-mère m’a emmenée voir LE ROI LION, mon dessin animé préféré, que je suis allée revoir encore cinq fois avec elle par la suite. J’étais folle de ce film, je possédais tout ce qui avait un lien avec LE ROI LION.

En tant que fan de cinéma, je préfère les films aux livres, même si lire est également très important. Quand on lit un livre, tout émane de son imagination, alors que quand on regarde un film, il faut accepter de rentrer dans celle d’un autre.

Le cinéma que j’aime…

Au cinéma je préfère les films d’action avec effets spéciaux. J’adore les thrillers psychologiques, les drames, les films fantastiques, la science-fiction et les films avec une fin ouverte. Selon moi, les comédies romantiques sont plus improbables que les films de science-fiction. Je ne suis pas une grande fan des fins heureuses à l’américaine. J’aime les films qui une fois terminés vous font réfléchir, les films qui d’une manière ou d’une autre ont un impact sur vous, qui vous inspirent ou vous proposent une morale.

Mes films préférés…

Chaque film est différent et a quelque chose d’original. En choisir trois a été très difficile pour moi. Le premier serait LE SEIGNEUR DES ANNEAUX, parce qu’il m’a donné l’envie de faire des films. Le second serait REQUIEM FOR A DREAM, un film dur, mais également un pur orgasme visuel. En troisième position, je dirais THE USUAL SUSPECTS avec Kevin Spacey.

2013_28TimesCinema_SK_Bandeau610

Parler de cinéma sur Internet…

Je me rends sur le forum de cinéma tchèque et slovaque csfd.cz. J’ai mon propre blog qui est assez récent. J’y publie mes critiques de film en slovaque.

Faire des films…

J’ai fait des films (documentaires) dans mon école. J’ai également fait quelques court-métrages, que j’ai publiés sur YouTube. J’essaie de continuer à en réaliser de nouveaux car c’est le seul moyen de progresser techniquement.

Le cinéma européen…

Je pense que le cinéma européen a de grands films à offrir. Il unit toute l’Europe et nous rapproche. Il nous permet d’apprendre beaucoup sur les autres cultures, et la vie des autres citoyens européens. Je suis heureuse qu’Europa Cinemas soit présent en Slovaquie.

Etre européen…

Je me sens Européenne et j’en suis fière. Le sang européen coulera dans mes veines toute ma vie. En aucun cas je ne voudrais changer cela.

J’aime voyager, et j’ai souvent eu l’occasion de le faire. J’ai également vécu à l’étranger. J’ai vécu et travaillé à Londres pendant l’été à deux reprises. Actuellement je vis et je travaille à Leeds, mais je déménage à Dublin en Octobre.

Votre salle Europa Cinemas…

Je représente la Slovaquie. Cet événement est une formidable opportunité de jeter un coup d’œil dans ce monde qui m’a toujours fait rêver. Personne n’aurait pu m’offrir une telle chance.

Je vais au cinéma assez souvent pour l’ambiance qui y règne. Je préfère y aller avec des amis, mais sinon j’y vais seule. Je pourrais passer ma vie assise dans une salle de cinéma à regarder des films. 

2013_28TimesCinema_SK_Salle

Archives 27 Times Cinema

News

Europa Cinemas à Cannes 2017

Conférences, tables rondes et films européens au menu! Europa Cinemas sera comme chaque année présent à Cannes, notamment pour sa traditionnelle Réunion des exploitants à l’InterContinental Carlton,...

Lire la suite Actualités - 10/05/2017

 

Prix Europa Cinemas